Accès rapide :

La France et le Suriname

Présentation

Relations politiques

  • Ambassadeur de France au Suriname : M. Michel PROM (depuis septembre 2013)
  • Ambassadeur du Suriname en France : M. Harvey NAARENDORP (06/06/2011).

La France et le Suriname ont une frontière fluviale (Maroni) de 520 km. La guerre civile a provoqué l’afflux en Guyane de réfugiés surinamais, noirs-marrons de l’intérieur, dont des milliers sont restés. Depuis la réouverture de la frontière (décembre 1991), les courants d’échanges traditionnels ont pu reprendre. Le Suriname a marqué sa volonté de renforcer les relations avec la France : l’ouverture d’une ambassade à Paris en 2011 illustre cette orientation. L’objectif pour la France est de limiter l’économie clandestine transfrontalière tout en favorisant les échanges commerciaux, et de réguler le fort courant d’immigration illégale en Guyane.

Un accord bilatéral de réadmission des personnes en situation irrégulière a été signé le 30 novembre 2004 (mais n’est toujours pas ratifié par le Suriname).

L’accord de coopération transfrontalière en matière policière, signé le 29 juin 2006 a été ratifié par la France en 2008 et doit encore l’être par la partie surinamaise. Sur le terrain, cependant, la coopération fonctionne de manière satisfaisante. Des patrouilles militaires fluviales conjointes sont mises en œuvre selon un accord intergouvernemental datant de septembre 2003.

Il existe un contentieux frontalier sur une zone comprise entre les rivières Marouini et Litani, d’environ 3 000 km², où a été créé le Parc Amazonien de la Guyane début 2007. Les négociations sur la délimitation de la frontière maritime pourraient aboutir dans le courant de l’année 2014.

Les premières consultations bilatérales se sont tenues à Paramaribo en novembre 2009. Un « Conseil du fleuve » a été institué qui réunit deux fois par an représentants des administrations et élus locaux pour traiter des questions d’intérêt commun.


Visites

Visites françaises au Suriname

  • 10-11 novembre 2004 : M. Xavier Darcos, Ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie.
  • 23 novembre 2004 : M. Léon Bertrand, Ministre délégué au Tourisme (et maire de Saint Laurent du Maroni).
  • 24 novembre 2009, à l’occasion de la tenue de la Première réunion de la Commission Mixte : Mme Chantal Berthelot, députée de la 2ème circonscription de Guyane et présidente du Groupe d’amitié France-Suriname à l’Assemblée Nationale ; M. Léon Bertrand, ancien Ministre, Maire de Saint-Laurent du Maroni et Président de la Communauté de Communes.
  • 12 août 2010, à l’occasion de la cérémonie d’investiture : M. Rodolphe Alexandre, Président de Région de Guyane ; M. Alain Tien-Liong, Président du Conseil général.
  • 13-14 novembre 2012 : M. Simon Sutour, président de la Commission des affaires européennes du Sénat et son vice-président, M. Georges Parient.


Visites surinamaises en France

  • 30 novembre-1er décembre 2004, Paris : Mme Maria Levens, ministre des Affaires étrangères. Entretiens avec M. Renaud Muselier, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, et avec Mme Brigitte Girardin, ministre chargée de l’Outre-mer.
  • 29 juin 2006, Guyane : M. Chandrikapersad Santokhi, Ministre de la Police et de la Justice. Rencontre avec M. Sarkozy, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire. Signature d’un accord de coopération transfrontalière.
  • 6 novembre 2006, Paris : M. Kemerchend Raghoebarsing, Ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. Rencontre avec M. Dominique Bussereau, Ministre de l’Agriculture et de la pêche.
  • 24-27 octobre 2011, Paris : visite du ministre des Ressources naturelles, M. Jim HOK, à l’occasion de l’inauguration de l’Ambassade du Suriname à Paris.


Relations économiques

La France est économiquement peu présente chez son voisin surinamais. Elle est le 4ème fournisseur européen (0,9% de part de marché), après les Pays-Bas (15,6%), l’Allemagne (1,8%) et la Grande-Bretagne (1,4%). Des opérateurs français sont présents dans la filière banane (fourniture de plantes in-vitro par le CIRAD, matériel d’irrigation, assistance technique, commercialisation et transport vers l’Europe, via la compagnie maritime CMA-CGM. Les Chambres de commerce du Suriname et de Guyane se réunissent chaque année.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Suriname a été intégré à la Zone de Solidarité Prioritaire en 1999. La coopération avec le Suriname s’effectue principalement à travers l’Agence Française de Développement ou encore le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial).

L’AFD a concédé ces dernières années deux prêts concessionnels : 25 M€ pour la réhabilitation d’un tronçon de la route reliant Paramaribo et Albina, 15M€ pour la construction d’un hôpital à Albina complété par un volet assistance technique, sous forme de subvention, pour un montant de 1,1 M€.

Enfin, l’ambassade à Paramaribo met en œuvre des crédits bilatéraux pour appuyer l’alliance française de la capitale. Les programmes opérationnels « Caraïbes » et « Amazonie » du FEDER permettent au Conseil régional de Guyane d’associer le Suriname à des projets d’intérêt commun.

Un FSP d’un montant de 372 000 € « appui institutionnel à la sécurité et à la justice » permet de financer actions de formation et dons de matériel.


Autres types de coopération

La coopération militaire bilatérale (formations, exercices communs, soutien logistique) vise également à la sécurité transfrontalière et à renforcer les capacités d’exercice de souveraineté par l’Etat surinamais.


Mise à jour : 31.10.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014