Accès rapide :

Commentaires divers sur innovation et recherche et développement (12/02/2013) - par Emmanuel DESCLEVES de l’académie des sciences de l’outre-mer

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Il me semble qu’il faut essayer de sortir d’une vision très étatique et institutionnelle, dont les résultats ne sont pas probants, pour aller vers quelque chose de beaucoup plus pratique et pour l’essentiel appliqué à de vrais projets de développement.

S’il n’est certes pas inutile en soi de former des chercheurs « à la française », il est peut-être plus immédiatement efficient de mettre en avant des projets concrets sur lesquels concentrer les efforts sous une forme partenariale.

Je prends un exemple : l’Europe est en train de développer des systèmes intégrés de surveillance de ses espaces maritimes, dans le but de mieux contrôler ce qui s’y passe et notamment les activités illicites (trafics en tous genres, pêche et immigration, etc.). Ces problématiques s’imposent également aux pays du Sud, d’autant plus qu’ils ne disposent en général que de très peu de moyens navals et que leurs eaux sont en conséquence pillées par des flottes peu scrupuleuses. Voilà typiquement des projets importants et innovants auxquels nous pourrions associer tel ou tel pays du sud (ou groupement de pays, par bassin : golfe de Guinée, canal du Mozambique, Corne de l’Afrique).

Autre exemple : la communauté maritime française (et au-delà, européenne) cherche à développer de nouveaux types de navires de pêche, plus respectueux de l’environnement, etc. Là encore, de tels navires devraient logiquement intéresser les pays du sud, qui pourraient dès lors utilement participer à leur conception.

Au niveau français ou européen, ces projets et beaucoup d’autres susceptibles d’intéresser éventuellement les pays du sud sont déjà structurés avec la participation des agences concernées et des industriels compétents.

Je formulerais donc deux recommandations :

• Concentrer nos efforts sur des projets concrets avec des industriels ;

• associer les pays que nous souhaitons aider à des projets que nous lançons pour notre propre compte ou en partenariat (de plus en plus) international.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014