Accès rapide :

Histoire et géographie

Géographie

La Guinée équatoriale est l’un des plus petits États d’Afrique. Le trait majeur de la construction territoriale de cette ancienne colonie espagnole est la réunion en un seul État d’un territoire insulaire et d’un territoire continental.

Les deux principales îles, Bioko (2 000 km2, qui accueille la capitale, Malabo) et Annobon (18 km2), sont volcaniques et font partie d’un archipel situé à l’ouest du pays, dans le golfe du Biafra. Elles sont séparées par l’archipel de Sao Tomé-et-Principe.

La partie continentale du pays (26 000 km2) est située entre le Cameroun (189 km de frontières) et le Gabon (350 km de frontières) ; elle a pour ville principale Bata. Si le relief équato-guinéen est varié (pleine côtière, collines dans les terres et volcans sur les îles), le climat y est partout chaud et humide.


Histoire

Le navigateur portugais Fernando Po relève l’emplacement de l’île de Bioko en 1471. Elle restera possession portugaise jusqu’à sa cession à l’Espagne par la signature du traité d’El Prado en 1778. Entre 1827 et 1832, les Britanniques l’occupent à leur tour et en font le bastion de la lutte contre le trafic d’esclaves dans la région. Ils fondent Port Clarence, qui deviendra Santa Isabel, puis Malabo. Les Espagnols reprennent l’île en 1843 et, en 1845, la reine Isabelle II autorise les anciens esclaves à venir y vivre.

L’Espagne, également installée sur le continent, réunit, en 1926, ses territoires insulaires et continentaux sous le nom de colonie de Guinée espagnole, qu’administre un gouverneur général exerçant tous les pouvoirs.

En 1963, l’Espagne soumet au référendum un projet d’autonomie, approuvé à une large majorité. Sous la pression de l’ONU et des indépendantistes, des élections présidentielles ont lieu le 22 septembre 1968 et l’indépendance de la République de Guinée équatoriale est officiellement proclamée le 12 octobre.

Dès 1971, le premier Président de la République, Francisco Macías Nguema, abroge une grande partie de la constitution. Il se déclare président à vie en 1972 et abolit en 1973 le statut de la fédération pour en faire un État unitaire. Le 3 août 1979, il est renversé par son neveu, le colonel Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Il est alors jugé et exécuté. Une nouvelle constitution est promulguée.

Des élections législatives à liste unique sont organisées en 1983 puis en 1987, année de la création par le président Obiang du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), qui lui assure la victoire à l’élection présidentielle de 1989. En 2002 et 2009 il remporte à nouveau ce scrutin, avec 97% et 95% des voix.


Mise à jour : 27.02.13


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014