Accès rapide :

La France et le Kirghizstan

Présentation

Relations politiques

Après l’indépendance du Kirghizstan, avec lequel la France a établi des relations diplomatiques en février 1992, a été signé en juin 1994 un traité bilatéral d’entente, d’amitié et de coopération. Nos relations bilatérales se sont intensifiées à partir de 2001 grâce à l’accueil par Bichkek d’un détachement aérien français de soutien à nos opérations militaires en Afghjanistan. Une antenne diplomatique a été ouverte à Bichkek à l’été 2004, transformée en ambassade de plein exercice en décembre 2009.

Les relations directes entre nos deux pays ne sont pas fréquentes. Le Représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan, Pierre Lellouche, a rencontré le Président Bakiev et le ministre des Affaires étrangères, M. Sarbaev, à Bichkek les 20 et 21 juin 2009 ; son successeur à ce poste, Thierry Mariani, s’est également rendu à Bichkek le 21 octobre de la même année où il s’est entretenu avec M. Sarbaev.

En marge de la conférence ministérielle de l’OSCE à Athènes, le 1er décembre 2009, M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, s’est entretenu avec son homologue kirghize, M. Kadyrbek Sarbaev sur le renforcement des relations bilatérales et sur les questions d’actualité internationale.

M. Kouchner avait alors annoncé l’ouverture d’une ambassade de plein exercice au Kirghizstan. M. Thibaut Fourrière, premier ambassadeur de France résident au Kirghizstan, y est arrivé en mai 2010. L’ambassadeur actuel, M. Stéphane Catta, a pris ses fonctions en septembre 2013.


Visites

Le ministre Bernard Kouchner s’est rendu le 16 juillet 2010 au Kirghizstan avec son homologue allemand pour renouveler le soutien de la France aux efforts de stabilisation et de retour à l’ordre légal. Il a plaidé en faveur d’une enquête internationale sur les massacres du mois de juin 2010 et le déploiement rapide par l’OSCE d’un groupe de conseil à la police kirghize (30 policiers non armés pour une période initiale de 4 mois, mais dont le mandat a ensuite été renouvelé jusqu’en 2013).

La France a accordé une aide globale de 1,2 millions d’euros sous la forme d’assistance humanitaire et médicale et du financement d’un projet d’aide aux personnes déplacées dans la vallée de la Fergana.

Invitée par l’OCDE, dans le cadre de la 4e conférence de l’Initiative pour la transparence dans l’industrie extractive du 2 au 4 mars 2011, la présidente du Kirghizstan, Mme Rosa Otoubaeva a effectué sa première visite officielle en France et s’est entretenue avec le Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Juppé. Elle a également été reçue par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, ainsi que les Présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale.

Les Groupes d’amitié France-Kirghizstan de l’Assemblée nationale et France-Asie centrale du Sénat ont effectué plusieurs visites au Kirghizstan depuis 2009. La dernière mission au Kirghizstan du groupe interparlementaire France-Asie centrale s’est déroulée en avril 2011.


Relations économiques

Bien que nos échanges commerciaux aient progressé ces dernières années, le Kirghizstan demeure une destination marginale (12 M€ en 2008, 41 M€ en 2012). Les importations françaises en provenance du Kirghizstan s’élèvent en 2012 à 23 M€.

Elles sont constituées de métaux à 96%. Les exportations françaises (18,2 M€ en 2012) ont augmenté de 40% sur le premier semestre 2013 et sont composées principalement d’équipements mécaniques, électriques et électroniques (50% des exportations totales), de produits chimiques (22%) et de produits pharmaceutiques (8%) et alimentaires.

Les entreprises françaises sont peu positionnées au Kirghizstan en raison de la faible quantité de débouchés et du climat des affaires mais s’intéressent aux potentialités du pays. Les bailleurs multilatéraux peuvent offrir des sources de financement. Les rares contrats publics obtenus par des sociétés françaises concernent l’énergie (fourniture de turbines pour la production d’hydroélectricité).


Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération culturelle, scientifique et technique au Kirghizstan a bénéficié d’une enveloppe de 55 075 € en 2013. Les actions de coopération sont menées par un attaché de coopération en poste à Bichkek. Deux stagiaires FLE sont affectés dans les Universités de Bichkek et de Och, les 2 principaux établissements d’enseignement supérieur du pays afin de revitaliser la coopération linguistique.

Les grandes lignes de notre action sont :

  • l’enseignement du français (Alliance française de Bichkek et section bilingue d’une école à Bichkek), et la formation continue des professeurs de français ;
  • l’aide à la modernisation de l’Etat avec des actions de formation et de sécurité intérieure :
  • la culture, la coopération universitaire (bourses pour la France et échange d’expertise entre universités et instituts) et la recherche en sciences humaines et sociales à travers l’Institut Français d’Etudes sur l’Asie Centrale, établissement régional installé depuis février 2013 à Bichkek.

Depuis février 2009, l’Alliance française, qui a accueilli en 2012-2013 579 étudiants, et le Centre de ressource partagent les mêmes locaux que nos partenaires allemands (DAAD ET ZFA) avec lesquels elle a organisé un festival de cinéma franco-germano-kirghize et un festival de jazz.


Coopération militaire et de sécurité

Dans le domaine militaire, la priorité est donnée à l’enseignement du français (stages de formation technique pour des officiers kirghizes spécialistes montagne et parachutisme). En matière de sécurité intérieure, il s’agit d’améliorer la coopération technique en matière de lutte contre le trafic des stupéfiants.


Mise à jour : 20.01.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014