Accès rapide :

L’Union européenne et le Kirghizstan

Le Kirghizstan a signé avec l’UE un accord de partenariat et de coopération (entré en vigueur en 1999). Associé à un dialogue politique régulier, il comporte des dispositions commerciales et un volet assistance (prise en charge depuis 2007 par l’Instrument de coopération au développement – ICD). Pour 2011-2013, l’ICD aura consacré 321 M€ à l’Asie centrale dont 105 pour les programmes régionaux et 51 M€ au titre de la coopération bilatérale avec le Kirghizstan. La programmation 2014-2020 assure la continuité de ses projets et augmente l’enveloppe du Kirghizstan, qui est de 184 M € sur 7 ans ; la priorité est donnée à l’Etat de droit, l’éducation et le développement rural. La France, deuxième contributeur au budget de l’UE, finance cette programmation à hauteur de 17,6%.

La relation entre l’UE et le Kirghizstan s’articule également avec la Stratégie de l’UE pour l’Asie centrale, adoptée en 2007 et révisée en 2012. Dans ce cadre, un dialogue sur les droits de l’homme a été établi en 2008. L’initiative Etat de droit, que la France copréside avec l’Allemagne, donne lieu à divers échanges et formations, comme le séminaire régional sur le procès équitable tenu à Bichkek en mai 2013.

Au nombre des programmes européens dont bénéficie le Kirghizstan figurent également les programmes BOMCA (Border Management in Central Asia) et CADAP (Central Asia Drug Action Programme).

Mise à jour : 05.05.15

Dans cette rubrique

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015