Accès rapide :

Iran - Question nucléaire (Q&R- Extrait du point de presse du 14 février 2013)

Q - L’AIEA a confirmé ce matin l’absence d’accord avec l’Iran sur l’approche structurée, et le refus réitéré de Téhéran de lui accorder l’accès à l’installation de Parchin. Quelle est votre réaction à ce sujet ?

R - Le refus persistant de l’Iran de finaliser ses discussions avec l’AIEA pour faire toute la lumière sur les finalités de son programme nucléaire est très préoccupant.

L’Agence déploie depuis plusieurs mois des efforts importants pour obtenir de l’Iran des réponses à ses questions et un accès aux sites et aux personnels concernés. Malheureusement, l’Iran n’a pas saisi les occasions de ses réunions avec l’Agence pour s’engager enfin dans une démarche de coopération et de transparence. A l’inverse, nous constatons que l’Iran a annoncé l’installation de centrifugeuses de nouvelle génération sur le site de Natanz, destinées à accélérer son programme d’enrichissement de l’uranium.

L’Iran doit coopérer avec l’Agence en vertu de ses obligations internationales. Les résolutions du Conseil de sécurité et du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, notamment celles adoptées en novembre 2011 et en septembre 2012, l’exigent.

Le Conseil des gouverneurs, qui se réunira au début du mois de mars, devra faire un constat sans concessions des manquements iraniens. Il sera l’occasion de rappeler une nouvelle fois l’Iran à ses obligations internationales et d’en tirer les conséquences.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014