Accès rapide :

"Les Collectivités locales s’engagent pour le Climat" : retour sur la table-ronde mise en place sur les espaces Générations climat durant la COP 21 (05.12.15)

Des solutions concrètes mises en lumière par les collectivités territoriales partenaires de l’appel à projets climat :

Organisée par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, la table ronde « Les collectivités locales s’engagent pour le climat » a réuni sur les Espaces Générations climat de la COP21, le 5 décembre 2015, une dizaine de collectivités lauréates de « l’appel à projets Climat », ainsi que les partenaires du monde associatif et partenaires privés de l’appel à projets, devant un public de plus d’une centaine de personnes.
Cet événement a mis en avant l’engagement des collectivités et les solutions concrètes qu’elles proposent dans la lutte contre le changement climatique. Il a permis de montrer que si le dérèglement climatique est un enjeu mondial, les solutions sont avant tout locales : les collectivités locales sont donc en première ligne. Elles sont les premières impactées, mais aussi les premières à pouvoir réagir.

La coopération décentralisée est une réponse efficace au dérèglement climatique, pas seulement dans sa dimension d’atténuation, mais aussi dans celle de l’adaptation aux effets du dérèglement climatique, sur laquelle il est considéré comme indispensable d’agir, comme le promeut l’Accord de Paris du 12 décembre (article 7§2).

La coopération décentralisée permet la mise en place d’actions variées dans le cadre de politiques d’adaptation avec, par exemple :

  • la promotion et le développement de pratiques agro-écologiques (stockage du carbone dans les sols, création de systèmes de culture innovants sur des bases agro-écologiques, reconquête agronomique des terres dégradées, fixation durable du carbone dans les sols tropicaux, utilisation des arbres dans la production….),
  • la préservation de la ressource en eau (mise en place de plans d’adaptation, de services d’eau et d’assainissement efficients, de renforcement des capacités….)
  • la gestion des déchets (tri, recyclage…),
  • ou encore le renforcement des capacités des collectivités territoriales sur la gouvernance territoriale de la sécurité alimentaire et la gestion des ressources naturelles, en lien avec toute la mise en place des systèmes alimentaires territorialisés, et pour un aménagement urbain durable.

L’expertise et l’échange de bonnes pratiques au cœur des échanges de la table-ronde… :

Cette table-ronde a permis à chaque lauréat d’intervenir pour présenter son projet de coopération décentralisée, en insistant sur ses forces –mais aussi ses faiblesses- et sa démarche de conception. Les partenaires du Mali, d’Haïti, du Bénin, du Burkina-Faso, de Chine, du Vietnam, de Tunisie et du Maroc sont venus faire valoir que l’engagement international agit aussi en faveur du climat, et qu’il est indispensable de dynamiser ce type de partenariats Nord/Sud, mais aussi Sud/Sud. La gestion des déchets a été aussi largement évoquée avec la mise en lumière du dispositif 1% déchets, permis par la loi du 7 juillet 2014. Les déchets génèrent 5% des émissions globales de gaz à effet de serre, mais leur problématique n’est encore que peu abordée dans l’agenda international, malgré leur impact conséquent en matière de santé et de salubrité publique. A cet égard, un vadémécum à destination des collectivités territoriales françaises viendra accompagner ces dernières dans la mise en place de projets de coopération en 2016 avec le "dispositif 1%".

… pour changer les consciences.

Moussa Camara, Président du conseil de cercle de Nioro-du-Sahel, en coopération avec le Conseil départemental de l’Essonne dans un projet de mutualisation de bonnes pratiques climatiques, a souligné, lors de son intervention, que « la coopération décentralisée en matière d’agriculture permet de faire prendre conscience, notamment aux jeunes générations, de l’importance du maintien d’une forme d’agriculture respectueuse de l’environnement et bienfaitrice pour l’économie et la population locale ».

Nguyen Duc Hung, architecte et directeur général adjoint de l’Institut de la Planification urbaine d’Hanoï, précise, quant à lui, que « le résultat attendu de la coopération décentralisée entre la ville d’Hanoi et celle de Toulouse, ce n’est rien de moins que le changement d’image de la capitale. Hanoï souffre en effet du statut de capitale surpeuplée et sale. Le partenariat que nous menons avec Toulouse permet de changer les consciences. C’est dans ce sens que nous avons commencé à travailler et c’est ainsi que nous continuerons dans les années à venir. »

Dans un projet de coopération décentralisée en faveur du climat, chaque territoire enrichit l’autre, en termes de connaissances, mais aussi en termes humains, indique Mohamed Riadh Lazzem, maire de Bizerte (Tunisie) en coopération décentralisée avec la communauté urbaine de Dunkerque, Grand Synthe et la ville d’Annaba en Algérie. « C’est avec enthousiasme que nous avons initié ce projet car nous connaissons désormais la chaleur de cœur des gens du Nord de la France. »

La coopération décentralisée reconnue dans le Lima Paris Action Agenda (LPAA) :

Cette table ronde s’inscrivait au cœur du programme de la COP21, le samedi 5 décembre, en parallèle de l’Action Day du Lima Paris Action Agenda (LPAA).

