Accès rapide :

Triangle de Weimar

Brève

Triangle de Weimar - Rencontre de Laurent Fabius avec ses homologues allemand et polonais (Paris, 24 octobre 2014)

Les échanges porteront sur la situation en Ukraine et la politique européenne de voisinage à l’Est et au Sud. Les ministres feront le point sur la coordination des efforts pour lutter contre l’épidémie d’Ebola. Ils évoqueront également la politique de sécurité et de défense commune, dans la perspective du conseil européen de juin 2015.

Présentation

La création en 1991 du triangle de Weimar par MM. R. Dumas, H-D Genscher et K. Skubiszewski, répondait à l’idée que la France, l’Allemagne et la Pologne partageaient fondamentalement une vision commune du devenir de l’Europe et que la réconciliation des sociétés constituait le préalable d’une action concertée au sein de celle-ci. D’abord enceinte privilégiée ayant vocation à appuyer la réconciliation germano-polonaise, inspirée de l’expérience franco-allemande, puis à soutenir et préparer l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, le triangle de Weimar a répondu à ces attentes historiques.

Il a profondément évolué après l’adhésion polonaise en 2004, avec pour objectifs principaux d’établir une coopération étroite entre les gouvernements des trois pays sur les échéances européennes. Au cœur du projet européen, les trois Etats du Triangle de Weimar expriment les sensibilités géographiques particulières. Les sommets de chefs d’État organisés à partir de 1993 (1998, 1999, 2001, 2003, 2005, 2006 puis 2011) et les nombreuses rencontres ministérielles ont permis de rapprocher les positions sur des enjeux européens importants et de surmonter les tensions bilatérales.

Le triangle Weimar a été convoqué de manière informelle lors de la crise ukrainienne, lorsque les trois ministres Fabius, Steinmeier et Sikorski se sont déplacés à Kiev le 20 février 2014 pour négocier une solution de sortie de crise entre le président Ianoukovitch et l’opposition. La signature d’un accord a permis de mettre fin aux violences et d’enclencher la transition politique après la fuite de Ianoukovitch. Cette initiative a dynamisé et rendu plus visible le triangle de Weimar.

Rencontres

Les rencontres en format Weimar sont fréquentes. Au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, le dernier Sommet a été organisé à Varsovie le 7 février 2011, à l’occasion du vingtième anniversaire du format Weimar. Au niveau des ministres des Affaires étrangères, la dernière rencontre en format Weimar a eu lieu à La Celle Saint-Cloud le 24 octobre 2014. La dernière rencontre des secrétaires d’État aux Affaires européennes s’est tenue en Hesse les 26 et 27 septembre 2014 et a été précédée de rencontres à Varsovie (10 juillet 2014) et à Paris (17 mars 2014).

Certaines rencontres ont été ouvertes à d’autres pays, dans diverses configurations : l’Italie et de l’Espagne ont été associées à des initiatives en matière de PSDC, certains pays non-membres de l’Union européenne ont été invités ponctuellement à prendre part à certains échanges (Moldavie en 2011, Ukraine et Russie en 2010). Le groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) a convié en mars 2013 à Varsovie la France et l’Allemagne à un Sommet Weimar-Visegrad.

Les échanges sont également nombreux entre ministres et entre parlementaires :

  • Au niveau ministériel, des rencontres régulières ont lieu depuis la création du triangle de Weimar. La dernière réunion des ministres de l’Agriculture s’est tenue en septembre 2014 à Bonn, celle des ministres de l’environnement en février 2014 à Berlin. Ces rencontres entre ministres du triangle de Weimar montrent l’intérêt de ce format pour défendre une position commune au plan européen dans des domaines plus spécialisés.
  • Les parlementaires se rencontrent également en format Weimar : commissions des affaires européennes (dernière rencontre en avril 2011 à Varsovie), présidents des chambres basses (4 juillet 2013 à Cracovie), et commissions des affaires européennes de l’Assemblée nationale, du Bundestag, de la Diète et du Sénat polonais à Paris, le 17 novembre 2010.

