Accès rapide :

"Ouvrir la terre aux nations" - une biographie de Ferdinand de Lesseps (1805 - 1894)

Né au début du Premier Empire et mort à la fin du siècle, Ferdinand de Lesseps fut tout le contraire d’un nostalgique de l’épopée napoléonienne à laquelle son père et son oncle avaient pris part. Convaincu des bienfaits de la science, il était de ceux pour lesquels il existe d’autres victoires que celles remportées par les armes.

Entré par tradition familiale dans la carrière diplomatique, il y fait de brillants débuts et y montre les qualités que ses ennemis eux-mêmes lui reconnaîtront : le courage, la ténacité, l’optimisme et une puissance de travail hors du commun. Il quitte la diplomatie en 1849 pour se consacrer à ce canal de Suez voulu comme une œuvre de « civilisation et de progrès. »

Dans les nombreux combats qu’il doit livrer, il est appuyé par l’opinion publique française et européenne, entouré d’ingénieurs qui partagent sa foi dans la science et le progrès et soutenu par le vice-roi d’Egypte Mohamed Saïd qui avait donné son accord à une entreprise hasardeuse et ne reprit jamais sa parole.

Après l’inauguration du canal en novembre 1869, Ferdinand de Lesseps est le plus illustre des Français, le « grand Français », comme l’appelle Gambetta en 1879. Seule la gloire de Pasteur, son contemporain, égale la sienne.

Doc:Vue du sphynx. <BR> C.F. Volney, Voyage en Syrie <BR> et en Egypte, Paris, Courcier, 1807. <BR> Bibliothèque du ministère <BR> des Affaires étrangères, 29A2. , 98.2 ko, 750x531
Vue du sphynx.
C.F. Volney, Voyage en Syrie
et en Egypte, Paris, Courcier, 1807.
Bibliothèque du ministère
des Affaires étrangères, 29A2. - (JPEG, 98.2 ko)













Sans doute grisé par cette gloire, il se lance dix ans après l’achèvement de Suez dans l’aventure de Panama. Convaincu qu’ayant eu raison seul contre tous à Suez, il ne pouvait se tromper à Panama, il engage l’entreprise dans une voie qui aboutira au naufrage de la Compagnie du canal interocéanique puis à un scandale retentissant. Terrassé par la faillite de la Compagnie, l’âge lui épargne d’avoir pleinement conscience du scandale.

La gloire promise par Bonaparte au créateur du canal de Suez lui demeure.

Bibliographie sélective
Fiche technique


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014