Accès rapide :

L’inauguration

Lesseps a fixé la date d’achèvement des travaux à octobre 1869. Malgré des difficultés imprévues et les décès de Paul Borel et d’Edouard Lavalley qui ne verront pas l’aboutissement de leurs efforts, les fêtes de l’inauguration peuvent se dérouler au jour dit, du 16 au 22 novembre 1869.

Pour Lesseps, c’est l’heure de gloire et la reconnaissance internationale, pour le Second Empire, ce sont les dernières « fêtes impériales, et pour Ismaïl, c’est l’occasion de recevoir en souverain la plupart des têtes couronnées de l’Europe.
La France est représentée par l’impératrice Eugénie qui voyage à bord de l’Aigle, le yacht impérial. L’empereur François-Joseph, le prince royal de Prusse, le prince et la princesse des Pays-Bas honorent les fêtes de leur présence. La Grande-Bretagne est représentée par lord Elliot, son ambassadeur, la reine Victoria et le prince de Galles ayant décliné l’invitation du khédive. Le duc Amédée d’Aoste doit regagner l’Italie dès octobre en raison d’une maladie du roi Victor-Emmanuel. Le général Ignatief, ambassadeur de Russie, assiste à l’inauguration pour le compte de son maître, le tsar Alexandre II.

Doc:Le khédive Ismaïl (1830-1895) <BR> L’Egypte à l’Exposition universelle <BR> de 1867, Paris, Dentu, 1867. <BR> Ministère des Affaires étrangères. , 89.1 ko, 501x766
Le khédive Ismaïl (1830-1895)
L’Egypte à l’Exposition universelle
de 1867, Paris, Dentu, 1867.
Ministère des Affaires étrangères. - (JPEG, 89.1 ko)

Ismaïl (1863-1879), qui porte titre de khédive (« seigneur ») depuis 1867, a souhaité donner le plus grand éclat aux cérémonies. Depuis plusieurs années, Le Caire fait l’objet de rénovations dans le style des grandes capitales européennes. Un somptueux palais a été édifié pour servir de résidence à l’impératrice Eugénie. Des personnalités du monde des arts, des sciences, de l’économie ont été invités par le vice-roi et par Lesseps. Le nombre des invités européens se monte à plus de mille parmi lesquels cent privilégiés sont conviés à une excursion en Haute-Egypte sous la conduite d’Auguste Mariette, le fondateur du musée des Antiquités du Caire.
Des touristes allemands, italiens, russes, français, anglais, espagnols ont pris d’assaut depuis un mois les paquebots des compagnies en relations avec l’Egypte. La presse internationale couvre l’événement.

La cérémonie commence le 16 novembre. Les représentants des différents cultes prononcent bénédictions et actions de grâce pour la consécration du canal. Mgr Bauer, aumônier des Tuileries, célébre les bienfaits du commerce et la réunion de l’Orient et de l’Occident : "Je suis heureux de jeter sur cette plage aux quatre vents du ciel le nom de Ferdinand de Lesseps !".

Doc:Inauguration du canal de Suez.  <BR> Entrée du yacht impérial, l’Aigle, <BR> dans le canal à Port-Saïd. <BR> L’Illustration, 11 décembre 1869. <BR> Ministère des Affaires étrangères. , 75.2 ko, 665x375
Inauguration du canal de Suez.
Entrée du yacht impérial, l’Aigle,
dans le canal à Port-Saïd.
L’Illustration, 11 décembre 1869.
Ministère des Affaires étrangères. - (JPEG, 75.2 ko)

Le 17 novembre 1869 à 8 heures du matin, l’Aigle, le yacht impérial ayant à son bord l’impératrice Eugénie et Ferdinand de Lesseps avec sa famille, s’engage dans le chenal, suivi des navires des autres souverains. A Ismaïlia, le khédive et une foule d’invités de toutes nationalités se portent au devant de l’impératrice. Charles Blanc, un des nombreux invités français, écrira des années après : "Je ne sais ce qui s’est passé en ce moment dans le cœur de M. de Lesseps. Mais nous étions tous très émus et, pour mon compte, j’éprouvais un sentiment de fierté à voir comment le génie de l’homme avait su remanier notre planète, retoucher l’œuvre de la création, donner des ordres à l’Océan et s’en faire obéir".

