Accès rapide :

La France et la Lituanie

Brève

Entretien de Laurent Fabius avec son homologue lituanien, Linas Linkevičius (Paris, 5 mai 2014)

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du développement international, s’est entretenu le 5 mai avec son homologue lituanien, Linas Linkevičius.

Présentation

Relations politiques

La France, qui n’a jamais reconnu l’annexion des pays baltes par l’Union soviétique, a célébré le 29 août 2011 les vingt ans de la réactivation de ses relations diplomatiques avec la république de Lituanie. Dès juin 1991, un groupe d’amitié interparlementaire France-Pays baltes voit le jour. Le premier chef d’Etat occidental à se rendre en Lituanie indépendante fut M. François Mitterrand, le 13 mai 1992. M. Jacques Chirac vint à son tour, à Vilnius, le 26 juillet 2001.

Depuis 2004, la France et la Lituanie œuvrent ensemble au sein de l’Union européenne et de l’OTAN. Les rencontres ministérielles sont fréquentes, que ce soit à Vilnius, à Paris ou à Bruxelles.

Le 4 septembre 2009, la Présidente de la République lituanienne, Mme Dalia Grybauskaité a été reçue à Paris par le Président de la République. Au cours de cette visite, les deux chefs d’Etats ont signé un partenariat stratégique, document fixant le cadre du développement des relations entre les deux pays.

C’est dans ce contexte qu’en mai 2011 se sont inscrites les visites à Paris du ministre des Affaires étrangères M. Audronius Azubalis, avec lequel un plan d’action a été signé ; et celle de la ministre de la défense lituanienne Mme Rasa Jukneviciené, avec laquelle il a été convenu de conclure un accord de coopération militaire.

Le Premier ministre François Fillon s’est rendu à Vilnius le 30 septembre 2011. Ce fut la première visite d’un chef de gouvernement français depuis l’indépendance de la Lituanie. Le Premier ministre Algirdas Butkevicius est venu à Paris le 15 mars 2013. Le ministre des Affaires étrangères, M. Linas Linkevicius a été reçu par M. Fabius le 3 juin 2013. M. Repentin s’est rendu en visite de travail à Vilnius, les 9 et 10 juin, pour y rencontrer les ministres des Affaires étrangères, M. Linkevicius, et de la Défense, M. Olekas. Le 2 juillet 2013, la présidente Dalia Grybauskaïté a été reçue au palais de l’Elysée par le Président de la République, au lendemain du début de la présidence lituanienne de l’UE.


Relations économiques

Les échanges commerciaux franco-lituaniens progressent. Après la crise de 2008/2009, les échanges sont redevenus dynamiques en 2011. Le commerce bilatéral franco-lituanien a progressé de 10,5% en 2012 (1,72 Md€), mais au détriment de la France, dont les exportations (473 M€), ont progressé moins vite (+4,5%) que ses importations (1 244 M€, +13,6%), le déficit commercial s’établissant à 771 M€. Au premier semestre 2013, en revanche, l’évolution est en faveur de la France, qui voit ses exportations (253M€) progresser de 13% tandis que ses importations reculent de -9%. Cette évolution s’est confirmée tout au long de l’année 2013 : le déficit commercial n’est plus que de 240 M€.

La France est le 11ème client de la Lituanie et son 11ème fournisseur, avec une part de marché de 2,2%, en 2012, passant à 2,6% en 2013. La reprise de la consommation interne et des investissements devrait encore bénéficier à l’offre française, déjà appréciée sur le marché lituanien. Nos principaux secteurs d’exportations sont les équipements mécaniques et les matériels électriques et électroniques (20,5%), les produits agroalimentaires (19,8%), les matériels de transport (18%) et les produits chimiques, parfums et cosmétiques (12,5%). Nos importations concernent principalement les produits énergétiques (41,3%), les produits chimiques (18,9%), et l’agroalimentaire (11,2%).

Grâce à l’amélioration de la situation économique lituanienne, les flux d’investissements directs étrangers sont repartis à la hausse en 2010 puis en 2011, atteignant 558 M€. Le stock d’IDE reste majoritairement détenu par les pays nordiques, actionnaires des principaux établissements bancaires en Lituanie, ainsi que par l’Allemagne et la Pologne. La France a un stock d’IDE en Lituanie d’un montant de 122 M€.

Dalkia, dans le secteur du chauffage, représente 60% du stock d’investissements français réalisés en Lituanie. Une dizaine de nouveaux investisseurs français ont choisi d’entrer sur le marché lituanien ces deux dernières années, dont Danone, Leclerc, Société Générale, La Poste, JCDecaux, Belvédère, Vinci ou Alstom. Il existe environ 65 entreprises françaises implantées en Lituanie, elles emploient plus de 3200 personnes. Plus de 2000 entreprises françaises exportent régulièrement vers la Lituanie.

D’autres marques d’intérêts sont régulièrement recensées, qui visent notamment à étudier le rachat de structures locales (cas de Lafarge, Mercurio…) et, dans certains cas, à anticiper l’arrivée massive des fonds européens. Les besoins sont en effet nombreux et des projets d’investissement d’ores et déjà identifiables, notamment dans les secteurs des infrastructures (routières, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires, touristiques), de l’énergie et de l’environnement, secteurs de prédilection de l’offre française dont le savoir-faire est apprécié et reconnu par les autorités lituaniennes.


