Accès rapide :

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires (BCAH - plus connu sous son acronyme anglais OCHA) est une structure du Secrétariat des Nations Unies qui emploie plus de 1000 personnes. Il est dirigé par un Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies pour les Affaires humanitaires, actuellement John Holmes (Grande-Bretagne) qui a remplacé le 4 janvier 2007 le Norvégien Jan Egeland. Il a pour mandat de coordonner l’assistance délivrée par les agences onusiennes et de veiller à la cohérence de l’ensemble de l’action humanitaire en cas de crise. Il n’a pas d’activité opérationnelle propre.

La France, à l’origine de la création du BCAH en 1992, soutient sa politique et ses actions. Dans le processus de réformes en cours, tient à exercer sa responsabilité d’Etat membre et de donateur, en interrogeant plus avant le BCAH sur ses intentions.

Les services du BCAH sont répartis entre New York et Genève. A New York, sont basés le coordonnateur et son adjoint. Les activités se concentrent sur l’information, la sensibilisation et la réflexion sur la politique humanitaire. A Genève, se trouvent les bureaux de réponse aux situations d’urgence, le bureau pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays ainsi que le secrétariat de la Stratégie internationale pour la réduction des catastrophes naturelles.
Le BCAH organise des réunions régulières de concertation entre les agences participant à l’action humanitaire et avec des représentants de groupements d’ONG (Conseil International des Agences de Volontaires - ICVA -, InterAction et Comité Permanent pour la Réponse Humanitaire - SCHR - ). Il présente au Conseil de Sécurité, à la demande du Secrétaire Général, l’état de la situation humanitaire dans une région ou un pays particulier.

Sur le terrain, le coordonnateur résident des Nations Unies, issu d’une agence - souvent le PNUD -, est le correspondant du BCAH. Il n’affecte du personnel permanent que lors de crises de grande ampleur ou de longue durée et travaille plutôt sur la base de missions de courte durée.

Le BCAH a en charge tout le processus des "appels consolidés" : il centralise les besoins financiers des agences humanitaires pour la poursuite de leurs programmes, établit un document récapitulatif pour chaque pays concerné et lance les appels auprès des donateurs. Le total des appels consolidés inter-agences pour 2007, dont 13 pour des crises spécifiques, porte sur un besoin de 3,9 Milliards de $ pour aider 27 millions de personnes dans 29 pays.

Le Secrétaire général Adjoint des nations-unies aux affaires humanitaires est par ailleurs l’administrateur du nouveau fonds central d’intervention d’Urgence (plus connu sous son acronyme anglais CERF), lancé le 9 mars 2006 et qui a pour objectif de rendre plus efficace la réponse des organismes humanitaires des nations-unies et de ses partenaires en cas de crise humnaitaire.

le BCAH veille à la cohérence des actions (notamment la transition entre l’urgence, la réhabilitation et le développement). Il est également chargé de la relation sur le terrain entre militaires et humanitaires et a élaboré, avec les Etats et les organisations concernées, des directives visant à préciser les tâches de chaque acteur menant des opérations humanitaires dans le cadre d’un conflit.

Dans un contexte d’urgence, le BCAH conduit les missions d’évaluation inter-agences, définit les besoins humanitaires et établit les appels d’urgence. Il met en place, dans les cas de catastrophes naturelles, une équipe de spécialistes internationaux qui peut organiser la coordination des secours, assurer le suivi des opérations, faire appel à la communauté internationale pour des besoins spécifiques (experts ou matériels) et transmettre l’ensemble des informations concernant les activités sur le terrain. Il assure la liaison entre les différents intervenants des Nations Unies et élabore avec eux le processus post-crise.

Le BCAH fonctionne essentiellement sur contributions volontaires. Pour 2007, le budget prévisionnel s’élève à 159 millions de $.

Réforme du dispositif humanitaire des Nations Unies

Dans le cadre plus global de la réforme des Nations-Unies, le dispositif humanitaire est également en cours de réforme sous l’impulsion du Secrétaire général adjoint des Nations unies aux Affaires humanitaires, Sir John Holmes. Les piliers suivants du dispositif sont concernés :
puceoupas Coordination structurelle : rôle du coordinateur humanitaire sur le terrain) ;
puceoupas Coordination opérationnelle : mise en œuvre de « clusters », répartition des activités par organisation chef de file - l’OMS pour la santé… .

- Financement : le Central Emergency Revolving Fund rénové -CERF-, fonds initialement créé en 1991, destiné à financer de façon rapide les catastrophes humanitaires et les crises oubliées.

Mise à jour : 12.07.07

site institutionnel du BCAH (en anglais) : http://www.ochaonline.un.org

site opérationnel du BCAH : http://www.reliefweb.int


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014