Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations politiques

La perception de notre pays par les autorités irakiennes, relativement négative depuis 2003 en raison de notre opposition à l’intervention militaire de la coalition, comprise à tort comme une forme de soutien à l’ancien régime, a considérablement évolué.

Notre poids au Conseil de Sécurité, une meilleure compréhension, a posteriori, de nos positions et le souvenir de nos coopérations et des réalisations de nos entreprises dans les années 70 et 80, expliquent cette nouvelle attitude. Notre souci de maintenir la balance égale entre les différentes communautés est également reconnu.

Depuis 2008, la relation bilatérale a été relancée dans tous les domaines. Sur le plan politique, cette relance s’est manifestée par de nombreuses visites, dont certaines au plus haut niveau : les deux visites du Ministre des Affaires Etrangères (août 2007 et juin 2008), celle du Président de la République, le 10 février 2009 et celle du Premier Ministre François Fillon à Bagdad, le 2 juillet 2009.

Les visites en France d’autorités irakiennes (vice-Président Adel Abd Al Mahdi le 15 avril 2009, Premier Ministre Nouri al-Maliki le 4 mai 2009) ont permis d’approfondir la relation. Le Président Talabani s’est rendu en visite d’Etat en France, du 16 au 19 novembre 2009 ce qui a été l’occasion de signer plusieurs accords importants (coopération culturelle, scientifique et technique, coopération en matière de défense, accord Coface, accord d’entente AFD, paraphe de l’accord de protection des investissements).

Le premier ministre du gouvernement de la région autonome kurde d’Irak M. Barham Saleh s’est rendu en France en décembre 2011, à l’occasion d’une conférence organisée par le Medef sur l’environnement des affaires dans le Kurdistan irakien. En 2012 et 2013, le Ministre a reçu son homologue irakien, Hoshyar Zebari, à Paris.

La dernière rencontre bilatérale remonte aux 9 et 10 octobre 2013 où la ministre française du commerce extérieur a effectué une visite en Irak à l’occasion de la foire internationale de Bagdad et de la réunion de la commission mixte franco-irakienne.


Visites

Visites irakiennes en France

  • 2-3 novembre 2006 : M. Jalal Talabani, Président de la République d’Irak
  • 15 avril 2009 : M. Adel Abd al-Mahdi, Vice-Président de la République
  • 4 mai 2009 M. Nouri al-Maliki, Premier Ministre
  • 20-22 octobre 2009 :,M. Ayad al-Samarrai, Président du Parlement .
  • 16-19 novembre 2009 : M. Jalal Talabani, Président de la République d’Irak (visite d’Etat)
  • 16-17 juin 2010 : M. Massoud Barzani, Président du Gouvernement régional kurde
  • 18-21 septembre 2011 : M. Karbouli, Ministre de l’industrie
  • 12-14 décembre 2011 : M. Barham Saleh, premier ministre du Gouvernement régional kurde
  • 12-14 juillet 2012 : M. Hoshyar Zebari, Ministre des Affaires étrangères
  • 11 juillet 2013 : M. Hoshyar Zebari, Ministre des Affaires étrangères


Visites françaises en Irak

  • 19-21 août 2007 : M. Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes
  • 31 mai et 1er juin 2008 : M. Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes
  • 10 février 2009 : M. Nicolas Sarkozy, Président de la République
  • 17 février 2009 : Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur
  • 2 juillet 2009 : M. François Fillon, Premier Ministre
  • 2-3 novembre 2009 : Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur
  • 25 février 2010 ; M. Christian Estrosi, Secrétaire d’Etat à l’industrie
  • 1-2 novembre 2010 : Mme Idrac, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur
  • 30 octobre et 1er novembre 2011 : M. Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur
  • 8 mars 2012 : M. Thierry Mariani secrétaire d’Etat chargé des Transports
  • 9-10 octobre 2013 : Mme Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur


Relations économiques

Partenaire de tout premier plan pour l’Irak durant les années 70-80, la France a vu ses échanges diminuer sous l’effet des sanctions économiques dans les années 90. Ceux-ci ont encore diminué suite à l’intervention militaire de 2003, nos exportations tombant à 143 M€ en 2004. Un rééquilibrage conséquent s’est opéré avec la relance de notre relation bilatérale. Les échanges globaux entre la France et l’Irak ont atteint 1,75 Md € en 2012 contre 1.62 Md € en 2011, soit une progression de 8%.

