Accès rapide :

La France et le Vatican

La France et le Saint Siège

Relations politiques

La France est pour le Saint-Siège un interlocuteur privilégié. Les relations bilatérales ont traditionnellement un caractère confiant et constructif. Elles sont marquées par une large convergence de vues sur les objectifs de paix, de justice et de défense des droits de l’homme.

Le Saint-Siège reconnaît la place importante de notre pays dans la communauté internationale. Nos positions sur les questions internationales sont souvent très proches, comme c’est le cas notamment sur les dossiers du Proche-Orient (Liban, Palestine et question de Gaza, situation des minorités chrétiennes). Nos positions convergent également sur les enjeux du développement, en particulier en Afrique, et certains enjeux globaux comme le changement climatique.

Le travail de l’instance de dialogue qui réunit le gouvernement, l’Eglise de France et le Saint Siège, répond à un besoin objectif et à une attente de l’Eglise catholique, qui estimait ne pas être suffisamment consultée par les pouvoirs publics sur les sujets de société ou les dossiers techniques l’intéressant, et se plaignait de l’indifférence des pouvoirs publics à son égard.

La dernière réunion de l’instance (février 2013) a eu lieu à Paris et a notamment permis au gouvernement de rappeler son souci de poursuivre avec l’église un dialogue constructif et serein sur toutes les questions de société et celles intéressant le culte. Le Vatican est attaché à ce que cette enceinte de dialogue débouche sur une coopération substantielle soutenue par la laïcité positive (au-delà du règlement des questions administratives ou des discussions sociétales).

Le traitement réservé par le Saint-Siège aux grandes personnalités du catholicisme français témoigne de l’intérêt des autorités vaticanes à l’égard de notre pays : proclamation de Sainte Thérèse de Lisieux comme 33ème Docteur de l’Eglise (1997), canonisation de la Bienheureuse Théodora GUERIN (2006) et de Marie-Eugénie de Jésus (2007), béatification de Charles de FOUCAULD (2005), puis de Louis et Zelie MARTIN (2008), canonisation de Jeanne JUGAN (2009). La béatification du prêtre Français Pierre-Adrien Toulorge (1757-1793) a eu lieu à Coutances (Manche) fin avril 2012. Plusieurs autres causes relatives à des Français sont actuellement en cours d’instruction : Robert SCHUMAN, Marthe ROBIN (fondatrice des Foyers de Charité), le Père Marie-Joseph LAGRANGE (fondateur de l’école biblique de Jérusalem), le Père Marie-Eugène de l’Enfant Jésus (fondateur de Notre-Dame-de-Vie), le Professeur Jérôme LEJEUNE.


Visites

Les chefs d’Etat français se rendent en général au Saint-Siège peu après leur entrée en fonctions, pour prendre possession de leur stalle de premier et unique chanoine de la basilique Saint Jean de Latran.

Tel a été le cas de M. Nicolas Sarkozy (20 décembre 2007) qui a effectué une deuxième visite au Vatican le 8 octobre 2010. Le ministre de l’intérieur, M. Manuel Valls a représenté la France à l’occasion de la canonisation du père Berthieu, le 21 octobre 2012, à Rome. Le Premier ministre, M. Jean-Marc Ayrault, et le ministre des affaires étrangères, M. Laurent Fabius, se sont rendu à Rome, le 20 mars, à l’occasion de la cérémonie d’intronisation du pape François.

Du côté du Saint-Siège, le Pape Jean Paul II s’est rendu en France huit fois au cours de son pontificat et y a effectué sa dernière visite, à Lourdes, le 15 août 2004 pour fêter le 150ème anniversaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception. Le Pape Benoît XVI a, pour sa part, effectué une visite à Paris et à Lourdes en septembre 2008, à l’occasion du 150ème anniversaire des apparitions de la Vierge à Bernadette.

Depuis le début de son pontificat, le Pape François ne s’est pas encore rendu officiellement en visite en France.


Mise à jour : 10.01.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014