Accès rapide :

Plaidoyer pour un soutien aux têtes de réseau : l’exemple du commerce équitable (12/02/2013) - par Emilie DUROCHAT, Plate-Forme pour le Commerce Equitable

Les textes publiés dans le cadre des contributions n'engagent que leurs auteurs

Le dialogue entre pouvoir publics et société civile est essentiel pour élaborer des politiques publiques pertinentes, identifier des innovations et soutenir leur diffusion, identifier des problèmes et les dépasser, confronter les points de vues faire etc. Pour ce faire, la question de l’organisation de la société civile et de sa représentativité se pose. La cartographie des lieux, formels et informels, des concertations montrent l’importance de ces espaces de dialogue et l’émergence de plateformes pour chaque thématique liée au développement. La fragilité de ces plateformes thématiques est souvent liée à la précarité de leurs modèles économiques et de leurs opportunités de financements. Cette précarité est un frein à la structuration des secteurs et à l’émergence des possibilités d’un dialogue constructif avec les pouvoirs publics.

La Plate-Forme pour le Commerce Equitable (PFCE), association à but non lucratif, est le principal collectif français de concertation et de représentation des acteurs du commerce équitable visant à défendre et à promouvoir le secteur.

La PFCE souhaite ici rappeler l’importance d’une stratégie de soutien structurant et pérenne aux têtes de réseaux comme partie intégrante de l’équation permettant de développer la concertation et les partenariats entre Etats et acteurs non-gouvernementaux.

Renforcer la structuration des acteurs de commerce équitable pour un impact renforcé de la démarche au Sud

Créée en 1997, la Plate-Forme pour le Commerce Equitable regroupe une trentaine d’organisations d’envergure nationale, entreprises et associations, engagées dans le commerce équitable qui souhaitent construire ensemble le secteur, le développer tout en préservant les engagements fondamentaux du commerce équitable. Les membres de la PFCE participent à la création et au développement de nouvelles filières économiques avec des organisations de producteurs dans les pays du Sud. Par leurs réseaux respectifs, ils représentent ainsi plus de 1000 structures dans toute la France.

La PFCE rassemble au sein de son collectif une diversité d’acteurs, mènent des missions complémentaires pour promouvoir le commerce équitable :

• des labels de commerce équitable : qui apportent des garanties aux citoyens ;

• des entreprises importatrices : qui appliquent les principes du commerce équitable dans des relations commerciales avec les organisations de producteurs du Sud ;

• des réseaux de distribution : qui permettent la distribution de produits équitables sur le territoire français ;

• des ONGs : qui appuient les organisations de producteurs au Sud

• des mouvements d’éducation populaire et associations d’éducation : qui mènent des actions de sensibilisation et d’éducation auprès des citoyens à la solidarité internationale et en faveur de modes de production et consommation durables et responsables.

Une évaluation externe des activités réalisées entre 2006 et 2010 par notre association a montré l’importance de l’existence de la PFCE en tant que tête de réseau capable de fédérer les principaux des acteurs du secteur du Commerce Equitable : les ONGs d’appui, les mouvements d’éducation populaire, les entreprises et les labels. C’est la diversité de nos membres qui font notre pertinence, notre richesse et notre utilité. L’évaluation a également permis de confirmer la capacité de la PFCE à produire des résultats tangibles et visibles en matière de défense, de promotion et de développement du secteur, avec de réels résultats induits au Sud.

Les plateformes thématiques sont cruciales pour le développement, la professionnalisation et la structuration d’un secteur. Leurs compétences en matière de concertation des acteurs, de capitalisation des pratiques et des analyses et leur mission de représentation institutionnelle en font des interlocuteurs indispensables des pouvoirs publics. Pour autant, elles ont des problèmes de modèle économique difficilement surmontables sans une politique d’appui des pouvoirs publics assumée, structurée et structurante, alors même que leurs besoins financiers sont modestes.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014