Accès rapide :

Présentation du Rwanda

Présentation

Données générales

Nom officiel : République du Rwanda
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : Paul KAGAME

Données géographiques

Superficie : 26 338 km²
Capitale : Kigali
Villes principales : Butare, Kigali, Ruhengeri
Langue (s) officielle (s) : anglais, français, kinyarwanda
Langue (s) courante (s) : kinyarwanda
Monnaie : Franc rwandais (1 EUR = 790 RWF)
Fête nationale : 4 juillet

Données démographiques

Population : 11 370 425 millions d’habitants
Densité : 430 hab/km²
Croissance démographique : 2,9 % (EIU, 2011)
Espérance de vie : 58 ans
Taux d’alphabétisation : 70 %
Religion (s) : Catholiques (56,5% en 2001) ; Protestants (26%) ; Adventistes (11,1%) ; Musulmans (4,6%) ; Animistes (0,1%) ; Autres (1,7%)
Indice de développement humain : 167ème sur 187 (PNUD 2012)
Classement Transparency International : 66ème sur 180 pays

Données économiques

PIB : 7,8 milliards $ (EIU, 2013)
PIB par habitant : 730 $ (2013)
Taux de croissance du PIB : 7,6% en 2013

Solde de la balance des paiements : -212 millions $ (2013)
Taux de chômage (au sens du BIT) : N.A
Taux de pauvreté : 45% en 2011
Taux d’inflation : 4,9 % en 2013

Balance commerciale : - 1 376 millions de $ (2012)
Dette : 28% du PIB en 2012
Déficit budgétaire : 0,1% du PIB

Principaux clients (exportations) données de 2010 : Kenya (26.77%), RDC (14.78%), Chine (9.62%), USA (5.71%), Belgique (4.78%), Hong Kong (4.34%)
Principaux fournisseurs (importations) données 2010 : Kenya (18.17%), Ouganda (16.80%), Tanzanie (6.46%), Chine (5.35%), USA (3.31%), Inde (3.16%),

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • Agriculture : 32%
  • Industrie : 16%
  • Services : 52%

Exportations de la France vers le Rwanda : 16.1 millions d’euros en 2012 (+8.6% par rapport à 2011)
Importations françaises depuis le Rwanda : 3.6 millions d’euros en 2012 (- 2.9% par rapport à 2011)

Ambassade de France : Kigali
Communauté française au Rwanda : environ 286 personnes [recensement 2012].
Communauté rwandaise en France : 2 520 résidents autorisés à séjourner en France.

https://www.tresor.economie.gouv.fr…

Politique intérieure

Le génocide de 1994, qui dure 100 jours, laisse le pays exsangue. Les institutions ainsi que le tissu économique et social sont totalement à reconstruire.

Au mois de juillet 1994, un gouvernement d’union nationale et une Assemblée nationale de transition sont formés par le Front Patriotique Rwandais (FPR, parti de Paul Kagame) et sept autres partis. Au mois d’avril 2000, Paul Kagame est désigné Président de la République du Rwanda. Il est élu à la Présidence pour la première fois en 2003 avec 95% des suffrages. Les élections législatives de la même année donnent une large majorité au FPR. Ce dernier conserve sa majorité aux termes des élections législatives de 2008 et 2013 avec 75% des suffrages. En 2010, Paul Kagame est réélu à la Présidence avec plus de 90% des suffrages pour un mandat de sept ans.

Depuis 2002, le Rwanda, qui a aboli la peine de mort le 26 juillet 2007, mène, au travers du processus des gacaca (tribunaux populaires inspirés de la justice coutumière), un difficile processus de réconciliation. Entre 2002 et 2012, deux millions de personnes ont été jugées, pour un taux de condamnations de 65%. Les tribunaux gacaca ont été fermés le 18 juin 2012.

Situation économique

La croissance économique rwandaise est soutenue et durable : de 2000 à 2010, le PIB a connu une croissance annuelle moyenne de 8%. Ce dynamisme repose sur cinq facteurs principaux :

  • la bonne tenue du secteur agricole qui bénéficie de conditions climatiques favorables ;
  • la croissance des exportations, lesquelles sont passées de 297 M$ en 2010 à 590 M$ en 2012. En 2012, les exportations traditionnelles du Rwanda (thé, café, étain) ont toutefois connu une baisse de l’ordre de 5% en valeur. La balance des paiements a connu, en 2012, un déficit de 212 M$ alors qu’elle était positive l’année précédente ;
    - une demande intérieure soutenue, portée notamment par l’expansion du crédit au secteur privé ;
  • des réformes profondes dans les domaines économique et social (décentralisation, réforme de la justice) avec un strict respect des programmes préconisés par les institutions financières internationales ;
  • la Banque Nationale du Rwanda mène une politique monétaire prudente. L’inflation a légèrement diminué au cours des dernières années (de 6,4% en 2010 à 4,9% en 2013). Cette situation contraste avec celle des autres pays de la Communauté d’Afrique de l’Est.

Kigali est en passe d’atteindre plusieurs objectifs du Millénaire pour le développement (dont l’éducation pour tous).

