Accès rapide :

Présentation

Données générales

Nom officiel : Iles Cook
Nature du régime : démocratie parlementaire, monarchie constitutionnelle, Etat indépendant en libre-association avec la Nouvelle-Zélande depuis le 4 août 1965.

Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : depuis le 9 février 2001, Sir Frederick Goodwin est Gouverneur général, il représente la Reine d’Angleterre, Elizabeth II. Henry Puna est Premier ministre depuis le 30 novembre 2010. John Carter est le Haut commissaire (ambassadeur) de Nouvelle-Zélande depuis le 29 juillet 2011.


Données géographiques

Superficie : 236 km² (120 km de lignes côtières) (ZEE : 1,8 M km2)
Capitale : Avarua sur l’île de Rarotonga (5 500 habitants)
Langue (s) officielle (s) : maori des Iles Cook, anglais
Langue (s) courante (s) : maori, anglais
Monnaie : Dollar néo-zélandais (0,608 euro pour un 1 NZD au 16/01/2014)
Fête nationale : Constitution day (4 août)


Données démographiques

Population : 18 900 citoyens, 13 700 résidents (septembre 2013)
Densité : 46 habitants/km²
Croissance démographique : - 1,4 % (2013)
Espérance de vie : hommes (68 ans), femmes (74 ans)
Taux d’alphabétisation : 95 %
Religion (s) : églises protestantes 80 % , catholique 15 %
Indice de développement humain : 0,789 (55ème place mondiale)


Données économiques

PIB (2010) : 241millions USD
PIB par habitant (2010) : 20 452 USD

Taux de croissance (2011) : 2 %
Taux d’inflation (2013) : 1,5 %
Taux de chômage (2005) : 13,1%

Principaux clients (2012) : Japon, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Australie
Principaux fournisseurs : Nouvelle-Zélande, Australie, Etats-Unis, Fidji

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • services : 75,3 %
  • agriculture : 15,1 %
  • industrie : 9,6 %


Politique intérieure

Etat indépendant en libre-association avec la Nouvelle-Zélande, les Iles Cook sont une monarchie constitutionnelle calquée sur le modèle de Westminster. En raison de leur statut, les Iles Cook ne peuvent être considérées comme un Etat indépendant. Les habitants des Iles Cook sont des citoyens néo-zélandais (il n’existe pas de citoyenneté cookienne) et la Reine Elizabeth II, est souveraine des Iles Cook où elle est représentée par un Gouverneur général, Sir Frederick Goodwin, nommé le 9 février 2001.

Les Iles Cook disposent d’un Parlement monocaméral composé de 24 représentants, élus pour quatre ans. Le chef du parti remportant les législatives devient généralement le Premier ministre. Le Cabinet qu’il forme est responsable collectivement devant le Parlement.

Le conseil des Arikis (chefs) est un organe consultatif spécialisé sur les questions coutumières et de propriété. Créé en 1967, il regroupe six chefs coutumiers de Rarotonga et neuf des autres îles.

Deux partis politiques dominent la vie politique des Iles Cook depuis 1965. Le parti des Iles Cook (CIP) et son premier dirigeant, Albert Henry, ont remporté toutes les élections générales de 1965 à 1978. En 1978, Sir Tom Davis, le leader du parti démocratique (DP) parvient à emporter le pouvoir au cours d’une élection entachée par de multiples irrégularités. Les dernières élections législatives du 18 novembre 2010 ont vu un changement de majorité dans l’archipel.

Après une décennie dominée par le Parti Démocratique, les représentants du Parti des Iles Cook ont obtenu 16 sièges contre 8 pour le DP. Le chef du Parti des Iles Cook, M. Henry Puna, a été nommé Premier ministre le 30 novembre 2010 et a succèdé à M. Jim Marurai (DP) en fonction depuis décembre 2004. Les prochaines élections se tiendront en 2014.

Depuis le lancement de divers programmes de réforme économique en 1995-1996, l’archipel connaît une forte migration vers la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Environ 50 000 personnes originaires des îles Cook vivent en Nouvelle-Zélande. Afin d’enrayer le dépeuplement de l’archipel, l’éducation et la formation sont devenues des priorités politiques des gouvernements successifs.


Situation économique

Avec un PIB par habitant de près de 11 550 euros, le niveau de vie des Cookiens est l’un des plus élevés d’Océanie. Le tourisme est la principale source de revenus. Près de 100 000 touristes se rendent chaque année aux Iles Cook, faisant de l’archipel l’une des destinations touristiques les plus prisées du Pacifique.

