Accès rapide :

Cuba

Organisation de l’enseignement supérieur

L’éducation constitue un des choix prioritaires du gouvernement cubain. Il n’est donc pas surprenant d’assister au développement rapide et de grande ampleur de l’enseignement supérieur. Les mêmes principes régissant l’enseignement primaire et secondaire s’appliquent à l’enseignement supérieur : la gratuité et le plein accès pour tous.

L’effondrement du bloc socialiste et la crise économique qui l’a suivi ont durement touché le secteur de l’enseignement supérieur, non seulement en termes de ressources pour les équipements, et les salaires des professeurs, mais aussi parce que Cuba a perdu, avec la disparition du bloc de l’Est, tous ses partenaires de formations doctorales ou post-doctorales (plusieurs dizaines de milliers de Cubains ont obtenu leurs diplômes en URSS ou dans les pays de l’Est, le plus souvent après avoir appris la langue du pays tandis que la coopération avec les pays « occidentaux » était réduite à sa plus simple expression), la plupart de ses gisements d’information et de documentation scientifique, tout son réseau scientifique de congrès, colloques, symposium et autres réunions internationales.

Depuis le début des années 2000, Cuba a donc activement cherché à relancer des coopérations universitaires et scientifiques, tant avec ses voisins (Venezuela, Mexique…) qu’avec les pays de l’Union Européenne (Espagne, Royaume-Uni, France, Italie notamment).

L’enseignement supérieur est organisé autour de plusieurs ministères :

  • le MES (Ministère de l’Education Supérieure) est en charge de l’enseignement supérieur, soit des 15 Universités pluridisciplinaires, des centres d’éducation supérieure au niveau municipal et de la plupart des Instituts/Universités Techniques ;
  • le MINED (Ministère de l’Education) est en charge des 16 Universités de Sciences Pédagogiques (formation des maîtres et des professeurs de l’enseignement primaire et secondaire) ;
  • le MINSAP (Ministère de la Santé Publique), dont dépendent les 21 facultés de Médecine ;
  • l’Institut National des Sports pour les Centres de formation de professeurs d’éducation physique et sportive ;
  • le MINCULT (Ministère de la Culture) pour les écoles d’Art ;
  • le CITMA (Ministère des Sciences, Technologies et Environnement) est en charge de centres de recherches scientifiques auxquels sont rattachés certains doctorants.

Il existe une université pluridisciplinaire dans chaque capitale de province.

Après une augmentation importante du nombre d’étudiants entre le début des années 2000 et 2007 (nombre d’inscrits multiplié par 7) l’île a connu une constante diminution des effectifs avec, en 2012-2013, 261 500 étudiants inscrits en cycle supérieur (contre 750 000 étudiants en 2007/2008). Conséquence logique de cette évolution durant la dernière décennie, le pays a atteint en 2012 un nombre record de diplômés (89558, soit 72789 diplômés de plus qu’en 2000). On remarque par ailleurs une constante féminisation de la population étudiante (61,6%). (Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur, www.mes.edu.cu).

Mise à jour le 27.09.13


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014