Accès rapide :

Présentation

Données générales

Nom officiel : République des Maldives
Nature du régime : République présidentielle
Chef de l’Etat : M. Abdulla Yameen (depuis le 17 novembre 2013)

Données géographiques

Superficie : 298 km², 200 îlots habités sur 1 200, regroupés en 19 atolls administratifs
Capitale : Malé
Langue officielle : le divéhi
Langue courante : le divéhi et l’anglais, couramment utilisé dans les administrations et le secteur hôtelier
Monnaie : Rufiyaa (MVR), divisé en 100 laari (1 € = 21 MVR en décembre 2013)
Fête nationale : 26 juillet (Fête de l’Indépendance, obtenue en 1965)

Données démographiques

Population : 338 400 habitants (+ 75 000 expatriés)
Densité : très disparate selon les îlots. La ville de Malé compte environ 120 000 habitants pour une superficie de 1,8 km².
Croissance démographique (2012) : 1,9%
Espérance de vie (2012) : 77 ans
Taux d’alphabétisation : 98,4%
Religion : 100% musulmans sunnites
Indice de développement humain (2012) : 104ème (sur 186)

Sources : Banque mondiale, FMI, Ambassade de France à Sri Lanka

Données économiques

PIB (2012) : 2,2 Md USD
PIB par habitant (2012) : 6 567 USD

Taux de croissance (2012) : +3,5 %
Taux de chômage (2010) : 14,5 %
Taux d’inflation (2012) : 12,3 %

Solde budgétaire (2012) : -13,4 %
Balance commerciale (2012) : - 1,48 Md USD

Principaux clients (2012) : France (18,6 %), Thaïlande (15,5 %), Royaume-Uni (11,2 %), Sri Lanka (10 %), Inde (9,2 %)
Principaux fournisseurs (2012) : Singapour (21,4 %), Emirats Arabes Unis (20,3 %), Inde (9,5%), Malaisie (7,5 %), Chine (5,9 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture / aquaculture / pêche : 3,1 %
  • industrie : 14,5 %
  • services : 82,3 % (essentiellement tourisme)

Exportations de la France vers les Maldives : 13 MEUR en 2012
Importations françaises depuis les Maldives : 34 MEUR en 2012

Davantage d’informations sur : http://www.tresor.economie.gouv.fr/…

Consulat de France : Colombo
Communauté française (2012) : 43 ressortissants inscrits


Politique intérieure

Les autorités maldiviennes cultivent une identité nationale forgée autour de trois principes : un seul peuple, une seule religion (l’islam sunnite, officiellement la religion de 100% de la population) et une langue commune (le divéhi). La constitution de 1997 a fait des Maldives une République où l’islam est religion d’Etat. Les îles de l’archipel sont réunies en 19 atolls administratifs. Le parlement monocaméral, ou "Majlis" (conseil des citoyens), dont la législature est de cinq ans, compte 77 membres (depuis 2009).

Une partie de la population s’opposant de plus en plus activement à la rigidité du régime du Président Gayoom, au pouvoir depuis 1978, de violentes manifestations éclatent et sont durement réprimées en 2003 et 2004. Le Majlis renouvelé en janvier 2005 voit une montée sans précédent de l’opposition. Devant la détérioration de la situation, le Président organise le 18 août 2007 un référendum portant sur le choix du système de gouvernement. La constitution est modifiée en août 2008, permettant d’ouvrir la voie au premier scrutin présidentiel multipartite.

Le 29 octobre 2008, 208 000 électeurs désignent l’opposant Mohamed Anni Nasheed comme Président des Maldives avec 54,2% des voix contre 45,7% à son prédécesseur Maumoon Abdul Gayoom. Les premières élections législatives libres se déroulent le 9 mai 2009. En 2010, une réforme des collectivités locales crée 3 niveaux de conseils élus (villes, îles et atolls).

