Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations politiques

La relation bilatérale est ancienne et confiante. Les Etats-Unis demeurent la clé de voûte du système de sécurité du Koweit, plus de 20 000 soldats américains sont présents sur son sol. Pour autant, le Koweit est preneur de relations diversifiées, notamment avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité et avec les puissances émergentes.

La mémoire reste vive de la participation de la France à la libération du Koweit (1991) et sa fermeté sur l’application, par l’Irak, des résolutions de l’ONU concernant le Koweit (reconnaissance de la frontière, paiement d’indemnités, restitution d’archives et de restes de soldats koweitiens) est appréciée.


Visites

Visites koweitiennes en France

  • Ministre de la cour, Cheikh Nasser Al Sabah, juillet 2006.
  • Premier Ministre, Cheikh Nasser Al Sabah, septembre 2006.
  • Vice-ministre des travaux publics, M. Al Khulaib, novembre 2006.
  • Emir du Koweit, Cheikh Sabah Al Sabah, décembre 2006.
  • Ministre de la défense, Cheikh Jaber Al Sabah, mars 2009.
  • Ministre de la défense, Cheikh Jaber Al Sabah, octobre 2009.
  • Ministre de la défense, Cheikh Jaber Al Sabah, décembre 2009.
  • Premier Ministre, Cheikh Nasser Al Sabah, avril 2010.
  • Ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed Al Sabah, septembre 2011.
  • Premier Ministre, Cheikh Jaber Al Sabah, septembre 2012.
  • Ministre des communications et des transports, M. Mutiab Ahmad Al Ozeina, novembre 2012.
  • Ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur, Dr. N. Falah Al Hajraf, novembre 2013.


Visites françaises au Koweit

  • Ministre de la défense, M. Alliot-Marie, janvier 2006.
  • Ministre déléguée au commerce extérieur, C. Lagarde, avril 2006.
  • Ministre des PME, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales, R. Dutreil, octobre 2006.
  • Ministre de la défense, M. Alliot-Marie, novembre 2006.
  • Ministre des affaires étrangères, P. Douste-Blazy, mars 2007.
  • Ministre des affaires étrangères, B. Kouchner, avril 2008.
  • Président de la République, N. Sarkozy, février 2009.
  • Ministre des affaires étrangères et européennes, M. Alliot-Marie, février 2011.
  • Ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, A. Juppé, novembre 2011.
  • Ministre de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, E. Besson, mars 2012.
  • Ministre du commerce extérieur, N. Bricq, mars 2013.
  • Chef d’état-major des armées, Amiral Guillaud, avril 2013.


Relations économiques

Les échanges commerciaux franco-koweitiens, qui connaissaient un repli depuis 2010, ont à nouveau augmenté en 2012 pour dépasser le milliard d’euros. Les importations françaises depuis le Koweit ont atteint 619 M€ en 2012.

Elles sont constituées essentiellement d’hydrocarbures (92 %) et accessoirement de produits alimentaires (poisson). Outre les produits de raffinage, les matières plastiques sous forme primaire, les produits chimiques organiques de base, l’aluminium et les cuirs/peaux, constituent les postes d’importation les plus significatifs.

Les exportations de la France vers le Koweit ont atteint 382 M€ en 2012 (contre 324 M€ en 2011 et 489 M€ en 2010) du fait du ralentissement significatif de nos ventes d’aéronefs. Hors aéronautique, nos exportations sont également en baisse.

Seul le secteur du luxe, avec le poste parfums/cosmétiques, suit une tendance inverse. La France exporte essentiellement des produits manufacturés et des produits agro-alimentaires. Au total, la part de marché de la France au Koweit est estimée à 2% en 2012, contre 2,9% en 2011, 3,3% en 2010 et 4,6% en 2009.

La prochaine session de la commission économique mixte franco-koweitienne se tiendra à Paris le 17 février prochain.


Investissements français au Koweït

- Le stock d’IDE français au Koweït est encore modeste (77 M€ en 2011) mais en forte progression depuis 2002 (7 M€). Ce chiffre reflète un cadre législatif et règlementaire de l’investissement étranger longtemps restrictif et une contrainte quasi-incontournable du système de sponsorship qui limitent l’implantation d’entreprises étrangères.

- Si une vingtaine de filiales d’entreprises françaises est installée au Koweït (BNP Paribas en 2005, SPIE Oil & Gas, TOTAL depuis 1997, Schneider Electric, Air Liquide), plus d’une centaine d’entreprises y sont présentes au travers du partenariat avec un agent, de la franchise ou de la joint venture, qui est la règle pour les projets industriels et d’infrastructures.


Investissements koweitiens en France

Les investissements koweitiens en France prennent la forme de prise de participation dans des entreprises française et dans des biens immobiliers. Ils sont évalués à environ 10 Mds $ répartis comme suit : 5 Mds $ pour le fonds souverain Kuwait Investment Authority (1% du capital de BNP Paribas, 500 M $ dans l’immobilier et 4,82% du capital d’Areva), 1 Mds € pour le fonds de pension public PIFSS (Public Institution for Social Security) et 3,5 Mds USD pour la Kuwait Petroleum Corp (3% du capital de Sanofi Aventis).


Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération franco-koweitienne s’inscrit dans le cadre d’un accord de coopération culturelle, scientifique et technique reposant sur un accord bilatéral signé à Paris le 18 septembre 1969, complété par un accord de coopération archéologique signé le 1er mars 1983, ainsi que sur le Protocole de coopération dans le domaine de la santé, signé en 2006.