Le LPAA est une initiative des gouvernements français et péruviens, du Secrétaire général des Nations unies et du Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui a pour but de développer les actions et les engagements des acteurs non étatiques – villes, régions, entreprises, investisseurs, organisations de la société civile – pour beaucoup en coopération avec les États, et qui contribueront à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre et à l’adaptation, avant 2020 et sur le long terme.

C’est dans le cadre du LPAA que se sont tenues au Bourget, les 5 et 8 décembre, les 2 journées spécifiques consacrées à valoriser l’action des acteurs non étatiques et notamment des collectivités territoriales. Dans ce cadre, « la vision à 5 ans » a été lancée le 8 décembre : il s’agit d’un plan quinquennal fondé sur 4 axes d’actions, qui doit permettre d’assurer un cadre de vie durable pour les populations des territoires. La « vision à 5 ans » mentionne la coopération décentralisée dans la conception et la mise en œuvre des actions climat (axe 4).

Et demain ? Quelles perspectives pour la coopération décentralisée dans la lutte contre le dérèglement climatique en 2016 ?

Afin de poursuivre l’action impulsée par les collectivités territoriales, le Ministère des affaires étrangères et du développement international lancera en 2016 un second « appel à projets Climat », qui permettra de promouvoir et dynamiser encore davantage l’engagement et la responsabilité des acteurs locaux dans la lutte contre le dérèglement climatique, sur la route de la COP 22, qui se tiendra à Marrakech, au Maroc, en décembre 2016.
Les enseignements seront tirés du premier appel à projets Climat, dont l’évaluation sera réalisée en juin 2016. Comment faire en sorte que les coopérations décentralisées aient davantage d’impact sur les effets du dérèglement climatique ? Comment mesurer cet impact sur le territoire ? Comment mobiliser l’ensemble des acteurs, publics comme privés, ici et là-bas, jeunes et moins jeunes, autour de cet enjeu ? Comment capitaliser les bonnes expériences ? Comment les partager, entre partenaires des pays du Nord et du Sud ?….Ce sont là tous les enjeux des coopérations décentralisées de demain, mises au service de populations pour un vivre-ensemble en harmonie avec leurs territoires et le climat dont elles dépendent.

  • Image Diaporama - Partenaires d'Aquitaine et de la Grand'Anse à (...)

    Partenaires d’Aquitaine et de la Grand’Anse à Haiti, ensemble pour développer les pratiques agro-écologiques. (Photo : Cités Unies France)

  • Image Diaporama - Le Climat, c'est aussi une affaire européenne (...)

    Le Climat, c’est aussi une affaire européenne ! (Photo : Cités Unies France)

  • Image Diaporama - Protéger la forêt et associer les citoyens à la (...)

    Protéger la forêt et associer les citoyens à la démarche. Tel est le projet porté par Alain Fruchart, Maire adjoint de la ville de Seclin et Pierre Kaboré, ex-Maire de la ville de Méguet (Burkina Faso) et coordonnateur technique du projet de coopération (...)

  • Image Diaporama - L'assistance de la table-ronde est aussi (...)

    L’assistance de la table-ronde est aussi composée des partenaires des autorités locales étrangères, qui viennent de toute la France. (Photo : Cités Unies France)

  • Image Diaporama - Panel de lauréats de l'appel à projets climat (...)

    Panel de lauréats de l’appel à projets climat sur les thèmes de la ville durable (Hanoi au Vietnam), de la protection de la biodiversité ( Oriental au Maroc) et de l’agro-écologie (Nanchong en Chine). (Photo : Cités Unies (...)

  • Image Diaporama - Introduction par Bertrand Fort, Délégué pour (...)

    Introduction par Bertrand Fort, Délégué pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DGM/MAEDI) (Photo : Cités Unies France)

  • Image Diaporama - Les Espaces générations Climat, une vitrine des (...)

    Les Espaces générations Climat, une vitrine des solutions au dérèglement climatique portées par la société civile. (Photo : Cités Unies France)

Pour en savoir plus :

- Lire le dossier de presse du séminaire

- Voir le diaporama

- Les collectivités territoriales sur la route de Paris

- L’appel à projets Climat 2015

- Suivez l’engagement des collectivités territoriales françaises et de leurs partenaires semaine après semaine au travers de la sélection de 6 projets lauréats et 6 projets menés de plus longue date, via la campagne web "la coopération décentralisée s’engage pour le climat".


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016