Accès rapide :

Géographie et histoire

Géographie

Pas de décalage horaire par rapport à Paris ni en hiver, ni en été.

Située dans la partie orientale de la péninsule scandinave, la Suède est le plus grand des cinq pays nordiques. Elle est bordée au nord et à l’ouest par la Norvège, au nord-est par la Finlande, à l’est par le golfe de Botnie et la mer Baltique, au sud-ouest par l’Oresund, le Kattegat et le Skagerrak. Elle comprend également les îles de Gotland et d’Öland, dans la Mer Baltique. D’une superficie de 449 964 km², elle s’étend du nord au sud sur environ 1 600 km et d’est en ouest sur environ 500 km. De nombreux fleuves présentent un potentiel hydroélectrique important. La Suède, qui s’étend depuis la latitude de Moscou jusqu’au-delà du cercle polaire, est un pays contrasté présentant une grande diversité de paysages. La forêt, de plus en plus dense vers le Nord, recouvre 59 % du territoire.

La Suède jouit d’un climat semi-continental tempéré par le Gulf Stream et les vents d’ouest en provenance de l’Atlantique nord, dans la partie méridionale. Cette influence maritime est limitée en hiver par des masses d’air froid venues de l’est, surtout dans le nord du pays, qui connaît un climat subarctique (15 % du territoire est situé au delà du cercle polaire). Printemps et automne sont de plus en plus courts au fur et à mesure que l’on monte en latitude ; le contraste est alors saisissant entre l’hiver où les nuits sont très longues et l’été où le soleil ne se couche pas pendant quelques semaines. La moyenne annuelle des précipitations est d’environ 50 mm sous forme de pluie et de neige. Le taux d’hygrométrie varie de 80 % en hiver à 57 % l’été, à Stockholm.


Histoire

L’époque Viking (800–1050) marque une forte expansion à travers de nombreuses expéditions tenant à la fois du pillage et du commerce. Les diverses provinces qui composaient la Suède s’associent vers l’an 1000 pour former un ensemble unifié. En 1389, à la faveur d’héritages et d’alliances familiales, les royaumes du Danemark, de Norvège et de Suède sont unifiés sous le sceptre de la reine Marguerite de Danemark.

En 1397 est constituée l’Union de Kalmar, au sein de laquelle les trois pays scandinaves devaient être gouvernés par un seul et même souverain. L’Union (1397–1521) a toutefois été jalonnée de conflits internes qui culminent en 1520 avec le « Bain de sang » de Stockholm aboutissant en 1521 à la prise de pouvoir de Gustave Vasa, proclamé roi de Suède en 1523 et sous le règne duquel sont jetées les bases de l’État national suédois.

Au terme de guerres répétées, la Suède devient une grande puissance du nord de l’Europe et outre le Danemark et la Finlande, prend possession de plusieurs provinces du nord de l’Allemagne et des pays Baltes actuels. Toutefois vaincue dans la grande Guerre du Nord (1700–1721), la Suède perd la plupart de ses provinces et se trouve réduite à un territoire correspondant à peu près à la Suède et à la Finlande d’aujourd’hui. Au cours des guerres napoléoniennes, la Finlande est annexée à la Russie.

À titre de compensation, le maréchal d’Empire Jean-Baptiste Bernadotte, élu héritier du trône de Suède en 1810, réussit en 1814 à imposer à la Norvège une union avec la Suède. Après de multiples dissensions internes, cette union sera dissoute pacifiquement en 1905. À la fin du XIXe siècle émergent en Suède de puissants mouvements populaires tels que les Églises libres, les ligues de tempérance, les organisations féministes, et surtout le mouvement ouvrier.

Le suffrage universel est instauré pour les hommes en 1909 et pour les femmes en 1921. Les premiers sociaux-démocrates font leur entrée au gouvernement en 1917 et le projet de l’État de bien-être prend forme dans les années 1930. Il sera mené à bien après la seconde guerre mondiale avec une série de réformes jetant les bases de l’État-providence suédois. Une nouvelle constitution est adoptée en 1974.

Suite à la grave crise financière du début des années 1990, la Suède a réorienté sa politique économique et sociale avec un contrôle budgétaire rigoureux. Elle pose en principe que tous les pouvoirs émanent du peuple qui désigne le Riksdag par des élections libres. Le roi reste le chef de l’État mais son rôle est essentiellement honorifique.

En 1980, une modification de l’ordre de succession au trône donne aux héritiers des deux sexes les mêmes droits à la couronne. Ainsi, la princesse Victoria est devenue l’héritière du trône au lieu de son frère cadet, Carl Philip.


Mise à jour : 04.07.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014