Chronologie des rencontres

Au niveau des Chefs d’État et de gouvernement

  • Une première rencontre trilatérale informelle a eu lieu à Gdansk le 21 septembre 1993 entre les Présidents français, allemand et polonais, à l’occasion de la remise de diplômes honoris causa à MM. François Mitterrand et Lech Walesa.
  • Le premier Sommet réunissant les Présidents français et polonais et le Chancelier allemand s’est tenu en Pologne, à Poznań, le 21 février 1998.
  • Les Sommets de Nancy du 7 mai 1999 puis de Hambach (Rhénanie-Palatinat) du 27 février 2001 ont confirmé la volonté des trois pays de développer leur coopération.
  • Le Sommet de Wroclaw du 9 mai 2003 s’est tenu quelques jours avant le référendum sur l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne, annonçant la place que ce pays prendrait parmi les « Six Grands ».
  • Le Sommet de Nancy du 19 mai 2005 a marqué l’attachement au renforcement de leur coopération trilatérale, tant sur les questions internes à l’Union que pour ses relations extérieures.
  • Le Sommet de Mettlach le 5 décembre 2006 a ouvert les discussions sur la mise en place d’un groupement tactique en format Weimar et sur le renforcement de la politique européenne de voisinage en direction de l’est.
  • Le Sommet de Varsovie le 7 février 2011 a permis de célébrer les vingt ans du triangle de Weimar et d’évoquer les priorités de la présidence polonaise de l’Union européenne du deuxième semestre 2011 (perspectives financières, énergie, partenariat oriental, PSDC).
  • Le Président de la République française et la Chancelière fédérale allemande ont été invités le 6 mars 2013 à Varsovie au Sommet du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie).

Au niveau ministériel

  • Les entretiens de Weimar (28-29 août 1991) ont constitué la première rencontre tripartite entre Ministres des Affaires étrangères. Ils ont porté sur les relations entre la CEE et les pays d’Europe centrale et orientale.
  • A Bergerac (24 avril 1992), deux déclarations communes ont été adoptées, l’une sur le nouvel ordre européen (CSCE, EEE), l’autre sur la Bosnie-Herzégovine, le Nagorny-Karabagh et l’Afghanistan.
  • La déclaration de Varsovie (11-12 novembre 1993) a porté surtout sur les perspectives d’adhésion à l’UE des pays d’Europe centrale et orientale ainsi que sur l’intégration aux structures de sécurité européennes et transatlantiques.
  • La déclaration de Bamberg (14-15 septembre 1994) a marqué les progrès dans le rapprochement entre les pays d’Europe centrale et orientale et l’UE et l’adaptation de du système juridique des Etats candidats.
  • La rencontre de Paris (26 octobre 1995) s’est attachée à la perspective des négociations d’adhésion des pays d’Europe centrale et orientale. La France et l’Allemagne ont affirmé leur souhait que les principales décisions concernant l’adhésion soient réglées au tournant du siècle.
  • La rencontre de Varsovie (19 décembre 1996) s’est concentrée sur la Conférence européenne et sur le projet de sommet trilatéral pour 1997.
  • La rencontre de Francfort sur l’Oder (17 novembre 1997) a préparé le sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement à Poznan et a porté sur le renforcement des relations culturelles.
  • La rencontre de Paris (6 janvier 1999) a concrétisé la volonté exprimée à Poznań, lors du Sommet des chefs d’État et de gouvernement du triangle de Weimar, de donner un nouvel élan à la coopération tripartite en identifiant des secteurs prioritaires.
  • La rencontre de Weimar (30 août 1999) visait à mettre en valeur le volet culturel du triangle, à la faveur du choix de Weimar comme capitale culturelle de l’Europe en 1999.
  • La rencontre de Cracovie (7 juin 2000) a permis de renforcer les perspectives de développement de la coopération décentralisée, à travers le "forum des régions" organisé en parallèle de la rencontre ministérielle.
  • La rencontre de Paris (23 avril 2002), qui commémorait le dixième anniversaire de la création du triangle de Weimar, a confirmé la volonté des trois pays de moderniser leurs coopérations en les mettant davantage au service de l’intégration européenne de la Pologne.
  • La rencontre de Berlin (16 janvier 2004) a été l’occasion d’un échange approfondi sur la mise au point du texte du traité constitutionnel.
  • Une réunion des ministres des Affaires étrangères a eu lieu à Varsovie le 27 juin 2005, à l’occasion de la Conférence des Ambassadeurs de Pologne.
  • Lors de la rencontre de Paris (17 juin 2008), les ministres des Affaires étrangères se sont entretenus de l’OTAN, de l’Afghanistan et des questions institutionnelles de l’Union européenne.
  • La rencontre de Bonn (27 avril 2010) a permis d’évoquer la PSDC, la politique européenne de voisinage et les relations de l’UE avec la Russie. Le ministre ukrainien des affaires étrangères, M. Kostjantyn Hryschtschenko, a été invité à une séance de travail spécifique sur les relations UE-Ukraine.
  • A la rencontre de Paris (23 juin 2011), le ministre russe des affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, a été invité à participer la rencontre Weimar, inaugurant le format Weimar élargi.
  • La rencontre de Bygdoszcz le 20 mai 2011 a été essentiellement consacrée à préparer la présidence polonaise de l’Union européenne du second semestre 2011. Le ministre moldave des affaires étrangères, M. Iurie Leanca, a été invité à un déjeuner à l’issue de la séance de travail.

