Accès rapide :

Haïti, deux ans plus tard

Haïti, deux ans après le tremblement de terre : la mobilisation continue

Nul n’ignorait au lendemain du terrible tremblement de terre qui a frappé Haïti il y a deux ans que l’œuvre de reconstruction serait de longue haleine. L’année 2011 a vu se poursuivre les efforts de la communauté internationale, et en particulier ceux de la France, dans une période marquée à la fois par une longue transition politique en Haïti et par l’apparition de nouvelles urgences, comme la menace des ouragans et l’épidémie de choléra.

En dépit de ces difficultés, la situation commence à s’améliorer sur le terrain. La moitié des 10 millions de m3 de gravats ont été déblayés, dont un cinquième recyclé. 500.000 personnes sont encore logées dans des camps, soit trois fois moins qu’à l’été 2010.

La communauté internationale avait promis 5,5 Mds$ d’aide à Haïti pour deux ans lors de la conférence de New York du 31 mars 2010 (dont 1 Mds$ d’annulation de dette qui a été intégralement effectuée). Sur les 4,5 Mds$ d’aide projet et d’aide budgétaire, 2,4 Mds$ ont été déboursés à la fin 2011, auxquels s’ajoutent 650 M$ non promis à New York et 2,6 Mds$ d’aide humanitaire. Ce sont donc au total 5,6 Mds$ qui ont été transférés à Haïti en près de deux ans (à mettre en regard d’un PIB haïtien de 7 Mds$).

Lors de son déplacement en Haïti le 17 février 2010, le Président de la République avait annoncé un effort budgétaire de 326 M€ (dont 65 M€ dans le cadre de l’Union Européenne). Les promesses françaises ont été tenues. Fin 2011, notre pays aura déboursé 193 M€, 154,5 M€ dans le cadre de ces engagements et 38,5 M€ supplémentaires.

Illust: Une rue de Port-au-P, 95.4 ko, 420x280
Une rue de Port-au-Prince après le séisme du 12 janvier 2010.

L’action de la France se déploie notamment dans la construction à Port-au-Prince d’un hôpital ultra moderne, en partenariat avec les Etats-Unis, dans la reconstruction de deux quartiers de la capitale, en coopération avec l’Union européenne, dans l’éducation et la formation (accueil de 700 étudiants haïtiens sur deux années scolaires, envoi de quelques 80 volontaires du service civique, projet d’enseignement numérique à distance, etc.), dans l’aide aux institutions étatiques (aide budgétaire, confection du cadastre, formation de policiers, etc.) et dans la relance de projets de développement agricole. En versant, en ce début 2012, près de 20 M€ supplémentaires au Fonds pour la Reconstruction d’Haïti (FRH), la France rejoint officiellement tous les grands bailleurs au comité directeur de celui-ci.

L’action de la France continuera de se déployer en lien étroit avec le nouveau gouvernement haïtien, désormais installé dans ses fonctions, les autres donateurs, mais également, comme depuis deux ans, avec l’ensemble des acteurs non gouvernementaux français : ONG, entreprises, collectivités locales, diaspora haïtienne et universités.

L’intérêt de tous les Français pour ce pays ami ne se dément pas. Ils sont aux côtés du peuple haïtien et de ses autorités.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014