Coopération décentralisée et protection de la biodiversité, focus sur la COP13 (Cancun, 02-17.12.2016)

Du 2 au 17 décembre 2016, Cancun a accueilli la 13ème réunion de la Conférence des Nations unies sur la diversité biologique (COP13). Rassemblant 196 pays, elle eut pour objectif de dresser un bilan de l’accomplissement des « objectifs d’Aichi » qui constituent le « nouveau plan stratégique pour la biodiversité biologique 2011-2020 ».

La COP 13 a ainsi affiché l’ambition de faire adopter une déclaration sur « les enjeux de l’intégration de la biodiversité dans les politiques sectorielles de l’agriculture, la forêt, la pêche et le tourisme ».Soutenant le tourisme écologique, la France a notamment appelé à une meilleure implication des communautés locales dans la préservation des espaces naturels, ainsi qu’à une meilleure redistribution des avantages dérivés de ce secteur auprès de ces populations.

La coopération décentralisée a un rôle fondamental à jouer dans la préservation de la biodiversité qui est également bénéfique aux populations locales sur le plan économique. La Fédération nationale des parcs naturels régionaux de France (FNPNR) a d’ailleurs mis en avant, lors d’un side event à Cancun, la coopération avec le Mexique permettant aux spécialistes français et mexicains d’échanger leurs expériences et leurs savoir-faire afin d’améliorer la gestion des parcs naturels ici et là-bas.

Néanmoins, encore seuls 2% des projets financés par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) portent aujourd’hui sur la biodiversité (protection et valorisation). Au 1er juillet 2015, sur les 13 000 projets financés par le MAEDI, 27 projets ont trait spécifiquement à la biodiversité. C’est pourquoi la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales a lancé, la même année, le premier appel à projets (AAP) thématique en faveur du climat avec une thématique prioritaire dédiée à la biodiversité.

En 2015, au sein de cet AAP, 19% des projets lauréats concernaient la thématique « protection de la biodiversité et développement des énergies renouvelables ». En 2016, ils sont 40% à orienter leur action sur la problématique « biodiversité, déchets et énergies », notamment parmi ceux de l’appel à projets climat II.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en partenariat avec le MAEDI, a réalisé une étude en 2015 afin de mieux faire connaître le degré « d’implication des collectivités françaises en faveur de la biodiversité mondiale » dans le but de renforcer la coopération décentralisée dans ce domaine.

Autant d’initiatives qui contribuent à placer la problématique de la biodiversité au cœur des préoccupations internationales et à sensibiliser les Etats et les collectivités territoriales sur cette thématique prioritaire pour le climat et la nature.

Pour en savoir plus :

PLAN DU SITE