Evaluation n°128 : Les actions de coopération en matière de lutte contre la traite des êtres humains (mars 2014)

La traite des êtres humains, qui se définit comme « le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contraintes » aux fins d’exploitation (Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, adopté en 2000), fait l’objet d’une recrudescence importante depuis la fin du XXe siècle. Elle touche presque tous les pays du monde et la France n’est pas épargnée, notamment en tant que pays de destination des victimes en provenance de nombreux pays, au premier rang desquels la Chine et le Nigéria.

Dans ce contexte, la France a renforcé son engagement dans la lutte contre la traite des êtres humains non seulement en termes de prévention, de protection des victimes, de poursuite et de répression des trafiquants, mais aussi en matière de coopération internationale. En effet, elle finance et conduit, par le biais de programmes gérés par le ministère des Affaires étrangères, une large diversité d’actions de coopération au niveau bilatéral, régional et multilatéral, notamment en Europe du Sud-Est où un dispositif de coopération spécifique a été mis en place.

L’évaluation des actions de coopération de la France en matière de lutte contre la traite des êtres humains entre 2007 et 2011, confiée à un prestataire extérieur, présente le bilan des actions sur la période considérée, les enseignements tirés de l’analyse du dispositif mis en œuvre en Europe du Sud-Est, ainsi que des préconisations opérationnelles pour l’avenir de la coopération internationale, ciblant plus particulièrement les trafics interrégionaux de la traite des personnes en provenance d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale et à destination de l’Europe.

PLAN DU SITE