Accès rapide :

Géographie et Histoire

Géographie

Les îles Fidji se situent dans l’Océan Pacifique, en Mélanésie, à l’est du Vanuatu, à l’ouest des Tonga et au sud des Tuvalu. Les Fidji se composent d’environ 300 îles dont une centaine inhabitées. Les deux îles principales sont Viti Levu et Vanua Levu.

La capitale, Suva, se situe sur l’île Viti Levu où vivent les trois quarts de la population. La plupart des îles sont volcaniques, avec des sommets culminant à 1 200 m. Les plus petites îles sont généralement entourées de récifs coralliens. Les principales rivières sont Sigatoka, Rewa et Ba sur l’île Viti Levu et Dreketi sur l’île Vanua Levu. Les principales terres arables se trouvent autour de l’embouchure de ces fleuves.

Le climat est de type tropical humide avec une température annuelle moyenne de 27 à 30°. La saison la plus « froide » est de juin à août (minimum 17°), la plus chaude étant de décembre à mars. Le décalage horaire avec la France est de 12 heures en hiver et 10 heures en été.


Histoire

Les premiers habitants des îles Fidji, des Austronésiens en provenance du sud-est asiatique peuplent les îles mélanésiennes au second millénaire avant notre ère. L’explorateur Abel Tasman découvre l’archipel en 1643, sans y débarquer, puis en 1774, le capitaine Cook en visite une partie ainsi que Dumont d’Urville en 1827. Les premiers missionnaires s’installent vers 1830. Les îles Fidji deviennent colonie britannique à partir de 1874, avec le soutien du chef traditionnel suprême.

Au début du XXème siècle, les besoins en main-d’œuvre pour les plantations de canne à sucre conduisent le gouvernement britannique à organiser l’immigration massive d’Indiens. En quelques générations, ces derniers deviennent aussi nombreux que les Fidjiens et l’opposition des deux communautés se fait de plus en plus forte.

Les Iles Fidji proclament leur indépendance en 1970. Elles sont membres du Commonwealth jusqu’en 1987, date à laquelle le colonel Sitiveni Rabuka, soutenu par les chefs traditionnalistes fidjiens, s’empare du pouvoir et proclame la République. L’archipel est alors mis au ban du Commonwealth.

La nouvelle constitution de 1990, qui réserve aux seuls autochtones les responsabilités politiques, provoque le départ massif d’une partie de la population indienne. Une révision constitutionnelle, rééquilibrant la répartition ethnique des sièges au sein du Parlement, est adoptée en juillet 1997. Elle est suivie de la présentation des excuses officielles du général Rabuka auprès de la reine Elisabeth et de la réintégration de l’archipel dans le Commonwealth.


Mise à jour : 13.12.13


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014