Accès rapide :

Contribution de l’association la Voûte Nubienne (04/01/2013) - par Antoine HORELLOU, directeur général adjoint

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Nous proposons ici le partage d’une expérience innovante de développement depuis l’analyse de la problématique jusqu’au retrait des équipes exogènes.

1/ Une problématique de grande ampleur…

Plus de 100 millions d’habitants d’Afrique sahélienne, en très forte majorité ruraux, n’ont plus accès à un habitat décent (UN-Habitat). Les ressources ligneuses (bois, perches, pailles) traditionnellement utilisées pour les toitures disparaissent. Pour la couverture des constructions, la population n’a d’autre choix que de consacrer ses faibles ressources à l’achat de tôles ou de béton (inadaptés car importés, chauds et fragiles) qui les enferment ainsi dans un véritable cercle vicieux de pauvreté.

… peu voire pas abordée
Pourtant aucun programme ambitieux ne cible spécifiquement cette problématique. De nombreux « projets » ou « prototypes » ont été ou sont en cours de tests, mais ne sont pas validés grande échelle et les fonds internationaux se concentrent prioritairement sur les grandes métropoles.

2/ Une solution complète : la Voûte Nubienne, une technique proposée par des artisans formés, au sein de marchés amorcés.

Face à cette problématique, un groupe de citoyens européens et africains, ont créé en 2000 l’Association la Voûte Nubienne. Cette association propose une solution innovante partant du principe que, pour permettre au plus grand nombre d’habitant sahéliens d’accéder de manière pérenne et le plus vite possible à un habitat décent, il faut : UN TOIT + UN MÉTIER + UN MARCHÉ

a. Un toit : le concept technique « Voûte Nubienne » AVN a conceptualisé et validé une technique constructive, entièrement en matériaux locaux (terre et pierres pour les fondations), adaptée à la demande locale : la Voûte Nubienne. Cette technique permet la réalisation de bâtiments solides, confortables, durables et adaptés aux économies locales. Elle répond donc aux attentes, demandes et possibilités des populations locales.

b. Un métier : maçon VN
AVN a permis l’émergence d’une offre pour cette technique, elle a défini le métier d’artisan-maçon VN, et les principes de transmission de ce métier dans une forme de compagnonnage.

c. Un marché : la méthode Amorce, régionale et globale AVN propose une méthode innovante permettant, par la formation et l’implication de "vulgarisateurs" locaux, d’amorcer un marché autonome et croissant de la VN, renversant ainsi à terme sur les territoires ciblés, et de manière pérenne, la problématique de l’habitat.

Dans des régions ciblées, ces vulgarisateurs sélectionnent et forment des leaders d’opinion, convaincus par la technique et convaincants localement (appelés « Clés du marché »). Ensemble ils sensibilisent les populations aux avantages de la technique VN, faisant ainsi émerger les premiers clients (demande) et apprentis (offre). Puis des maçons VN déjà formés vont construire les premiers bâtiments, payés à 100% par leurs clients locaux, tout en formant les premiers maçons. Année après année, ce processus induit l’émergence et la croissance d’un maillage régional de marchés locaux, composés de maçons VN et de clients sensibilisés.

Cette Amorce Régionale est complétée par l’Amorce Globale. C’est une méthode de soutien à un marché plus autonome et diffus géographiquement, qui intervient lorsque les maçons et leurs clients n’ont plus besoin de sensibilisation ciblée. AVN ne joue plus alors qu’un rôle de mise en contact, de facilitateur et de suivi.

Outre la mise en place de ces méthodes, AVN mène des actions périphériques de Recherche et Développement pour améliorer la technique VN, les formations, les usages diversifiés, les outils de financement, etc.

3/ La stratégie de déploiement à grande échelle d’AVN consiste à tisser un réseau d’équipes capables de diffuser ces Amorce Régionales (AVN et/ou Franchisés) pour en mailler progressivement l’Afrique sub-saharienne tout en se retirant au fur et à mesure des premiers territoires amorcés. La Franchise permet à AVN de bénéficier de l’expérience et des réseaux locaux de partenaires de terrains.

4/ Des résultats et impacts mesurés grâce à des outils adaptés

De taille modeste, AVN a développé en interne des méthodes de suivi/évaluation adaptés et innovants, lui permettant de piloter sa stratégie et d’en rendre compte.
Depuis 2000, AVN a permis la formation de plus de 265 artisans-maçons (au Burkina, Mali et Sénégal surtout), qui ont réalisé près de 2 000 voûtes nubiennes, avec une croissance annuelle moyenne de 30%, au bénéfice de plus de 12 000 personnes. L’impact économique cumulé est estimé à 1,2 million d’€ pour un coût annuel en 2011-2012 de 300 000 €. Des phases de retrait sont déjà en cours dans certaines zones au Burkina et au Mali.

en savoir + :
http://www.lavoutenubienne.org/sites/default/files/stock/documents/production_terrain/12-12-04_impact_tableau-de-bord-2012_final_bj.pdf

5/ Un modèle économique hybride

AVN regroupe une trentaines de collaborateurs locaux et expatriés.
Elle est financée par une communauté de donateurs privés (particuliers, fondations d’entreprises, entreprises) et publics (collectivités locales et surtout le Fond Français pour l’Environnement Mondial) qu’elle appelle « Investisseurs Sociaux ».
AVN propose également son expertise et ses formations aux acteurs de terrain, collectivités locales du sud et ONGs qui, en rétribuant directement ses actions, lui permettent des profits dans un modèle de marché classique.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014