Accès rapide :

Situation dans le Nord Mali (Q&R- Extrait du point de presse - 18 juillet 2012)

Q - Après les avancées obtenues au dernier Sommet de l’Union africaine, à quelle échéance une nouvelle résolution du Conseil de sécurité autorisant l’usage de la force contre les groupes terroristes installés dans le Nord Mali vous paraît-elle envisageable ?

R - M. Laurent Fabius s’est exprimé hier sur le Mali devant l’Assemblée nationale. Je vous rappelle sa réponse à une question d’actualité :

« La situation au Mali et, plus généralement, au Sahel, est dramatique, au point que certains ont pu parler d’une menace de « Sahelistan ».

Trois grands problèmes s’entremêlent, de nature politique, sécuritaire et humanitaire.

À la division entre le Nord et le Sud s’ajoute le fait qu’au Sud, le gouvernement ne bénéficie pas d’une large assise. C’est la raison pour laquelle la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest, l’Union africaine et nous-mêmes avons recommandé qu’une assise plus large soit recherchée avant le 31 juillet - je m’en entretenais ce matin même avec le Premier ministre du Mali.

Il y a par ailleurs au nord du Mali des terroristes - il faut les appeler ainsi - qui appartiennent essentiellement au mouvement AQMI, dont je rappelle qu’il tient officiellement la France pour son principal ennemi. Ces terroristes détiennent des armes et beaucoup d’argent, en particulier grâce aux otages. Ils menacent non seulement le Mali, mais l’ensemble de la région et, indirectement, la France. Il faut que l’ensemble de ceux qui sont attachés à la défense de la démocratie - la CEDEAO, l’Union africaine, l’ONU, l’Union européenne et nous-mêmes - se mobilisent pour venir, le moment venu, à bout de cette menace qui pèse sur des centaines de milliers de personnes.

La France entend mobiliser ses propres forces, y compris financières, pour venir en aide à un peuple ami et à un continent en souffrance. »./


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014