Journée du réseau de coopération et d’action culturelle du MEAE : un atelier consacré à la coopération décentralisée (Paris, 17.07.2017)

A l’occasion de la Journée du réseau de coopération et d’action culturelle, réunissant chaque année les services de coopération et d’action culturelle des Ambassades de France (SCAC), les opérateurs du MEAE et les partenaires des SCAC, la DAECT a animé un atelier consacré aux outils de la coopération décentralisée.

Pensé comme un espace d’échanges entre partenaires, cet atelier s’est déroulé en trois temps : présentation par la DAECT des outils dont disposent les Ambassades pour stimuler les coopérations décentralisées, interventions de l’AFD et France Volontaires illustrant l’articulation entre la DAECT et les opérateurs du MEAE au service du développement de la coopération décentralisée, et enfin retour d’expérience du conseiller de coopération et d’action culturelle (COCAC) sur les dernières Assises de la coopération décentralisée franco-béninoise.

L’atelier sur la coopération décentralisée a attiré un grand nombre de participants, comme indiqué par François Gauthier, Conseiller diplomatique auprès du Préfet de région de Nouvelle Aquitaine. Retrouvez les interventions des panelistes sur Twitter : @CNCD_FR et #JDR2017.

Quels outils pour stimuler les coopérations décentralisées depuis les Postes ?

Tout d’abord, l’Atlas de la coopération décentralisée (www.cncd.fr), base de données ouverte sur la coopération décentralisée, permet de connaître les partenariats de coopération entre collectivités territoriales par pays, par collectivité française ou encore par thématique.

La « Bourse-partenariat » est un programme-interface qui recense les propositions des collectivités locales françaises et étrangères via l’envoi d’une fiche de présentation exposant leur identité (situation géographique, présence d’acteurs étrangers, etc.) et les objectifs du partenariat recherché. La DAECT recueille et diffuse ensuite ces demandes.

Enfin, le Programme « PACT3 » soutient l’amorçage de nouveaux partenariats en labellisant des collectivités ou associations de collectivités ayant des savoir-faire spécifiques. L’obtention de ce label garantit à ses lauréats la prise en charge de missions exploratoires dans des pays où la coopération décentralisée française est peu développée.

Comment mieux appréhender l’articulation DAECT et opérateurs au service du développement de la coopération décentralisée ?

La Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL) de l’AFD est un dispositif de cofinancement de la coopération décentralisée complémentaire aux appels à projets de la DAECT. Ce dispositif recouvre les actions menées par les collectivités et établissements publics dans les pays les moins avancés (PMA) et les pays à revenu intermédiaire (PRI).

L’implication de France Volontaires dans le soutien à la mobilité internationale des jeunes via la coopération décentralisée a été rappelée. Le volontariat a en effet accompagné la professionnalisation de l’action extérieure des collectivités territoriales en appuyant la réalisation sur le terrain des projets de coopération décentralisée. L’appel à projet jeunesse de la DAECT a d’ailleurs permis un effet de levier sur l’engagement de jeunes volontaires en réciprocité, accueillis en France.

Retour d’expérience du COCAC sur les Assises de la coopération décentralisée franco-béninoise des 4 et 5 novembre 2016 à Cotonou :

Les dernières Assises de la coopération décentralisée franco-béninoise ont réuni de nombreuses collectivités, les associations de collectivités françaises et béninoises mais également les partenaires avec qui celles-ci travaillent en collaboration : l’AFD, des membres de la société civile, des représentants de l’Union Européenne, etc. La volonté de diversifier les financements et partenariats ainsi que d’aller vers plus de mutualisation entre les projets a été affirmée.

Cet évènement visait à réaliser un état des lieux de la coopération décentralisée franco-béninoise mais aussi et surtout à penser son évolution. Dans ce contexte, de nouveaux objectifs ont été définis : améliorer l’efficacité des services de proximité, atténuer les effets du changement climatique et mieux impliquer les acteurs économiques et la société civile dans le développement des territoires.

PLAN DU SITE