Les exportations françaises ont atteint 741 M€ en 2012, leur meilleur niveau depuis 1985 pour la deuxième année consécutive (après un record à 793 M€ en 2011). L’Irak constitue pour la France le 8ème marché en matière d’exportations au Proche et Moyen-Orient.

La part de marché française reste cependant faible, constituant environ 3% du commerce extérieur de l’Irak. Les entreprises françaises sont présentes dans de nombreux secteurs : hydrocarbures (Total, Perenco), électricité (Schneider Electric, Alstom), transports (Airbus, ADPi, Alstom, CMA-CGM, Renault Trucks, Thales), environnement (Degrémont, Veolia), construction (Lafarge est le premier investisseur français en Irak) et de la santé (Sanofi).

Les importations françaises sont principalement constituées de produits pétroliers.

La France a annulé environ 4,8 milliards d’euros de dettes irakiennes entre 2005 et 2008, dans le cadre du club de Paris. Cette annulation de 80% des obligations irakiennes à notre égard constitue l’effort le plus important parmi les pays occidentaux.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Nos activités de coopération sont encadrées par un accord de partenariat pour la coopération culturelle, scientifique et technique et pour le développement qui a été signé lors de la visite d’Etat du Président Talabani, en novembre 2009. Cet accord, qui n’a toujours pas été ratifié par le parlement irakien, devrait à terme se substituer aux deux accords de coopération signés en 1969.


Soutien à l’Etat de droit

Dans le cadre de la mission européenne EUJUST Lex-Irak, qui vise à renforcer l’État de droit et à promouvoir une culture de respect des droits de l’Homme en Irak, la France, principal contributeur de cette mission, accueille des fonctionnaires irakiens (policiers, magistrats et personnels pénitentiaires) dans ses écoles spécialisées et dispense des formations dans le pays. Parallèlement, elle développe une coopération active et croissante dans les domaines de la sécurité intérieure, de la coopération parlementaire, et de la coopération institutionnelle (Conseil d’État irakien et Cour suprême fédérale notamment).


Coopération universitaire, scientifique et technique

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, deux programmes de bourses à coût partagé s’adressant à un public qualifié (professeurs, fonctionnaires, chercheurs) ont été mis en place avec les autorités centrales et avec le gouvernement régional kurde. Ils permettent l’envoi en France d’environ 150 boursiers irakiens chaque année, qui suivent des cours de niveau Master ou doctorat à l’issue d’une année de formation linguistique. En dépit du contexte sécuritaire, un soutien aux partenariats interuniversitaires continue à être apporté dans des disciplines prioritaires (mathématiques, informatique, médecine, droit, …) et la signature d’accords encouragée.

Dans le domaine de la recherche, notre coopération passe par l’antenne de l’Institut français du Proche-Orient (IFPO, inaugurée à Erbil en octobre 2010), qui a commencé à développer des partenariats locaux, dans les domaines des sciences sociales et de l’archéologie notamment.


Coopération culturelle et linguistique

L’Institut Français d’Irak est présent à Bagdad et, depuis l’automne 2009, à Erbil. Il concentre son activité sur les cours de langue et la diffusion culturelle, tout en développant des activités ouvertes au public (expositions, conférences, concerts…). Il mène également une programmation culturelle hors les murs, en partenariat avec les institutions irakiennes.

Dans le cadre des célébrations liées à la désignation de « Bagdad, capitale culturelle du monde arabe pour 2013 », l’Institut Français s’est associé aux autorités irakiennes pour organiser plusieurs évènements, dont un concert de musique qui sera donné à l’occasion de la fête de la musique le 21 juin.

L’enseignement du français en Irak, enseigné en tant que seconde langue étrangère facultative, reste compliqué du fait de l’omniprésence de l’arabe et de l’anglais. Une centaine d’écoles (sur un total de 4000 à 5000) proposent aujourd’hui le français comme seconde langue étrangère, dont la moitié située dans le gouvernorat de Bagdad.

Quelques 250 professeurs de français de nationalité irakienne y sont affectés et le nombre total d’élèves apprenant notre langue oscillerait entre 2500 et 3000. Une fois obtenu leur baccalauréat, les élèves qui souhaitent poursuivre l’apprentissage de la langue française peuvent se tourner vers l’une des cinq facultés de français du pays dans les universités de Bagdad, Erbil, Koya et Mossoul.

Par ailleurs, une école française, gérée par la Mission Laïque Française, a ouvert ses portes à Erbil en 2009. Elle accueille aujourd’hui 6 professeurs de français et 140 élèves.


Mise à jour : 17.12.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014