Accès rapide :

La France et le Guatemala

Présentation

Relations politiques

Nos relations bilatérales ont connu un développement en 2013, avec les déplacements successifs au Guatémala de l’ambassadeur pour les droits de l’Homme en avril, de la ministre déléguée aux Français de l’étranger du 16 au 20 mai 2013, puis des ministres guatémaltèques de l’Economie et des Relations extérieures à Paris, en septembre et en novembre 2013.

La visite de Mme Conway-Mouret était la première depuis la venue de Mme Yade en janvier 2008. Elle a rencontré le président Otto Perez Molina, le ministre de l’Intérieur, et le vice-ministre des Relations extérieures. Les échanges ont porté essentiellement sur l’intérêt d’un approfondissement des relations politiques, économiques et commerciales entre nos deux pays. Lors de ces entretiens, la ministre déléguée a exprimé notre attachement au renforcement de l’État de droit, et à la lutte contre l’impunité.

Lors de la récente rencontre entre Laurent Fabius et son homologue guatémaltèque, Luis Fernando Carrera Castro (à Paris le 25 novembre 2013), les deux ministres ont décidé de relancer le dialogue bilatéral à partir d’une feuille de route s’appuyant sur des positions communes et des projets concrets. Dans ce cadre, la France et le Guatémala développeront en priorité leurs relations économiques et commerciales, ainsi que leur coopération universitaire.


Relations économiques

La présence économique de la France est modeste. Une quinzaine d’entreprises françaises sont implantées sous forme de filiales commerciales dans les biens de consommation, les télécommunications, le matériel électrique, la pharmacie et les services. Perenco est le premier investisseur français au Guatémala, et le premier opérateur pétrolier avec une production de 11 000 barils/jour (90 % de la production nationale).

Les échanges entre la France et le Guatémala sont passés de 74,5 M EUR en 2011 à 91,9 M EUR en 2012, soit une progression de 23,4 %. En Amérique centrale, le Guatémala s’est situé au rang de troisième partenaire commercial de la France après le Panama et le Costa Rica.

En 2012, les exportations (59,9 M EUR) ont augmenté de 28,2 % et les importations (32 M EUR) de 15,3 %. Le solde positif (27,9 M EUR) a progressé de 47,2 %, situant le Guatémala au rang de 75e excédent commercial de la France.

La reprise des flux d’investissements directs étrangers au Guatémala s’est poursuivie en 2012 au rythme de 17,5 % soit 1,2 Md USD, liée au dynamisme de certains secteurs clés (mines, énergies, confection textile) et aux grands pays voisins qui bénéficient d’accords de libre-échange pour renforcer leurs investissements.

Le Sommet de l’Investissement a réuni, les 30 et 31 mai 2013, près de 240 investisseurs nationaux et internationaux originaires de 26 pays. Une centaine de projets ont été présentés pour un montant total estimé à 11 Mds USD. Les principaux secteurs d’investissements présentés au cours du forum ont été : les infrastructures de transport, les télécommunications, l’énergie et les mines, l’environnement, les services et l’agro-industrie.

M. Sergio de la Torre, ministre guatémaltèque de l’Economie et des finances, s’est rendu en France et s’est entretenu avec Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, le 8 septembre 2013. Les deux ministres ont abordé différents sujets comme l’accord UE-Amérique centrale, ou encore le projet de tramway à San José.


Coopération culturelle, scientifique et technique

L’enveloppe de coopération est régionalisée et les projets sont mis en œuvre à partir de l’Institut français en Amérique Centrale (IFAC), basé au Costa Rica. La coopération française s’appuie sur le réseau culturel (Alliances françaises à Guatémala, Quetzaltenango et Antigua Guatémala, lycée Jules Vernes accueillant 784 élèves) et l’antenne régionale du Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines assure la relation avec le monde scientifique et universitaire, dans le domaine des sciences sociales et de l’archéologie.

En partenariat avec l’ONG guatémaltèque FUNDAECO, le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) finance 42 % d’un projet socio-environnemental, visant à associer communautés locales, autorités régionales et nationales ainsi que des acteurs économiques dans la gestion d’aires protégées.


Autres types de coopération

Le soutien au renforcement de l’État de droit et la défense des droits de l’Homme sont un autre domaine privilégié de notre coopération. Notre ambassade, qui compte une volontaire de l’adoption internationale, organise ou participe régulièrement à des actions de protection de la petite enfance, de lutte contre la violence de genre et la traite des personnes.

Par ailleurs, une coopération avec l’ENA permet, entre autres actions dans le domaine de la professionnalisation de la fonction publique, l’accueil de hauts fonctionnaires guatémaltèques dans le cycle de longue durée.

http://institutfrancais-ifac.com


Mise à jour : 16.01.14

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014