Coopération - Participation de Jean-Baptiste Lemoyne à la réunion de la commission nationale de la coopération décentralisée (Paris, 9 octobre 2017)

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a ouvert le 9 octobre la deuxième session plénière de 2017 de la commission nationale de la coopération décentralisée.

A cette occasion, un message du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, en déplacement au Maroc, a été lu, soulignant l’importance centrale de la coopération décentralisée comme outil de l’influence française, en prenant notamment pour exemple le Maroc : dans ce pays, près de 50 partenariats sont actifs et 10 de nos capitales régionales sont présentes, un dispositif d’appel à projets avec un financement conjoint vient appuyer cette coopération, un cycle de formation des fonctionnaires territoriaux marocains est à l’œuvre. Enfin, il y a moins d’un an, les dernières assises franco-marocaines ont réuni près de 200 participants français.

Rapprochement des peuples, développement du sud, lutte contre le changement climatique, expansion économique, attractivité des territoires, francophonie, les facettes de la coopération décentralisée sont multiples.

Rattachée au Premier ministre, la commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) rassemble à parité des représentants des associations nationales de collectivités locales et de tous les ministères concernés par la coopération décentralisée (16 membres titulaires et 16 membres suppléants pour chacune de ces catégories). Elle peut formuler toutes propositions visant à améliorer et renforcer les modalités d’exercice de la coopération décentralisée.

Le secrétaire d’Etat et le vice-président de la commission, François Rebsamen, maire de Dijon, ont mis l’accent sur la contribution des collectivités territoriales à l’aide publique au développement et insisté sur le rôle des élus, de leurs associations et de leurs réseaux.

Les débats ont notamment porté sur l’évolution de l’aide au développement des collectivités territoriales, la contribution des territoires au développement durable, la mobilité des jeunes et le volontariat. Un point a été fait sur le Brexit et la situation dans l’Afrique sahélienne, zone dans laquelle les collectivités territoriales françaises s’impliquent fortement.

Des assises de la coopération décentralisée seront organisées en 2017 et en 2018, à Madagascar, en Haïti, en Pologne, au Japon et en Chine.

Cette réunion a été l’occasion de présenter Christine Moro, ambassadeur pour l’action extérieure des collectivités territoriales, nouvellement nommée à la tête de la délégation pour l’action extérieure du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Cette délégation met en œuvre la stratégie de soutien à la coopération décentralisée (appels à projet, fonds géographiques paritaires) en complémentarité avec l’action de l’ensemble des partenaires.

Pour plus d’informations sur l’action extérieure des collectivités locales françaises :

lire notre dossier

PLAN DU SITE