Accès rapide :

La formation des cadres et personnels des administrations économiques et financières, vecteur de la modernisation de l’Etat (12/02/2013) - par Cyril Bouyeure et Bernard Blanc / Adetef (Agence de coopération technique internationale des ministères en charge de l’Economie et des Finances, de l’Industrie, du Tourisme, du Développement durable et de l’Energie, et de la Réforme de l’Etat)

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

La formation des cadres et personnels des administrations économiques et financières, vecteur de la modernisation de l’Etat : l’ exemple des « Instituts des finances »

La formation des personnels des ministères financiers, clef du renforcement des capacités des pays bénéficiaires

Le bon fonctionnement des administrations en charge des finances publiques et du développement économique est indispensable à un Etat, tant pour l’exercice efficace des fonctions régaliennes (impôt, budget) que pour la conduite des politiques économiques et de développement durable.

Cela suppose une fonction publique compétente, impartiale et intègre, d’où l’importance d’une gestion des ressources humaines moderne renforçant les compétences des agents. Le renforcement des capacités des administrations financières représente ainsi un volet important de la plupart des projets de coopération dans les domaines économique et financier.

La formation, gage de pérennité des réformes

L’assistance à la formation vise à :

- Conduire à l’appropriation des politiques publiques et à l’acquisition de l’autonomie des administrations ;

- Contribuer au succès des politiques publiques en améliorant leur impact par un plus grand professionnalisme des agents ;

- Permettre aux agents de jouer un rôle moteur dans la préparation et la mise en œuvre des réformes ;

- Mettre à la disposition des formateurs locaux des outils d’ingénierie adaptables et modulables.

Les Instituts des finances, instruments de modernisation des administrations financières.

La France a engagé une politique de formation axée sur la modernisation des administrations financières, notamment au travers de projets dont la DGTrésor assure le financement : les Instituts des finances, spécialisés dans les métiers financiers, dont la mise en œuvre stratégique et opérationnelle incombe à Adetef.

- Au Liban, l’Institut Basil Fuleihan (1996-2002) est un pôle de formation pour les personnels du Ministère des Finances, un espace de dialogue pour ses partenaires et un centre de ressources pour les citoyens.

C’est un outil indispensable à la mise en œuvre des réformes du Ministère des Finances, reconnu comme un acteur-clé de la modernisation de l’administration libanaise.

- En Palestine (2008-2014), Adetef est maître d’œuvre du projet d’Institut des Finances publiques basé à Ramallah. L’Institut des Finances contribue au renforcement des capacités des institutions économiques et financières et à la mise en œuvre des réformes engagées. Des modules de formation professionnalisants s’adressent à des formateurs internes au ministère, en vue de l’appropriation des outils par les directions générales. Ces formations concernent notamment les douanes, le budget, la macroéconomie, la fiscalité et les GRH.

L’Institut des Finances du Liban est directement associé à la réalisation de ce projet.

- En Jordanie (2004-2014) : le Centre de formation du Ministère des Finances jordanien,créé en 2007, doit jouer un rôle crucial dans la modernisation administrative.

Un accord de conversion de dette de 1999 prévoit la modernisation des finances publiques jordaniennes.

Depuis 2004, Adetef accompagne les équipes de formations dans les domaines de la fiscalité et de la comptabilité, de l’amélioration des procédures de gestion des RH et de la formation, du renforcement des capacités du personnel du Centre de formation et des RH du ministère des finances.

- En Côte d’Ivoire, par l’accord du 28 juin 2012 entre Adetef et le Ministère de l’Economie et des Finances ivoirien, la France s’est engagée à soutenir la mise en place d’une institution chargée de la formation initiale et continue des agents des administrations économiques et financières de Côte d’Ivoire, l’« Institut des Finances ».

L’Institut des Finances a vocation à devenir un centre d’excellence et de partage des bonnes pratiques en matière de formation et de modernisation de l’administration. Il accueillera à terme les cadres et gestionnaires budgétaires et financiers de tous les ministères.

Deux séries de facteurs conditionnent le succès de ces projets :

1. La modularité : l’Institut des finances est un concept « modulaire », adaptable au contexte du pays et à ses attentes. Instrument d’appui à la modernisation et au développement, il repose sur : un investissement dans la ressource humaine, en particulier la formation continue ·Un espace fédérateur facilitant échanges et diffusion des bonnes pratiques ·Un rattachement à un ministère économique ou financier ·Une structure dédiée à la formation s’appuyant sur les dispositifs existants.

2. L’approche régionale : les projets concernent pour trois d’entre eux, la région du Moyen-Orient où ils permettent un renforcement des liens entre les administrations nationales. A cet égard, il convient de souligner :

·le rôle d’exemple sinon de modèle joué par l’Institut des finances du Liban, ·le soutien qu’il apporte au renforcement des capacités dans les pays de la région, au delà de son appui aux projets en cours en Palestine et en Jordanie,

·le lieu d’échanges et de partage d’expériences offerts par le réseau GIFT-Mena (Governance institutes forum for training) qui reçoit le soutien de la France, réunit plus de 40 écoles et instituts de la région ANMO, et dont la langue de travail est l’arabe.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014