Accès rapide :

L’innovation au service des populations vulnérables : l’initiative « GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies » (28/01/2013) - par Bernard SAINCY, directeur responsabilité sociétale du groupe GDF SUEZ

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

l y a un an, le groupe GDF SUEZ lançait "l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies". D’ambition mondiale, cette initiative vise à contribuer à l’accès à l’énergie des populations pauvres des pays les moins avancés et également à lutter contre la précarité énergétique dans les pays développés.

Le défi est important et difficile à relever. D’une part en raison de son objet qui est de participer à la résolution d’un fléau social majeur que constitue le non accès à une énergie durable pour 1,3 milliard d’êtres humains ; d’autre part par le niveau d’innovation qu’il requiert. Il s’agit en effet de mettre en œuvre de nouveaux modèles d’affaires pérennes adaptés aux spécificités des populations, des territoires, et réplicables à grande échelle. Ces modèles d’affaires dits inclusifs –inclusive business- sont caractérisés par la priorité donnée à l’impact social et environnemental du modèle en terme d’accès à l’énergie, de création d’activités économiques, d’emplois, d’utilisation d’énergies renouvelables (voire d’utilisation de la finance carbone) tout en assurant une viabilité économique à long terme.

L’analyse économique qui sous-tend ces nouveaux modèles est encore en construction : résolution d’imperfections de marché, internalisation des externalités positives, réduction de la "poverty penalty"… Elle l’est d’autant plus qu’apparaissent à l’expérience de grandes différences entre les modèles d’affaires inclusifs dédiés aux biens de consommation et ceux relatifs aux services essentiels comme l’énergie ou l’eau. Par exemple, les externalités positives liées à l’accès à une énergie moderne pour les populations les plus pauvres (en termes de développement économique global, d’égalité de genres, d’éducation facilitée et de santé) sont plus fortes que celles relevant d’un accès amélioré à un bien de consommation. Cette spécificité justifie dans le cas de l’accès à l’énergie, le recours à des chaines de valeurs hybrides –privé/publique, philanthropie/logique de marché- qui apparaissent comme la solution la plus pertinente et la plus efficace.

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies qui soutient des entrepreneurs sociaux en utilisant simultanément ou séquentiellement 3 leviers de nature différente mais concourant au même objectif : satisfaire aux attentes des populations pauvres en matière d’accès aux services essentiels. Ces leviers sont le don (et/ou la subvention publique), l’assistance technique, l’investissement. Par sa surface financière, ses compétences, son expérience, sa maitrise des procédures, la grande entreprise peut ainsi accompagner l’entrepreneur social innovant dans son développement en mobilisant l’un ou l’autre de ces leviers. En retour, l’entrepreneur social stimule l’innovation technique, managériale, organisationnelle de la grande entreprise.
L’innovation principale de l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies réside dans la mise en œuvre concrète de chaînes de valeurs hybrides adaptées à la fois aux besoins des populations vulnérables concernées et aux exigences d’un partenariat productif entre une grande entreprise soucieuse d’assumer pleinement sa responsabilité sociale et sociétale et de petits entrepreneurs sociaux innovants et engagés.

Depuis un an, les nombreux collaborateurs bénévoles de l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies ont étudié plusieurs dizaines de projets d’entrepreneurs sociaux et d’ONG proposant un accès à l’énergie des populations pauvres. D’ores et déjà 10 projets sont lancés sous forme de dons (au travers de la Fondation GDF SUEZ) ou d’investissements au travers de la Société solidaire et du fonds solidaire créés à cette occasion.

Le don est souvent utilisé dans la phase de prototypage (d’incubation) du projet par une ONG ou une association avant que le relais ne soit pris par un investissement directement dans une entreprise sociale –préexistante ou créée pour l’occasion- pour mettre en œuvre sur une grande échelle les projets dont les prototypes ont été satisfaisants. Cet investissement est un investissement social qui ne vise pas un taux de rentabilité particulier à priori mais s’impose a minima d’être intégralement récupéré (sans perte) au bout d’une période de 7 à 8 ans, période nécessaire pour que le projet devienne autonome et durable.

Les projets d’entrepreneurs sociaux soutenus par l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies se trouvent dans des pays du Sud (Bangladesh, Indonésie, Burkina Faso, Pérou, Tanzanie, Inde…) et dans des pays développés. Ainsi, le premier investissement de GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies s’est réalisé en dans une entreprise sociale du Nord de la France La Foncière Le Chênelet qui construit des logements à haute performance énergétique destinés à de populations vulnérables. Un projet en Belgique, d’un modèle approchant, est actuellement à l’étude.

Après une année d’activité et de mise en place notamment des critères de sélection et d’évaluation de projets, l’Initiative GDF SUEZ Rassembleurs d’Energies entre dans sa phase de développement actif et rapide. La mobilisation des collaborateurs de GDF SUEZ dont elle a bénéficié (en tant qu’actionnaires du fonds solidaire créé et en tant que « fournisseurs » d’assistance technique) comme l’intérêt et le soutien importants qu’elle a recueilli auprès des autorités publiques, des ONG de développement et surtout auprès des entrepreneurs sociaux créent les conditions d’un accroissement du nombre de projets d’accès à l’énergie au profit des populations les plus démunies.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014