Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations politiques

A l’occasion d’une visite officielle en France (voir le site de l’ambassade de France au Nigéria) du précédent Chef de l’Etat nigérian, en juin 2008, la France et le Nigéria ont établi un partenariat stratégique visant notamment à renforcer leur dialogue politique, la coopération dans les domaines :

  • économique et énergétique,
  • culturel et technique,
  • judiciaire,
  • militaire et de défense.

Le Premier ministre, François Fillon a effectué une visite officielle au Nigéria les 22 et 23 mai 2009. A cette occasion, plusieurs textes et accords ont été signés dans le cadre du partenariat stratégique, notamment un accord de coopération judiciaire en matière pénale et un mémorandum sur la coopération de défense et la sécurité maritime.

En mai 2011, en marge des cérémonies de l’investiture du Président Goodluck Jonathan, le ministre français chargé de la Coopération, Henri de Raincourt, s’est entretenu avec le Chef de l’Etat.

En novembre 2011, le Ministre français des Affaires étrangères et européennes Alain Juppé a effectué une visite officielle au Nigéria (Abuja, Kano). Il s’est entretenu avec le président Goodluck Jonathan, et son homologue, Olugbenga Ashiru. Le même mois, le président nigérian, en visite officielle en France s’est entretenu avec le président Nicolas Sarkozy sur le thème du renforcement de la coopération bilatérale, notamment économique.

Le 25 septembre 2012, en marge de la 67ème Assemblée Générale des Nations unies, le président François Hollande s’est entretenu avec le président Goodluck Jonathan. Un mois après le début de l’intervention de la France au Mali le 11 janvier 2013, à la demande des autorités maliennes et dans le cadre de la résolution 2085 du CSNU, le président de la République Goodluck Jonathan a de nouveau rencontré, lors d’une visite de travail, le président François Hollande et le Ministre Laurent Fabius, le 11 février 2013 à Paris. Les 6 et 7 décembre 2013, lePrésident Goodluck Jonathan a participé au Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique.

Le Ministre des Affaires étrangères s’est rendu au Nigéria à deux reprises, en mars 2013 où il a été reçu par le Président Goodluck Jonathan, puis en novembre 2013, manifestant la pleine mobilisation des autorités françaises autour de la libération de nos compatriotes retenus en otage au Nigéria par des groupes terroristes.

Pour mémoire, il s’agit de la famille Moulin-Fournier, enlevée au Cameroun le 19 février 2013 et libérée le 19 avril 2013 ; de M. Françis Collomp, enlevé le 19 décembre 2012 et évadé le 17 novembre 2013 ; du prêtre Georges Vandenbeusch enlevé au Cameroun le 13 novembre 2013 et libéré le 31 décembre 2013.

Les 15 et 17 septembre 2013, la Ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a effectué une visite à Abuja et à Lagos. Plusieurs initiatives ont été prises à cette occasion : la création du Comité franco-nigérian pour le commerce et l’investissement, centré sur l’énergie et les transports urbains, la diversification de nos relations et l’encouragement de la présences des PME et ETI (inauguration de la Chambre de commerce et d’industrie franco-nigériane, échanges d’expériences entre Bpifrance et l’agence nigériane SMEDAN, la mobilisation de l’ensemble de notre palette d’outils financiers.

Le ministre délégué chargé du Développement Pascal Canfin s’est rendu au Nigéria le 17 janvier 2014, à la 12e session plénière du groupe-pilote sur les financements innovants du développement, présidé par le Nigéria en 2013.

Invité d’honneur de la cérémonie du centenaire de l’ « Amalgamation » du Nigéria qui a réuni une vingtaine de Chefs d’Etat et de gouvernements africains, le Président de la République François Hollande a effectué une visite officielle au Nigéria le 27 février 2014, centrée sur les questions de sécurité, de lutte contre le terrorisme et de diplomatie économique. Un prêt de l’AFD a été signé avec le gouvernement nigérian pour un projet d’électrification de la capitale Abuja (170 m$), de même qu’un mémorandum d’entente entre l’entreprise Vergnet et l’Etat d’Osun relatif à la construction d’une centrale solaire. A l’issue d’une rencontre économique franco-nigériane, un accord portant création d’un conseil conjoint pour le développement du commerce et de l’investissement a également été signé.

Les 28 et 29 mars 2014, le Ministre des finances Pierre Moscovici a participé, en tant qu’ « invité spécial du Nigeria », à la 7ème Conférence panafricaine des ministres des finances et de la planification. Il a co-présidé avec son homologue nigériane Mme Ngozi Okonjo-Iweala un dîner de travail consacré à la promotion de la "Fondation franco-africaine pour la croissance".


