Accès rapide :

La France et le Panama

Brève

Panama - Élection présidentielle (5 mai 2014)

La France félicite Juan Carlos Varela pour son élection à la présidence du Panama et lui adresse ses meilleurs vœux de réussite dans les hautes fonctions qui seront les siennes.

Présentation

Relations politiques

La naissance de l’Etat de Panama étant indissociable de la construction du canal : l’œuvre de notre compatriote, Ferdinand de Lesseps constitue un patrimoine commun. Notre relation bilatérale avec le Panama a pris une nouvelle dynamique après la sortie de ce pays de notre liste des Etats non coopératifs en matière fiscale (2012).

Le déplacement du Ministre au Panama en février 2013 et l’audience accordée par le Président de la République à son homologue panaméen le 31 mai 2013, ont posé les jalons d’une relation que nos deux pays considèrent être « au beau fixe ». Notre relation avec le Panama s’articule autour de deux priorités : la diplomatie économique et la coopération dans les domaines de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.


Relations économiques

La présence économique de la France dans ce pays s’est fortement consolidée depuis les années 2000 (échanges commerciaux, investissements directs et grands contrats). Nos entreprises ont pris part à de nombreux projets de grande ampleur, accompagnant le développement du Panama : contrat pour la construction d’une station d’assainissement des eaux remporté en 2009 (Degrémont – inauguration de la station en 2013), première ligne de métro inaugurée en avril 2014 (participation d’Alstom, Thalès Cim, Tso, Sofratesa, et Systra), troisième pont sur le canal fin 2012 (Vinci).

Les investissements français sont relativement diversifiés : ils sont le fait de près de 20 filiales de grands groupes (dont Sanofi-Adventis, l’Oréal, Alstom, Michelin, Schneider Electric, Total, Air France-KLM). Une moitié de ces grands groupes s’est implantée au Panama au cours des cinq dernières années et la plupart utilisent le Panama comme plate-forme régionale d’action et d’animation de leurs réseaux de filiales et de clients dans la région, tout en gardant un regard sur le marché local.
A noter toutefois que GDF-Suez, qui employait plus de 1800 personnes et constituait le principal investisseur français au Panama, a annoncé en août 2014 la vente de ses actifs à une entreprise colombienne Celsia. Cette décision a pour conséquence une baisse très substantielle, de près de 80 %, du stock d’IDE français au Panama.

Nos échanges commerciaux se sont fortement contractés en 2014 (390,2 M€) par rapport à 2013 (-63 %), en raison d’une baisse de près de 64 % de nos exportations, notamment dans le secteur des matériels de transport (en dehors de ce domaine, leur niveau reste relativement stable) et d’une légère contraction de nos importations (-16 %), ces dernières restant modestes.
Le marché de Panama continue toutefois de présenter de nombreux secteurs porteurs pour les entreprises françaises (tourisme, activité portuaire, logistique, TIC, mines). Les nouvelles perspectives de grands contrats pour nos entreprises (prochaines lignes du métro, extension de la station de traitement des eaux usées, centrale hydroélectrique Chan II, en particulier) et le cadre juridique et incitatif du nouvel accord d’association UE-Amérique centrale, devraient favoriser la poursuite de notre dynamique bilatérale.

Air France propose trois fréquences hebdomadaires directes à destination de Panama-Ciudad au départ de Paris-Charles de Gaulle depuis le 25 novembre 2013. Le 26 juillet 2013, les ministres français et panaméen des Affaires étrangères avaient signé un accord bilatéral relatif aux services aériens entre les nos pays, afin de permettre cette ouverture de ligne.


Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération française avec le Panama s’inscrit dans le cadre de notre coopération régionale, dont les deux priorités sont l’axe gouvernance/sécurité/droits et l’homme et une politique d’influence fondée sur l’éducatif, le linguistique et la coopération universitaire et scientifique.

Le réseau culturel français se compose d’un établissement scolaire (lycée Paul Gauguin, 370 élèves) et de deux Alliances françaises (Panama et David, 800 élèves).
En juin 2012 est intervenue la signature d’un protocole additionnel à l’Accord de coopération scientifique et technique entre la France et le Panama datant de 1967. Ce texte a permis de régulariser la situation des personnels enseignants du Lycée, par dérogation à la loi panaméenne limitant à 10 % la part de salariés étrangers par entreprise et de formaliser la reconnaissance du lycée Paul Gauguin par le gouvernement panaméen.

http://institutfrancais-ifac.com


Mise à jour : 25.03.15

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015