Accès rapide :

La France et la République de Serbie

Présentation

Relations politiques

Ambassade de France à Belgrade

Depuis le 16 novembre 2000 - rétablissement de nos relations diplomatiques avec la République Fédérale de Yougoslavie -, nos liens avec l’Etat commun de Serbie-et-Monténégro, puis, depuis 2006, avec la République de Serbie, n’ont cessé de se développer.

La relation politique a connu une étape importante en avril 2011 avec la visite du président Tadic, au cours de laquelle a été signé un accord de partenariat stratégique. Cet accord vise à relancer et encadrer la relation bilatérale dans l’ensemble des secteurs, conformément à la volonté des deux Présidents.

Les principaux axes de la coopération sont : le soutien à l’intégration européenne de la Serbie ; le développement de la coopération et des échanges de données sur les questions économiques, énergétiques et en matière d’environnement ; la coopération dans le domaine de la défense ; la coopération universitaire, scientifique, linguistique et culturelle ; la consolidation des relations dans les domaines de la sécurité et des affaires intérieures.

Au cours de l’année 2013, plusieurs personnalités serbes se sont rendues en France :

  • la vice premier ministre, chargée de l’Intégration européenne, Mme Suzana GRUBJESIC (février) ;
  • le premier ministre, M. Ivica DACIC (avril) ;
  • M. Nebojsa RODIC, ministre de la Défense (octobre) ;
  • M. Branko RUZIC, ministre chargé de l’Intégration européenne, accompagné de Mme MISCEVIC, négociatrice en chef pour l’adhésion de la Serbie à l’UE (12-13 novembre).

Plusieurs personnalités françaises se sont également rendues en Serbie :

  • le ministre délégué, chargé des Affaires européennes, M. Thierry REPENTIN, conjointement avec M. Alain RICHARD, représentant spécial du ministre des Affaires étrangères, chargé de la diplomatie économique dans les Balkans occidentaux (2 septembre) ;
  • une délégation de sénateurs du groupe interparlementaire France-Balkans (fin septembre) ;
  • une délégation de l’association des maires de France (septembre) ;
  • une délégation de sénateurs de la commission des Affaires européennes (mi-novembre).

Le temps fort de la relation bilatérale a été l’entretien du Président de la République avec le président NIKOLIC en marge du Sommet régional de Brdo (Slovénie, 25 juillet 2013).

A cette occasion, le Président de la République a émis le souhait de renforcer la relation bilatérale dans tous les domaines, notamment dans le secteur économique. Il a souhaité que les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale permettent de célébrer la fraternité d’armes franco-serbe (Front d’Orient). Il a rappelé le soutien de la France au rapprochement européen de la Serbie.

Pour sa part, le président serbe a rappelé son engagement en faveur de la réconciliation régionale.

A l’instar des autres pays européens, la France a pleinement soutenu, dès 2000, lors du Sommet de Zagreb, puis à Thessalonique (2003), la « perspective européenne des Balkans occidentaux » et, dès lors, celle de la Serbie. La France avait également soutenu la demande d’adhésion de la Serbie aux Nations unies et au Conseil de l’Europe.


Relations économiques

Les relations économiques entre la France et la Serbie se situent actuellement en-deçà de leur potentiel. Le poids régional et la situation stratégique de la Serbie dans les Balkans occidentaux doit nous inciter à approfondir le lien économique. La Serbie absorbe actuellement 47% de nos exportations vers les pays des Balkans occidentaux (hors Croatie) et fournit 43 % de nos importations.

Le commerce bilatéral (463 M€ en 2013 : 232 M€ d’exportations / 231 M€ d’importations) n’est pas en phase avec les potentialités qu’offre ce pays. La décision du Conseil européen du 20 décembre 2013 d’ouvrir les négociations d’adhésion de la Serbie à l’UE devrait encourager les investisseurs à aller de l’avant.


Echanges bilatéraux

La France est le 12ème client de la Serbie, nos achats constituant 2,3 % du total des importations serbes. Représentant 91 % de nos exportations à la Serbie en 2012, les produits manufacturés proviennent notamment des secteurs suivants : chimie et parfums (+ 41.5 %) ; équipements mécaniques et électriques ; matériel de transport ; pharmacie (+3,1 %) ; textile et habillement ; caoutchouc et plasturgie (+ 13 %) ; métallurgie.

Correspondant à 71,1 % de nos importations de Serbie, les produits manufacturés sont issus des secteurs suivants : métallurgie ; caoutchouc et plasturgie ; textile et habillement ; machines industrielles et agricoles (+ 70,9 %) ; matériels de transport. Nos achats de produits agroalimentaires (fruits rouges) sont stables à un niveau de 53 M€. Sur les 10 premiers mois de 2013, nos importations (231 M€), ont progressé de 35,3%.


Présence

En stock, les investissements directs français en Serbie se chiffrent, selon la Banque de France, à 892 M€. Les stocks d’investissements directs français en Serbie représentent 46,4% de nos IDE dans les Balkans et 4,1% des IDE en Serbie.

Plus de 80 implantations françaises en Serbie emploient environ 9.000 salariés. 55% des effectifs sont dans le secteur manufacturier (Michelin, Lafarge, Bongrain, Lactalis, Soufflet), 28% dans les services financiers (SG, CA, BNP Paribas, Axa) et 17 % dans les autres secteurs tertiaires (Atos). La communauté française d’affaires est regroupée autour d’une Chambre de commerce Franco-Serbe.

Le prochain démarrage des négociations d’adhésion de la Serbie à l’Union européenne (prévu en janvier 2014) devrait inciter les entreprises à s’intéresser davantage au marché serbe. Ce pays dispose d’un positionnement géographique qui en fait une plate-forme régionale.

Situé à la croisée d’axes routiers (corridor paneuropéen X), ferroviaires et fluviaux, ce pays a en outre signé plusieurs accords commerciaux, avec ses voisins (CEFTA), avec son partenaire historique, la Russie, auxquels il convient d’ajouter l’accord de stabilisation et d’association (ASA) avec l’UE, entré en vigueur en septembre 2013, qui offre un cadre juridique davantage sécurisé en matière commerciale et d’investissements.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Depuis octobre 2000, la France a consenti un effort important pour la coopération avec la Serbie (République fédérale de Yougoslavie, Serbie-et-Monténégro, puis Serbie) : aide budgétaire, interventions d’urgence et crédits du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) de plusieurs millions d’euros, afin de relancer la coopération dans cinq secteurs jugés stratégiques : coopération institutionnelle (administration publique, justice), développement des médias indépendants, rénovation du système éducatif, santé publique et réforme de l’enseignement supérieur.

En plus des fonds européens mobilisés via l’Instrument d’aide de pré-adhésion (IPA), notre coopération s’appuie sur la présence d’assistants techniques français. Ceux-ci sont placés auprès des autorités locales afin d’apporter une expertise directe visant à relever la capacité administrative des institutions, préalable indispensable pour satisfaire les critères communautaires (nous avons actuellement deux Experts techniques internationaux - ETI -, un spécialiste des questions européennes et un magistrat).

Notre coopération privilégie un plan de relance du français dans le système éducatif, développe les échanges inter-universitaires, les formations aux métiers culturels (le Centre culturel français, situé en plein cœur de Belgrade, joue un rôle essentiel sur la scène culturelle de la ville) et favorise les programmes de recherche entre laboratoires. L’Ecole française de Belgrade accueille actuellement 520 élèves, de l’école maternelle au lycée.

Liens utiles


Mise à jour : 21.01.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014