Le Président Nasheed se heurte rapidement à des obstacles tenant au contexte sociopolitique (corruption, conservatisme social et religieux) et à des difficultés économiques croissantes. A la fin de l’année 2011, alors que la popularité du Président Nasheed s’érode, l’opposition mène une campagne virulente contre lui, l’accusant notamment de négliger l’islam.

L’arrestation d’un juge déclenche des manifestations puis des mutineries dans la police et l’armée, contraignant M. Nasheed à la démission le 7 février 2012. Conformément à la constitution, le vice Président Waheed accède à la présidence.

Après plusieurs reports du scrutin, les élections présidentielles du 16 novembre portent au pouvoir Abdulla Yameen, le demi-frère de l’ancien Président M.A. Gayoom.


Situation économique

En l’absence quasi totale de ressources de base, le développement économique du pays s’est bâti sur trois pôles : la pêche, le transport maritime et surtout le tourisme.

L’augmentation historique du tourisme depuis 2010 (980 000 arrivées en 2012, contre 650 000 en 2009) a entraîné une forte reprise de l’industrie touristique, pilier de l’économie (75,6 % du PIB). Les secteurs de la construction, des transports et des télécommunications ont également profité de ce rebond.

L’économie a ainsi enregistré une croissance de 7,4 % en 2011 et 5,7 % en 2010, après une contraction de -4,7 % l’année précédente. La croissance a été plus modérée en 2012, s’établissant à 3,5 % en raison de la quasi-stagnation du tourisme. Le FMI prévoit une croissance de 3,8 % et 4,0 % en 2013 et en 2014.

Les Maldives appartiennent au groupe des Pays à Revenu Intermédiaire (PRI). L’archipel, qui aurait dû quitter les Pays les moins Avancés (PMA) fin 2004, est finalement resté dans cette catégorie jusqu’au 1er janvier 2011, en raison du tsunami du 26 décembre 2004. Les Maldives ont le PIB par habitant le plus élevé d’Asie du Sud (6 567 USD).

Mais la situation économique de l’archipel reste fragile au regard de la situation alarmante de ses finances publiques, et du faible degré de diversification de son économie. D’après le FMI, la dette extérieure, qui approche 90 % du PIB en 2012, pourrait atteindre 100 % du PIB en 2013. Le niveau très bas des réserves introduit un risque de crise de la balance des paiements.

Davantage d’informations sur le site de la mission économique de l’Ambassade.


Politique extérieure

Les Maldives sont un des pays les plus exposés aux effets du changement climatique, en raison de la petite taille et de la faible altitude des îles qui composent l’archipel. Le Président Nasheed a entrepris une série de démarches en vue de sensibiliser la communauté internationale à la lutte contre le réchauffement climatique. Il a ainsi présidé un Conseil des Ministres sous-marin le 17 octobre 2009, à six mètres de profondeur.

Les Maldives ont instauré un forum des pays les plus vulnérables au changement climatique, réunissant quatorze Etats particulièrement menacés, dont la première session s’est déroulée en novembre 2009 à Malé.

Les Maldives appartiennent à la SAARC (South Asian Association For Regional Cooperation), où une zone de libre échange (SAFTA) se met progressivement en place depuis le 1er juillet 2006. L’archipel a hébergé le 17ème sommet de la SAARC en novembre 2011. Les huit pays membres de la SAARC étaient présents (Pakistan, Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Inde, Népal, Sri Lanka et Maldives), ainsi que les observateurs, dont fait partie l’Union européenne.

Seuls l’Inde, la Chine, le Pakistan, le Bangladesh et Sri Lanka ont une ambassade aux Maldives. L’Inde est le premier pourvoyeur de fonds des Maldives (324 MUSD d’APD de 2010 à 2012). La Chine, qui a ouvert sa première ambassade à Malé en 2011, à l’occasion du 17ème sommet de la SAARC, est aujourd’hui le premier pays d’origine des touristes dans l’archipel.


Mise à jour : 30.12.13


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014