Ce secteur représente plus de 65% du PIB, mais demeure concentré sur quelques îles du groupe méridional (principalement Rarotonga). Les perles noires, la pêche et le coprah constituent les principales recettes d’exportation du pays. Les envois de fonds des migrants, notamment de Nouvelle-Zélande, et les services financiers constituent une autre source importante de revenus.

Malgré une richesse relative, les Iles Cook sont confrontées aux mêmes défis de développement que les petits Etats insulaires de la région : petite taille du pays et de la population, isolement entre les îles de la région, catastrophes naturelles récurrentes…

A cela, il convient d’ajouter les risques liés au changement climatique, notamment le passage de cyclones tropicaux plus fréquents et plus violents (le passage du cyclone Pat en février 2010 a gravement affecté l’île d’Aitutaki) et l’élévation du niveau des mers.

Les Iles Cook souffrent donc des handicaps structurels liés à leur enclavement géographique et à une population disséminée sur les quinze îles du pays. Le marché local est faible, les marchés à l’exportation distants et les coûts liés aux transports importants. Les ressources naturelles sont limitées et le coût d’approvisionnement en énergie est parmi les plus élevés du monde.

Les Iles Cook conservent des liens politiques et économiques étroits avec la Nouvelle-Zélande. Leur statut leur permet de recevoir une aide financière annuelle qui varie selon les années entre 7 et 10 millions de dollars néo-zélandais (entre 3 et 5 millions d’euros).

Le Japon est le principal client des exportations cookiennes (61,7 % des exportations du pays durant le dernier trimestre 2012) et la Nouvelle-Zélande est son principal fournisseur (64,3% des importations du pays durant le dernier trimestre 2012).

Le pays est largement déficitaire, en 2012 il exportait pour 6,5 millions de dollars NZ alors qu’il importait pour 137,97 millions de dollars néo-zélandais la même année.


Politique extérieure

Depuis l’adoption de la constitution en août 1965, les îles Cook sont un Etat indépendant en libre-association avec la Nouvelle-Zélande. Avarua ne dispose pas de forces armées et la défense est assurée par la Nouvelle-Zélande comme le prévoit l’accord de libre-association. Une déclaration conjointe, signée en 2001 entre la Nouvelle-Zélande et les Iles Cook, autorise désormais le pays à nouer des relations avec la communauté internationale et à agir en tant qu’Etat souverain et indépendant.

En vertu de la constitution, les prérogatives de la Nouvelle-Zélande en matière d’affaires étrangères et de défense sont des compétences résiduelles qui ne peuvent être exercées qu’à la demande du gouvernement cookien.

Les Iles Cook sont membres de plusieurs institutions spécialisées, notamment l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Elles sont également membres du Forum des Iles du Pacifique (FIP) dont elles ont occupé la présidence en 2012 (Sommet du FIP de Rarotonga). Elles participent à de nombreuses organisations et groupes régionaux et internationaux, notamment la Communauté du Pacifique – Secrétariat (CPS), l’Organisation maritime internationale (OMI), l’Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS – Alliance of Small Island States - groupe de négociation en matière de changement climatique, créé au sein des Nations unies à New York) et le Groupe des leaders polynésiens (GLP) créé en novembre 2011 et incluant Niue, Samoa, Tonga, Tuvalu, Tokelau, les Samoa américaines et la Polynésie française.

Les Iles Cook entretiennent des relations diplomatiques avec près de trente pays dont la France et disposent de cinq représentations diplomatiques (en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Norvège, à Monaco et à Bruxelles auprès de l’Union européenne).

L’aide fournie par les principaux donateurs se concentre sur le développement économique, les infrastructures, la santé et l’education. La Nouvelle-Zélande a fourni une aide de 8,7 millions d’euros pour 2010-2011 et l’Australie 4,4 millions d’euros pour 2011-2012.


Relations avec l’Union européenne

L’enveloppe de programmation de l’Union Européenne au titre du 10ème Fonds Européen de Développement (FED 2008-2013) en faveur des Iles Cook s’élève à 3,3 M euros, consacrés à l’assainissement, à la gestion des déchets et au développement des énergies renouvelables.

L’objectif principal est le développement des îles isolées. Une grande partie de ce montant (2,6 M€) est allouée au secteur de l’eau et de l’énergie.


Relations avec les Nations unies

Les Iles Cook ne siègent pas aux Nations Unies.


Mise à jour : 06.03.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014