Accès rapide :

La France et le Turkménistan

Brève

Webdocumentaire "Diplomatie économique au Turkménistan"

Ce récit photographique et sonore inédit de Frédéric de la Mure plonge au cœur de l’action diplomatique de la France dans ce pays peu connu en Asie centrale, et au potentiel économique prometteur.

Présentation

La représentation française au Turkménistan, dont l’ouverture a été décidée lors de la visite à Achgabat du président Mitterrand en avril 1994, a été élevée au rang d’ambassade en 1999. Après une première phase dynamique (conclusion de plusieurs accords, co-parrainage en 1995 de la résolution de l’ONU proclamant la neutralité du Turkménistan, visite à Paris du Président turkmène en 1996), les contacts se sont raréfiés. Le changement de chef d’Etat à Achgabat s’est accompagné d’une relance des relations bilatérales marquée par sa visite officielle à l’invitation du Président de la République les 1er et 2 février 2010. La Secrétaire d’Etat au commerce extérieur a été reçue par le président turkmène lors de sa visite à Achgabat le 30 juin 2010 à l’occasion de la tenue de la 1ère réunion de la Commission mixte économique, ainsi que son successeur qui s’y est rendu le 6 mars 2012. Enfin, le - Ministre des Affaires étrangères a rencontré le Président et son homologue à Achgabat le 2 mars 2013.

Nos relations commerciales avec le Turkménistan font du pays le 3euxième partenaire de la France en Asie centrale (derrière le Kazakhstan et l’Ouzbékistan). Elles sont quasi-exclusivement nourries par les grands contrats, ce qui les rend très fluctuantes. En 2013, le volume total des échanges s’est élevé à 126 M€, en nette baisse par rapport à 2012, dont 123,5 M€ pour les exportations françaises et seulement 2,5 M€ d’importations en provenance du Turkménistan. Les exportations françaises sont essentiellement composées de biens d’équipements mécaniques et électriques ainsi que de biens intermédiaires (minéraux, produits chimiques) utilisés dans l’industrie extractive.

La présence française demeure limitée avec une part de marché de 3% mais tend à se développer : 15 entreprises françaises y sont aujourd’hui implantées (principalement Bouygues, Accor, Cifal, Dgt Logistic, Schlumberger, Schneider Electric, Technip, Thales, Total, Vinci, CIS, Eurocopter), et en 2010, 147 entreprises domiciliées en France ont exporté vers le Turkménistan, dont 46 PME. Les activités de Bouygues depuis 1992 contribuent fortement à la présence française dans le pays (chiffre d’affaire de 2,5 Mds€, la moitié du chiffre d’affaires du groupe à l’international).

La Commission mixte pour la coopération économique et le groupe de travail bilatéral dans le domaine de l’énergie créé en 2010 constituent des vecteurs importants pour nos relations économiques bilatérales.

En matière de coopération, avec une enveloppe de 75 889 € en 2013 et de 74 122 € en 2014, l’Institut Français du Turkménistan, seul centre culturel occidental de la capitale turkmène, propose des cours de français et organise des événements culturels (cinéma 3D, cirque, danse, musique). Il dispose d’une médiathèque, lieu de rencontre et d’échange. Il participe aussi à la coopération linguistique et éducative (formation des professeurs turkmènes). Chaque année, l’Ambassade attribue à 2 à 4 étudiants turkmènes des bourses d’études, dans le domaine des sciences sociales et humaines (programme Bourdieu), de l’économie ou de la gestion.


Mise à jour : 10.04.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014