Accès rapide :

L’action extérieure de la France contre le changement climatique

L’urgence est absolue

Le plus grand danger qui nous guette est celui de l’inertie…

… de croire que les choses peuvent continuer comme avant, de ne rien faire, de penser qu’il n’est pas si grave de ne pas parvenir à un accord international sur la lutte contre le changement climatique.

C’est une erreur. Plus de 8 000 scientifiques du monde entier - regroupés dans le groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC-IPCC)- nous le disent : si le monde continue à fonctionner sur sa lancée, nous dépasserons d’ici deux générations le seuil dangereux de réchauffement global de 2°C, nous irons vers un monde à 4°C, ou plus, de réchauffement moyen de la planète.

Or personne ne sait à quoi ressemblera un monde dont l’atmosphère dépasserait ce seuil des 2°C

Personne ne sait si un tel monde serait tout simplement vivable pour l’homme. Alors que le réchauffement ne fait que commencer, nous constatons déjà des conséquences graves, des mutations profondes et probablement irréversibles.

Le changement climatique, par ses interactions sur l’eau, l’agriculture, l’énergie, la biodiversité, la santé… menace les ressorts du développement économique et social et de la croissance. Les efforts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) sont largement compromis par les menaces que fait peser le changement climatique. C’est aussi un facteur d’instabilité et un enjeu de sécurité collective. Les conflits autour des ressources naturelles, les migrations dues au manque d’accès à l’eau et à la terre aggravent les tensions sociales et ébranlent la stabilité politique et la sécurité collective.

Un monde plus chaud sera un monde plus violent. Le changement climatique conduit à des modifications économiques et géopolitiques profondes qui affectent toute la chaîne des activités humaines et est de nature à saper les espoirs de développement.

Nous nous trouvons donc face à un défi sans précédent dans l’histoire de l’humanité

La conférence de Copenhague doit marquer le moment où tous les leaders politiques assument aux yeux du monde et des générations futures leurs responsabilités face au défi du changement climatique. La négociation climatique n’est pas une négociation internationale comme les autres, où les pays ont des intérêts particuliers à défendre : c’est une négociation pour organiser la réponse collective à une menace commune.

économique et environnement…

… mais entre, d’un côté, la poursuite d’un développement intensif en carbone, qui n’est pas durable et nous mène à des conflits et à la pauvreté, et de l’autre, un chemin de croissance nouveau pour tous les pays, moins intensif en carbone, dont il incombe à la communauté internationale de créer les conditions.

Le défi de notre génération, dont dépend la survie même des générations futures, est d’organiser ces nouveaux modes de développement sobre en carbone.

Ceci est réalisable, et n’est pas incompatible avec le développement :

c’est même l’occasion, à court terme, d’une « relance verte » et, à long terme, d’une fortification de l’activité économique mondiale dans un cadre de développement durable.

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (1.5 Mo).

Consulter et télécharger :

Doc:L’action extérieure de la France contre le changement climatique - Brochure complète , 1.5 Mo, 0x0
L’action extérieure de la France contre le changement climatique - Brochure complète - (PDF, 1.5 Mo)
Doc:France’s international action on climate change - English version , 1.7 Mo, 0x0
France’s international action on climate change - English version - (PDF, 1.7 Mo)

Ce document a été réalisé avec le concours de l’Agence française de développement (AFD)

Mise à jour : 24.11.11


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014