Pour autant, des problèmes structurels persistent : enclavement du pays, manque d’infrastructure, insuffisante productivité agricole, pression démographique (2,4%/an).

Situation des finances publiques : le déficit budgétaire a légèrement augmenté ces dernières années (passant de -0,1 % du PIB en 2010 à -3,5 % du PIB en 2011), en partie du fait de la réduction de la taxe sur les produits pétroliers en 2011 et de la réduction de l’aide publique extérieure : (13,6% du PIB entre 2009 et 2012, 11,7% du PIB en 2013). En 2012/13 le Rwanda a par ailleurs émis une obligation à 10 ans sur les marchés internationaux de 400 M$ soit l’équivalent de 5,5% du PIB.

Le Rwanda a bénéficié de l’annulation de sa dette multilatérale, au titre de l’Initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’Initiative d’Annulation de la Dette Multilatérale (IADM). La dette extérieure rwandaise est évaluée, à fin 2012, à 28 % du PIB, en progression par rapport à 2010 (14,8 % du PIB). Le FMI et la Banque Mondiale jugent aujourd’hui le risque de surendettement « modéré », alors qu’il était jugé « élevé » jusqu’à début 2009.

Politique extérieure

Le Rwanda et la RDC

Les deux pays entretiennent des relations tendues. Le Rwanda est intervenu à plusieurs reprises à l’Est de la RDC dans les années 1990. Durant la première guerre du Congo (1996-1997), il est intervenu aux côtés de l’Ouganda et du Burundi pour soutenir une rébellion zaïroise qui a renversé le président Mobutu et porté au pouvoir Laurent-Désiré Kabila. La deuxième guerre du Congo (1998-2003) voit les mêmes pays soutenir une rébellion pour écarter Laurent-Désiré Kabila du pouvoir.

En 2007, les deux pays décident de mener des opérations conjointes contre les extrémistes hutu réfugiés à l’Est de la RDC. En 2012, les relations entre les deux pays se dégradent à nouveau. Kinshasa soupçonne Kigali de soutenir une rébellion, le M23, issue d’une mutinerie de ses forces armées. Dans plusieurs rapports, le groupe d’expert des Nations Unies sur la RDC met directement en cause le Rwanda et l’Ouganda pour leur soutien au M23. Les autorités rwandaises contestent les conclusions de ces rapports.

Parrainé par les Nations Unies, l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en RDC à Addis-Abeba du 24 février 2013 est porteur d’espoir pour la stabilité de la région. Signé par les pays membres de la Conférence internationale pour la région des grands lacs (CIRGL), dont le Rwanda et la RDC, il prévoit une série d’engagements des différents acteurs (Etats de la région, communauté internationale) ainsi qu’un mécanisme de suivi régional. Le Rwanda et la RDC se sont engagés à renouer et approfondir leur dialogue dans ce cadre.

Le Rwanda et l’Ouganda

Les relations entre Kigali et Kampala ont longtemps été fluctuantes. Plus récemment, les deux pays ont décidé de renforcer leur dialogue politique. Des entretiens à haut niveau sont venus illustrés cette nouvelle dynamique (visite du président Yoweri Museveni à Kigali en juillet 2011 ; déplacement du président Paul Kagame en février 2012).

Soucieux de dépasser les obstacles à leur développement économique, notamment en matière énergétique, les deux pays cherchent à développer leurs liens commerciaux.

Le Rwanda et le Tanzanie

En 2013, les relations entre le Rwanda et la Tanzanie se sont brutalement dégradées. Les déclarations du président Jakaya Kikwete appelant le Rwanda à ouvrir des négociations avec les Forces Démocratiques de Libérations du Rwanda (FDLR, hutu extrémistes ayant fui en RDC pendant le génocide) ont suscité le mécontentement des autorités rwandaises. Depuis ces déclarations, les deux pays entretiennent des relations tendues.

Le Rwanda et l’intégration régionale

Kigali s’investit pleinement au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), dont le secrétaire général est rwandais. Le Rwanda soutient la prochaine étape d’intégration régionale, celle du marché commun (estimé à 120 millions de personnes) et d’une union monétaire, qui correspond à sa volonté de devenir une plaque tournante de la CAE.

Le Rwanda et les Nations Unies

Le Rwanda siège au Conseil de Sécurité des Nations unies depuis le 1er janvier 2013 pour une durée de deux ans (biennum 2013-2014). C’est la première fois depuis le génocide de 1994 que le Rwanda siège au Conseil de sécurité. Il dispose d’une expérience reconnue en matière de maintien de la paix et de reconstruction post-conflit qu’il souhaite mettre au service des Nations Unies.

Le Rwanda s’est fortement investi dans le maintien de la paix sur le continent africain : le général rwandais Kazura dirige la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), plusieurs milliers de soldats rwandais participent à la Mission des Nations Unies et de l’Union Africaine (MINUAD) au Darfour.

Hors du cadre des Nations unies, un bataillon rwandais est présent en Centrafrique pour la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA).

Mise à jour : 24.10.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014