Le Koweit fait partie, au même titre que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabe unis, le Qatar et Oman, des pays bénéficiant de conditions dérogatoires pour la formation en France de ses médecins spécialistes. La XIème session de la commission mixte culturelle s’est tenue à Paris le 21 novembre 2005.

Le dispositif culturel français au Koweït résulte de la fusion, au premier janvier 2012, du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) et de l’Institut français, complété par la présence du Lycée français du Koweit.

La France occupe au Koweït une place originale et ses positions sont très appréciées par ses partenaires, notamment au regard de nos efforts pour la formation des élites, la promotion de la diversité culturelle, du débat d’idées et du dialogue entre les cultures. Notre pays, qui représente une ouverture vers l’Europe, jouit dans ce pays au plan culturel, éducatif et universitaire d’une image positive.


La coopération universitaire

La coopération universitaire franco-koweitienne se développe dans un contexte de prédominance du modèle anglo-saxon. La tenue de salons universitaires présentant les offres de formation en France confirme l’intérêt certain des autorités et des étudiants koweïtiens pour l’offre de formation française.

Les filières d’enseignement scientifique, en particulier les écoles d’ingénieurs et de commerce, constituent les centres d’intérêts principaux des étudiants koweïtiens. Une centaine d’étudiants sont inscrits au sein des établissements français d’enseignement supérieur, plaçant la France au 10ème rang des pays d’accueil des étudiants koweitiens.

La répartition s’effectue comme suit : 42% en licence, 34% en master, 24% en doctorat. 57% en langues, lettres et sciences du langage. En outre, la création d’un département de langue française à l’université de Koweït, inscrit durablement la langue française dans le cursus universitaire du pays. En 2013, l’Institut français du Koweit a participé pour la première fois au salon EDUCAREER.

Fort de 6000 visiteurs, ce salon a été l’occasion pour l’espace réservé à la France d’avoir une visibilité auprès d’un public nouveau (élèves du secondaire, étudiants, jeunes actifs). Le 26 novembre dernier, l’université du Koweit a signé deux MoU avec deux écoles de commerce françaises (ESC Rennes et Audencia Business School).

S’agissant de la formation médicale, un accord, signé en 2006, permet la spécialisation en France d’un contingent de dix médecins koweïtiens par an, dans des conditions identiques à celles des internes français.


La coopération scientifique

Plusieurs organismes français, tels le Bureau de recherches géologiques et minières, l’Institut Français du Pétrole ou l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, développent des actions de coopération en partenariat avec le Koweït Institute for Scientific Research (KISR), présidé par le ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur.


La coopération en matière de gouvernance

La coopération bilatérale dans le domaine de la justice et de la gouvernance produit des résultats concrets. Ainsi, le projet de constitution d’une base de données des principaux arrêts de la jurisprudence françaises, traduits en arabe et mis à disposition de juristes et de magistrats du monde arabe, via Internet, a été remis, en 2010, à l’Association des avocats, par son auteur M. Mohammed Abd al Qader Al Jassem (avocat et écrivain koweïtien, ancien rédacteur en chef d’Al Watan), qui avait engagé cette initiative en 2006.

Un projet de traduction des principaux arrêts de la jurisprudence française pourrait être conduit par l’Association des avocats, équivalent du barreau français. Enfin, l’Institut koweïtien d’études juridiques et judiciaires est engagé dans un projet de formation en français de ses magistrats, en coopération avec l’ambassade de France au Koweit et l’Institut Voltaire, un établissement privé koweitien, centre d’examen et le plus ancien centre d’enseignement du français au Koweït.


La coopération dans le domaine de la culture, du patrimoine et de l’archéologie

  • La signature d’une convention entre le Conseil national de la culture, des arts et des lettres (CNCAL) et la Maison de l’Orient Méditerranéen de Lyon a permis une campagne de fouilles sur l’île de Failaka d’une durée de cinq ans (2007-2012) par la mission franco-koweïtienne. Une dessinatrice de l’équipe française de fouilles a été recrutée par le CNCAL pour réaliser les dessins des objets destinés à être présentés dans le futur musée archéologique koweïtien.
  • Le président de l’Institut du Monde Arabe (IMA), et le ministre de l’information koweïtien ont inauguré le 14 mars 2012 une exposition d’envergure consacrée à l’âge d’or des sciences arabes, hébergée par Dar Al Athar Al Islamiyya, principale institution culturelle du Koweït, et financée par l’ambassade de France au Koweit et la Fondation Total.

Les fondateurs de Dar el Athar, Cheikh Nasser Sabah Al Ahmad Al Sabah et Cheikha Hussah Sabah Al Salem Al Sabah, sont par ailleurs propriétaires d’une des plus grandes collections d’art islamique au monde, qui a été exposée plusieurs fois en France, au Royaume Uni, aux Etats-Unis, en Russie et en Asie.


La coopération décentralisée

Un accord de partenariat a été signé en 2009 entre France Expertise Internationale (FEI), Cités Unies France et l’Organisation des Villes Arabes, basée à Koweït, Il porte sur une coopération dans les domaines de l’identification de financements, l’échange d’expertise, la formation d’agents municipaux, la valorisation du patrimoine et la coopération entre les collectivités françaises engagées en Palestine et les villes arabes.


Mise à jour : 08.01.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014