D’autre part, les réunions des secrétaires d’État ou ministres délégués aux Affaires européennes ont permis,

  • en 2003 (26 mai et 16 décembre) de mettre en valeur les convergences (Déclaration commune de mai 2003) et la coopération en matière d’audiovisuel et de biotechnologies ;
  • en 2004 (22 octobre) d’évoquer de manière approfondie la stratégie de Lisbonne et, en particulier, son volet social ;
  • en 2008 (7 novembre à Paris), de renforcer la coordination sur les sujets européens (questions institutionnelles, voisinage oriental, énergie) et d’avancer sur la coopération concrète (échanges de diplomates) ;
  • en 2010 (1er février à Varsovie) de relancer le format Weimar pour l’utiliser comme levier dans les négociations européennes ;
  • en 2011 (22 septembre à Berlin) d’évoquer les principaux sujets de l’actualité européenne (crise de l’euro, élargissement, PSDC) ;
  • en 2012 (16 mars à Antibes et 1er octobre à Varsovie) d’échanger sur la politique européenne de voisinage et sur la gouvernance économique de l’Union européenne ;
  • en 2013 (4 juillet à Heilbronn) d’évoquer les voisinages sud et est, la PSDC et l’approfondissement de l’Union économique et monétaire ;
  • en 2014 (17 mars à Paris, 10 juillet à Varsovie et 26/27 septembre en Hesse) de s’entretenir sur les principales questions européennes (cadre énergie-climat 2030, investissement, initiative en matière d’État de droit) et internationales.

Des réunions ministérielles se sont tenues à partir 1994 au niveau des ministres de la Défense. La quatrième et dernière rencontre en date a eu lieu le 25 juillet 2006 à Cracovie.

Les ministres des Finances se sont réunis à partir de 2001. Leur quatrième rencontre a eu lieu en juillet 2004 à Varsovie.

Les ministres de la Justice se sont réunis une fois, en février 1997.

Les ministres des Affaires sociales et du Travail se sont réunis pour la première et seule fois en format Weimar le 30 mai 2003.

Les ministres de l’Environnement se sont rencontrés le 26 février 2014 à Berlin.

Dans le contexte des contre-mesures russes, les ministres de l’Agriculture se sont réunis le 2 septembre 2014 à Bonn.

Au niveau parlementaire

Les contacts ont été engagés en novembre 1992 à Bonn par une rencontre entre commissions des affaires étrangères. La dernière rencontre a eu lieu en février 2010 à Berlin.

  • Les commissions des affaires européennes du Bundestag, de l’Assemblée Nationale et de la Diète se sont réunies à Berlin en janvier 2004, à Varsovie en mars 2007 et à Paris en novembre 2010.
  • Les Présidents du Bundestag, du Sejm et de l’Assemblée nationale se sont rencontrés à Essen en mai 2010 et à Cracovie en juillet 2013/

Réalisations

Des coopérations concrètes ont été mises en place dans un grand nombre de domaines.