Coopération culturelle, scientifique et technique

L‘institut français bénéficie d’une grande visibilité à Vilnius. Son rayonnement artistique et culturel, en partenariat avec de nombreuses institutions lituaniennes, en fait un centre culturel de référence et un lieu de débat d’idées. Il intervient régulièrement dans les grands festivals, à Vilnius, Kaunas et Klaipeda. Son service de cours touche annuellement 1 500 étudiants.

La Lituanie est devenue membre observateur de l’Organisation internationale de la francophonie en 1999. Dans le cadre d’un mémorandum signé en 2006, renouvelé en 2009, environ 500 fonctionnaires lituaniens bénéficient chaque année d’une formation au français dispensée par l’Institut français de Lituanie. L’ENA a par ailleurs remporté un important appel d’offre pour la formation des fonctionnaires, en amont de la présidence lituanienne de l’UE du second semestre 2013.

Les partenariats universitaires en droit et en sciences politiques avec l’Université Romeris et l’Université de Vilnius, qui constituent des pôles d’excellence francophone se développent. Des diplômes conjoints ont été créés avec les universités Bordeaux IV, Lille II et celle de Savoie. D’autres projets dans le domaine de l’environnement et des sciences de l’ingénieur sont à l’étude grâce à l’intensification des échanges.

Au niveau scolaire, 20 établissement lituaniens (950 élèves) participent depuis 2009 aux sections bilingues francophones. Des fonds structurels européens financent à hauteur de 300 000 € la formation didactique et pédagogique de professeurs de français et de disciplines non linguistiques impliqués dans ce réseau. Ce programme est soutenu par le Ministère de l’Education et de la Science lituanien et influe positivement sur le maintien et la progression (de 2,4% en 2006 à 3,5% en 2011) de l’enseignement du français, seconde et troisième langue étrangère à l’école.

Notre coopération scientifique repose notamment sur le programme d’actions intégrées « Gilibert ». Cette coopération s’appuie sur les domaines d’excellence en Lituanie : physique, chimie et biochimie.

La sécurité intérieure constitue un autre volet de notre coopération technique, qui s’exerce notamment en matière de lutte contre la fausse-monnaie, le crime organisé et l’immigration clandestine.

Enfin, alors que le français peine à se développer dans le système éducatif, l’école française de Vilnius – école Montesquieu - a connu une croissance régulière l’amenant à 220 inscrits à la rentrée 2011 (dont 80% d’élèves lituaniens). Cette école bénéficie du double soutien de l’A.E.F.E. et du ministère de l’éducation lituanien. Elle s’est installée dans de nouveaux locaux en juin 2010 et a ouvert les deux premiers niveaux du secondaire à la rentrée 2011. Elle est la seule école française conventionnée des pays baltes.


Coopération militaire

Les actions de coopération bilatérale dans le domaine de la défense sont modestes mais la rencontre en mai 2011 des deux ministres de la défense a ranimé l’intérêt de la Lituanie pour ce type d’échanges. Ces actions sont orientées dans les directions suivantes : la formation, le dialogue politico-militaire, le partage d’expériences et les échanges d’informations. Cette coopération est régie par un accord intergouvernemental signé en juillet 2013 (qui remplace un arrangement technique de 1994). Cet accord aborde toutes les facettes de la coopération militaire (visites, consultations, coopération, exercices, etc.).

La coopération opérationnelle porte essentiellement sur le soutien à la mission de police de l’air des Etats baltes dans le cadre de l’OTAN, que la France a assuré en 2007, 2010, 2011 et à nouveau en 2013. La visite du ministre de la Défense, M. Le Drian, au plus fort de la crise en Crimée, le 21 mars 2014, pour annoncer l’envoi ponctuel d’avions de chasse français en renfort dans l’espace aérien balte, a été perçue à Vilnius comme un signe d’appui, significatif de l’excellence des relations bilatérales, en réponse aux craintes exprimées par les pays baltes.

Aussi, la France participe à l’effort de dépollution en mer baltique (dans le cadre du partenariat pour la Paix). La Lituanie se montre très reconnaissante de l’effort fourni par la France dans ce domaine, la France étant la seule nation participante à ne pas avoir d’accès à la mer baltique.

La coopération dans le domaine de la formation reprend un peu de vigueur avec les échanges d’élèves officiers entre l’académie militaire de Vilnius et l’école militaire de St Cyr. L’armée de l’air lituanienne envoie son personnel en formation en France au CASPOA et au CICDA pour la formation des spécialistes des opérations aériennes et des contrôleurs militaires.

Enfin, dans le domaine des matériels de défense, la Lituanie fait appel au savoir-faire français pour la modernisation de son outil de défense et de sécurité.


  • Mme Maryse Berniau est ambassadeur de France en Lituanie depuis 2011
  • Mme Jolanta Balciuniene est ambassadeur de Lituanie en France depuis 2009.

- Jean-Michel Villaumé, député de Haute-Saône, est président du groupe d’amitié France-Lituanie de l’Assemblée Nationale.
Jean Desessard, sénateur de Paris, est président du groupe d’amitié France-Pays baltes du Sénat.


Mise à jour : 11.04.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014