Relations économiques

Le Nigéria est le premier partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne. Les exportations françaises vers le Nigéria en 2013 ont augmenté de 13% pour revenir à leur niveau de 2011 (1,5Md€) après une année 2012 en demi-teinte (1,3Md€). Le volume total de nos échanges est de 5,3 Md€ en 2012 (contre 5,7Md€ en 2011). Avec 1,5 Md€, nos exportations sur l’année 2013 font du Nigéria notre second marché en Afrique subsaharienne derrière l’Afrique du sud.

Les exportations françaises sont principalement composées de produits pétroliers raffinés (39,5%), d’équipements mécaniques et matériels électriques (13,6%), de produits pharmaceutiques (13,4%), de matériels de transport (9,7%), produits des IAA (9,2%) constitués à 40% de denrées alimentaires (blé brut et sucre) et à 40% de vins et spiritueux (ce dernier marché connaissant une croissance de 10% l’an). Au total, notre part de marché est de l’ordre de 3,5%.

Le Nigéria se place au 47ème rang de nos clients, devant Israël et l’Egypte mais derrière l’Indonésie (ou la Norvège) et il n’est pas impossible que le pays rejoigne le groupe de nos 40 premiers marchés (ventes de 2Md€ et au-delà) dans les prochaines années. Afin de conserver, voire d’étendre notre part de marché sur un terrain très compétitif, le gouvernement français a fixé un objectif de 2Md€ d’exportations vers le Nigéria à l’horizon 2017.

Nos exportations vers le Nigéria se rapprochent de l’Afrique du sud (1,78Md€) et nos exportations y sont de 50% plus élevées qu’en Côte d’Ivoire, notre deuxième partenaire commercial au sein de la CEDEAO. Nos ventes hors énergie, 920,7M€ contre 750M€ en 2012 sont en hausse de près de 23% par rapport à 2012, mais encore inférieures de 9% par rapport à 2011.

Les importations françaises en provenance Nigéria s’élèvent à 3,8Md€ en 2013, soit une augmentation de 2% par rapport à 2012 (3,7 Md€). Les importations sont constituées d’hydrocarbures à 92%. La valeur de nos achats dans ce secteur a augmenté de 5% par rapport à 2012. Ce chiffre représente une inflexion de 14% par rapport à 2011 (4,3Md€),

Le Nigéria figure au 3ème rang de nos stocks d’IDE sur le continent africain (derrière le Maroc et l’Angola, mais devant l’Egypte). Il est évalué par la Banque de France à 5,9Mds€ et ont représenté, en 2012, un flux à 1,7Mds€, le 1er vers l’Afrique. La France est vraisemblablement l’un des principaux investisseurs au Nigéria. Notre contribution au stock d’IDE serait comprise entre 8% et 12%.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Nigéria appartient à la Zone de Solidarité Prioritaire. Notre coopération privilégie l’enseignement du français (3/5ème de nos appuis bilatéraux) ainsi que les échanges scientifiques et culturels.

Un mémorandum d’entente sur les grandes orientations de la coopération franco-nigériane (l’enseignement du français et la diversité culturelle, l’enseignement supérieur et la recherche, le renforcement de la gouvernance et de l’état de droit) a été signé à l’occasion de la visite du Premier ministre au Nigéria, le 22 mai 2009.

Le Nigéria accueille un Institut Français à Abuja, un Institut français de Recherche en Afrique (IFRA) basé à Ibadan, trois CFTD (Center for French Teaching and Documentation) basés à Ibadan, Jos et Enugu, dix Alliances françaises basées à Lagos, Ibadan, Port-Harcourt, Owerri, Enugu, Jos, Kano, Maiduguri, Kaduna, Ilorin, un lycée français à Lagos, une école française à Abuja et une école d’entreprise à Port-Harcourt. En 2012-2013, la France a accueilli 309 étudiants nigérians dont 67,3% à l’Université. En octobre 2013, l’Agence Campus France et l’Ambassade de France au Nigeria ont organisé, à Paris, la 1ère Journée consacrée à ce pays, afin de développer la coopération scientifique et universitaire franco-nigériane.

Concernant les actions de l’AFD, elles devraient être axées, pour la période 2013-2015, sur l’accompagnement du développement des PME, le développement agricole et rural, le développement d’une formation adaptée aux besoins de l’économie (secteur électrique), l’accès à l’énergie, l’eau potable et l’assainissement, la réhabilitation de quartiers insalubres et l’accès au logement, et la facilitation de la mobilité urbaine et interurbaine. L’AFD pourrait intervenir sur le financement de projets de transports urbains à Lagos ou dans d’autres grandes villes du pays. L’enveloppe prévue s’élève à 650 MUSD.


Mise à jour : 11.07.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014