Accès rapide :

Les Nations unies et la Guinée-Bissao

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé en 1999 un bureau d’appui pour la consolidation de la paix, devenu le 1er janvier 2010 Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissao ou BINUGBIS (résolution 1876 du 26 juin 2009). La résolution 2030 (2011) assigne trois priorités au BINUGBIS : la mise en œuvre de la RSS, la lutte contre l’impunité et contre le trafic de drogue.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Guinée-Bissao et chef du BINUGBIS depuis le 1er février 2013, M. José Ramos Horta, a présenté, en mai, son plan de sortie de crise (phase 1 : élections générales ; phase 2 : reconstruction et réformes de fond) devant le Conseil de sécurité qui l’a adopté.

A l’initiative du Portugal (membre non-permanent du CSNU), le CSNU a adopté la résolution 2048 (19 mai 2012) qui établit un régime de sanctions (interdiction de voyager) à l’encontre de cinq putschistes. Ce texte appelle à la « restauration d’un processus électoral démocratique » en Guinée-Bissao.

Le mandat du BINUGBIS a été prolongé jusqu’au 31 mai 2014 (résolutions 2103 du 22 mai 2013 et 2092 du 22 février 2013) et réajusté afin d’accompagner la concertation politique et la réconciliation nationale.


Mise à jour : 03.03.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014