Accès rapide :

Géographie et histoire

Géographie

Situé au cœur du Pacifique sud, à l’est du territoire français de Wallis-et-Futuna, au nord du Royaume de Tonga, au sud de Tokelau et à l’ouest du territoire américain non-incorporé des Samoa américaines, l’Etat indépendant des Samoa regroupe neuf îles dont les deux principales sont Savai’i (1708 Km² et 43 000 habitants) et Upolu (1125 Km² et 130 000 habitants) sur laquelle se trouve la capitale des Samoa, Apia.

Le climat des Samoa est tropical et les températures y oscillent entre 24° C et 30° C. Les Samoa connaissent deux saisons, une saison pluvieuse de novembre à avril et une saison sèche de mai à octobre.


Histoire

Les premiers foyers de peuplement des Iles Samoa, d’origine austronésienne, pourraient remonter à deux millénaires avant JC. La majorité de la population actuelle est polynésienne et l’archipel est l’un des foyers de peuplement polynésien les plus anciens.

Aperçu par le Néerlandais Jacob Roggeveen en 1722, l’archipel des Samoa est baptisé « Iles des navigateurs » par le chevalier Louis-Antoine de Bougainville qui s’y arrête en 1768. Durant les années 1830, les missionnaires et les commerçants britanniques sont actifs aux Samoa.

En 1899, l’archipel devient cependant protectorat allemand après de fortes tensions entre Allemands, Britanniques et Américains pour le contrôle de ces îles lors de la conférence de Berlin. Les Samoa occidentales se trouvent alors rattachées à la Papouasie-Nouvelle-Guinée allemande et les Samoa orientales deviennent un territoire américain, les Britanniques abandonnant toute revendication sur l’archipel.

En 1914, dès le déclenchement des hostilités en Europe, la Nouvelle-Zélande s’empare sans combat des Iles Samoa. Elles sont placées sous la tutelle de Wellington à partir de 1919.

La gestion calamiteuse par les autorités coloniales de l’épidémie de grippe et, notamment, de l’autorisation de débarquement accordée aux passagers contaminés du SS Talune, participe à renforcer le ressentiment de la population locale vis-à-vis de Wellington. La répression des manifestations Mau en 1929 et l’assassinat du leader Tupua Tamase Lealofi III par les autorités coloniales attise la colère des Samoans.

Après une période coloniale de 43 ans, l’archipel est le premier Etat insulaire du Pacifique à se libérer des puissances coloniales en proclamant son indépendance le 1er janvier 1962 sous le nom de « Samoa Occidentales ». En 2002, le Premier ministre néo-zélandais, Helen Clark, s’est excusé pour les erreurs de l’administration coloniale durant l’entre-deux-guerres.

Le nouvel Etat s’organise sous la forme d’une monarchie constitutionnelle mêlant des éléments institutionnels occidentaux à ceux relevant de la coutume samoane, la fa’a Samoa. Deux des quatre principaux chefs traditionnels sont nommés « co-souverains » auprès du Roi et le droit de vote est alors réservé aux chefs porteurs du titre de Matai. En 1990, le système du vote des matais (dont le nombre s’était multiplié depuis l’indépendance) est abandonné et le suffrage universel est introduit.

La monarchie devient élective suite au décès du roi Malietoa Tanumafili II survenu le 11 mai 2007. Les Samoa ont depuis cette date un chef d’Etat (roi) élu par le Parlement tous les cinq ans. L’Etat a officiellement changé de nom en 1997 à l’occasion d’une réforme constitutionnelle pour devenir « l’Etat indépendant des Samoa ».

En 2009, le territoire a fait face à la plus grande catastrophe de son histoire, un tsunami a ravagé toute la côte sud de l’île d’Upolo et causé des pertes considérables.


Mise à jour : 26.02.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014