Accès rapide :

Les Nations unies et la Guinée-Bissao

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé en 1999 un bureau d’appui pour la consolidation de la paix, devenu le 1er janvier 2010 Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissao ou BINUGBIS (résolution 1876 du 26 juin 2009). La résolution 2030 (2011) assigne trois priorités au BINUGBIS : la mise en œuvre de la RSS, la lutte contre l’impunité et contre le trafic de drogue. Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Guinée-Bissao et chef du BINUGBIS depuis le 1er février 2013, M. José Ramos Horta, a présenté, en mai, son plan de sortie de crise (phase 1 : élections générales ; phase 2 : reconstruction et réformes de fond) devant le Conseil de sécurité qui l’a adopté. M. José Ramos Horta a mis fin à ses fonctions de Représentant spécial et de chef du BINUGBIS le 20 juin 2014. M. Miguel Trovoada, ancien Président de Sao Tomé et Principe, lui a succédé le 16 juillet.

A l’initiative du Portugal (membre non-permanent du CSNU), le CSNU a adopté la résolution 2048 (19 mai 2012) qui établit un régime de sanctions (interdiction de voyager) à l’encontre de cinq putschistes. Ce texte appelle à la « restauration d’un processus électoral démocratique » en Guinée-Bissao.

Le mandat du BINUGBIS a été prolongé jusqu’au 30 novembre 2014 (résolutions 2157 du 29 mai 2014, 2103 du 22 mai 2013 et 2092 du 22 février 2013) et réajusté afin d’accompagner la concertation politique et la réconciliation nationale.

Mise à jour : 26.09.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014