Accès rapide :

Remise officielle des têtes maories des collections des musées de France (23 janvier 2012)

Illust: Tête maorie momifiée,, 32.7 ko, 250x194
Tête maorie momifiée,
collection du musée national de la Marine.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a remis le 23 janvier, en application de la loi permettant leur restitution à la Nouvelle-Zélande par la France, 19 têtes maories conservées dans les collections des musées de France et une dans les collections de l’Université de Montpellier I.

La loi n°2010-501 du 18 mai 2010 visant à autoriser la restitution par la France des têtes maories et relative à la gestion des collections résulte d’une initiative de la sénatrice Catherine Morin-Desailly, qui cherchait à résoudre les difficultés juridiques apparues lors de la démarche de la ville de Rouen de restituer à la Nouvelle-Zélande la tête maorie conservée dans son Muséum d’Histoire naturelle. La proposition de loi, déposée le 8 février 2008 a été adoptée à l’unanimité par les sénateurs le 29 juin 2009 sur le rapport de Philippe Richert, après l’intervention de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, au Parlement. Sur le rapport de la députée Colette Le Moal, elle a été adoptée de manière quasi unanime, lors d’un vote solennel à l’Assemblée nationale le 4 mai 2010.

Déjà en 2002, la France avait adopté une loi pour permettre le retour de la dépouille mortelle de la "Vénus Hottentote" en Afrique du Sud. Dans le cadre d’un débat désormais davantage apaisé et équilibré, la nouvelle intervention du législateur est venue clore de manière sage la controverse suscitée par le cas de la tête maorie de la ville de Rouen.

La prise en compte de la dimension de dignité humaine que revêtent ces artefacts, trop longtemps considérés comme de simples objets de curiosité, traduit la volonté de la France de consentir à un geste qui réponde à la forte attente du peuple maori.

La mise en oeuvre de la loi par le ministère de la Culture et de la Communication a commencé par un travail de recensement et d’identification des têtes maories dans les collections des musées de France, qui a permis de répertorier, outre celle de Rouen, 19 têtes maories au sein de trois musées nationaux (musée du Quai Branly, muséum national d’Histoire naturelle et musée national de la Marine) et de six musées ou muséums territoriaux (Nantes, Dunkerque, Lille, Sens, Lyon et Marseille). L’université de Montpellier 1, bien que ne relevant pas du périmètre visé par la loi, a accepté de s’associer, pour la tête maorie conservée dans son Conservatoire d’anatomie, à l’opération de remise globale coordonnée par le ministère de la Culture et de la Communication.

La cérémonie officielle de remise des têtes maories s’est tenue ce matin au musée du Quai Branly en présence de Frédéric Mitterrand, de Son Excellence Mme Rosemary Banks, Ambassadeur de Nouvelle-Zélande et d’une délégation maorie du Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa de Wellington, institution chargée par le gouvernement néo-zélandais de coordonner le programme de rapatriement des restes humains ancestraux de ce peuple vivant.

Source : Ministère de la Culture et de la Communication


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014