Accès rapide :

Tribune de Laurent Fabius dans le quotidien polonais "Gazeta Wyborcza" (24 juillet 2012)

Nouveau départ

Il y a des relations d’amitié entre Etats et il y a aussi, fait plus rare, des liens de proximité particulière entre certains peuples. Les rapports entre la France et la Pologne sont de cette double nature, forgés par une histoire partagée. Depuis les reines que nous avons échangées, jusqu’à la sympathie suscitée dans l’opinion française par le syndicat Solidarnosc, en passant par Frédéric Chopin, Marie Curie - Sklodowska et tant d’autres, notre histoire commune est celle d’une fraternité ancienne. De Gaulle avait raison de dire : « Polonais, Français, nous nous ressemblons tant et tant ! ».

Ces rapports amicaux sont nourris par les nombreux Français d’origine polonaise qui entretiennent un sentiment de familiarité entre nos deux peuples. Ils sont nourris aussi par nos liens économiques, avec un intérêt constant des investisseurs français pour une Pologne en forte croissance, notamment dans le domaine des infrastructures et de l’énergie et par nos liens scientifiques, culturels et humains, que nous voulons renforcer.

Aujourd’hui, la volonté de la France est de franchir un nouveau pas dans nos relations avec la Pologne, pays central dans l’Union européenne, pays profondément européen. La réussite de la présidence polonaise de l’Union, au second semestre 2011, a marqué une nouvelle étape.

Dans un contexte économique et politique difficile, à l’heure où les Etats et les peuples de l’Union européenne font face à des défis majeurs, la France sait qu’elle peut compter sur une Pologne désormais au coeur de l’Europe. L’adhésion de l’opinion publique polonaise au projet européen qui est parmi les plus fortes du continent, en constitue un excellent ciment. La Pologne aspire à être une force motrice en Europe, l’avenir doit nous permettre de travailler ensemble de manière encore plus étroite.

Beaucoup de caractéristiques communes en effet nous rapprochent : grands pays agricoles, nous avons, avec nos partenaires européens, une responsabilité particulière en ce XXIème siècle pour nourrir une population croissante dans le monde et assurer la sécurité alimentaire du continent. Confrontés à des défis énergétiques similaires, nous avons, Pologne et France, effectué des choix forts, dont nous souhaitons poursuivre la mise en oeuvre. Convaincus que l’Union européenne doit se donner les moyens d’assumer ses ambitions internationales, nous portons, Polonais et Français, le projet d’une politique européenne de sécurité et de défense renforcée. Face à la crise, enfin, les Français, comme les Polonais, sont attachés à la croissance et à la solidarité, car il n’y a pas de discipline budgétaire efficace sans croissance, et pas d’intégration européenne sans solidarité. Je souhaite que nous puissions travailler, ensemble, à identifier et développer les secteurs porteurs de la croissance de demain en tenant compte de la préservation indispensable des ressources naturelles et du développement durable. Tout cela fait un excellent agenda pour ce véritable nouveau départ.

Certes, il peut nous arriver d’avoir des lectures différentes de ce qui doit être fait. La force des grands partenaires est de l’admettre et de trouver dans ces différences une énergie pour progresser ensemble, au bénéfice de tous. C’est l’esprit même du « triangle de Weimar », qui associe nos deux pays à l’Allemagne, qu’il nous faut réactiver. La Pologne tend par exemple, et c’est naturel, à tourner son regard vers ses voisins orientaux ; elle peut cependant aussi contribuer à enrichir ou renforcer l’action de l’UE au sud de la Méditerranée, où nous devons être à la hauteur des profonds bouleversements en cours. Nos visions sont complémentaires et aident à l’affirmation de l’Union européenne dans le monde.

Avec le Président François Hollande, je souhaite donc pour nos relations un « nouveau départ ». Nous devons tirer vers le haut notre projet européen et répondre ensemble aux défis de la mondialisation, de la croissance et de la paix. C’est le témoignage que je viens apporter à Varsovie, au nom du gouvernement français. C’est le message que j’adresse, en chaleureuse amitié, à toutes les Polonaises et à tous les Polonais.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014