Affaires étrangères

  • Echanges de diplomates.
  • Formations conjointes pour jeunes diplomates, à partir de l’été 2009, qui rassemblent de façon informelle pendant une semaine une trentaine de jeunes diplomates de chacun des trois pays. Ils échangent et s’adonnent à des exercices de négociation, en allemand, sur divers sujets d’intérêt commun.

Politique de sécurité et de défense commune

  • Le triangle de Weimar a obtenu des résultats intéressants dans le domaine de la défense. En décembre 2010, une lettre a été envoyée par les ministres des Affaires étrangères et de la défense des trois pays pour inviter Mme Ashton à faire des propositions en vue d’une relance de l’Europe de la défense. Sur le fondement de ces propositions, une nouvelle initiative a rassemblé en septembre 2011 les ministres des Affaires étrangères des trois pays ainsi que ceux de l’Italie et de l’Espagne pour poursuivre cet approfondissement, qui a conduit notamment à la création d’un centre d’opération et de planification, activé pour la Corne de l’Afrique le 23 janvier 2012 par le Conseil de l’Union européenne.
  • Un groupement tactique européen (unités de combat en état d’alerte pendant 6 mois capables de répondre à une crise urgente) du triangle de Weimar, souhaité dès 2007 par les trois pays, a assuré le tour d’alerte du premier semestre 2013 de l’Union européenne.

Coopération universitaire

  • La coopération universitaire franco-germano-polonaise bénéficie d’un point d’appui avec l’Université européenne de la Viadrina, à Francfort-sur-l’Oder, à la frontière germano-polonaise. La France met à disposition de l’université deux enseignants-chercheurs.
  • Le master trinational d’études européennes Europa permet aux étudiants d’effectuer des mobilités d’un semestre alternativement dans les universités d’Opole (Pologne), de Mayence et de Dijon.
  • 30 000 échanges d’étudiants organisés depuis 15 ans par l’OFAJ et l’Office germano-polonais pour la jeunesse ;

Recherche

  • La Fondation Genshagen, située près de Berlin, qui était initialement un centre franco-allemand, associe désormais la Pologne et conduit des projets de recherche trilatéraux.
  • Le Centre Marc-Bloch de Berlin et le Centre de civilisation française et d’études francophones de Varsovie organisent régulièrement des colloques au format Weimar dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Culture

  • Depuis 2006, un prix Adam Mickiewicz est remis chaque année par la ville de Weimar et par le Comité pour la promotion de la coopération franco-germano-polonaise à des institutions ou des personnalités qui ont contribué aux relations entre les trois pays. A l’occasion du vingtième anniversaire du triangle de Weimar, le 29 août 2011, il a été attribué à l’Institut français, au Goethe-Institut et à l’institut Adam-Mickiewicz.
  • La coopération audiovisuelle prend la forme de coproductions entre la chaine franco-allemande Arte et la télévision polonaise TVP (chaîne Kultura).

Coopération décentralisée

La coopération décentralisée s’est développée à la suite du Forum des Régions du 7 juin 2000 à Cracovie, en parallèle de la rencontre des Ministres des Affaires étrangères.

Le réseau Eurocités a permis le montage de nombreux projets européens entre les trois partenaires du triangle de Weimar : INTERREG, ESPON, Leonardo, Jeunesse en action, etc.

Dans le cadre d’INTERREG, il existe des coopérations interrégionales du triangle de Weimar (Nord-Pas-de-Calais, Rhénanie-Du-Nord-Westphalie et Silésie ; Île-de-France, Brandebourg et Mazovie ; Limousin, Bavière et Poméranie ; Picardie, Thuringe, Petite Pologne…). La coopération Nord-Pas-de-Calais/Rhénanie du Nord-Westphalie/Silésie a permis de relever des défis communs (échanges de stagiaires, énergie, restructuration des mines et des friches industrielles).

Mise à jour : 07.11.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014