Le 18, Ismaïlia est le cadre de fêtes somptueuses. L’impératrice se rend au palais du khédive, parcourt le seuil d’El-Guisr, visite la cité puis descend au chalet de Lesseps où elle reçoit les dames de l’isthme. Dans l’après-midi a lieu une fantasia.
Les prodigalités d’Ismaïl, qui passe pour amoureux d’Eugénie, atteignent des sommets. Dans la ville pavoisée, 1200 tentes ont été dressées sur son ordre pour loger les invités. Un traiteur du Caire a reçu deux millions pour dresser des centaines de buffets. Des cuisiniers ont été recrutés spécialement en Europe. Le soir un bal de 5000 invités, ouvert par l’impératrice et par François-Joseph, est donné dans le tout nouveau palais du khédive. La soirée s’achève par deux soupers et un feu d’artifice.

Le 19 à midi, le convoi, l’Aigle toujours en tête, reprend sa route et atteint les lacs Amers dans la soirée. Reparti le lendemain matin, il arrive à Suez à 11 heures 30 et Ferdinand de Lesseps adresse un télégramme à Paris : "Suez, 20 novembre, 11 heures 30 du matin. L’Aigle a mouillé dans la mer Rouge !" Les illustres passagers apposent leur signature sur le livre de bord du navire.

Dans l’après-midi, le khédive rentre avec François-Joseph au Caire où d’autres fêtes. les attendent. Après une excursion aux fontaines de Moïse, l’impératrice regagne Port-Saïd à bord de son yacht.

Doc:Ferdinand de Lesseps en 1865 <BR> Lithographie de Lafosse d’après <BR> une photographie de Pierre Petit). <BR> Victor Frond, Panthéon des illustrations <BR> françaises au XIXème siècle, <BR> Paris, Abel Pilon, s.d. <BR>  Ministère des Affaires étrangères. , 4.2 ko, 118x151
Ferdinand de Lesseps en 1865
Lithographie de Lafosse d’après
une photographie de Pierre Petit).
Victor Frond, Panthéon des illustrations
françaises au XIXème siècle,
Paris, Abel Pilon, s.d.
Ministère des Affaires étrangères. - (JPEG, 4.2 ko)

En 1869 et les années suivantes, les honneurs officiels pleuvent sur Ferdinand de Lesseps. Lors des fêtes de l’inauguration, il reçoit la grand-croix de la Légion d’honneur, le grand-cordon de l’Osmanieh, le grand-cordon de l’Ordre de François-Joseph, l’Ordre de Léopold, de Belgique, l’Ordre des Saints Maurice et Lazare, d’Italie etc. L’impératrice Eugénie lui remet une coupe en argent lors des fêtes d’Ismaïlia.

Parmi tous ces hommages, ceux de la Grande-Bretagne sont particulièrement soulignés par la presse française. Lord Clarendon, ministre des Affaires étrangères lui adresse le 27 novembre 1869 une lettre officielle pour lui transmettre les félicitations du gouvernement anglais. Lors d’un séjour en Angleterre, où il est invité pour l’inauguration du télégraphe électrique entre l’Europe et l’Inde, il est fait grand-croix de l’Ordre de l’Etoile de l’Inde (27 juin 1871).
Pendant les dix ans qui séparent l’inauguration du canal de Suez et les débuts de Panama, Lesseps s’intéresse à divers projets : création d’une mer intérieure en Afrique, construction d’une voie ferrée en Chine. Il se lance aussi, mais sans succès, dans une carrière politique.

En 1885, il est élu à l’Académie française où il est accueilli par Ernest Renan. En octobre 1886, il est chargé de conduire la délégation française lors de l’inauguration de la statue de la Liberté à New-York .

Doc:Croquis par Cham<BR> <i>Le Charivari</i>, 26 sept. 1869 , 88.3 ko, 305x356
Croquis par Cham
Le Charivari, 26 sept. 1869 - (JPEG, 88.3 ko)

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014