Accès rapide :

Présentation

Présentation

Image pop - costa_rica.gif

Relations politiques

Les relations entre la France et le Costa Rica sont traditionnellement bonnes, en raison de nos convergences de vues sur de nombreux sujets multilatéraux : protection de l’environnement, lutte contre le changement climatique, lutte contre le terrorisme et la corruption, droits de l’Homme. Aujourd’hui notre dialogue politique repose sur deux axes essentiels : les droits de l’Homme et la lutte contre le changement climatique. Dans ce cadre, notre relation s’est renforcée depuis 2013 avec des déplacements de hauts fonctionnaires et des rencontres bilatérales à haut niveau.

Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République s’était rendu à San José du 16 au 19 mars 2013. François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l’Homme, s’était déplacé au Costa Rica fin avril afin de poursuivre le dialogue engagé sur la question du genre et du droit de femmes. Ce mouvement s’est poursuivi avec la visite en France d’Enrique Castillo, alors ministre des Relations extérieures, qui a été reçu par Laurent Fabius le 13 mai 2013 ; le mois suivant, les deux ministres ont cosigné une tribune en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort. La visite de travail de la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Mme Conway-Mouret en Amérique centrale, du 16 au 22 mai 2013, a été également placée sous le signe d’un renouveau des relations et des échanges franco-costariciens dans tous les domaines.

Mme Laura Chinchilla, Présidente du Costa Rica, s’est rendue en France en visite officielle, du 4 au 7 novembre 2013, accompagnée de son ministre des Relations extérieures et de sa ministre du Commerce extérieur. Le Président de la République s’est entretenu avec elle le 4 novembre 2013. Les deux chefs d’Etat sont convenus de renforcer la coopération dans le domaine économique. Les deux ministres des affaires étrangères ont signé une déclaration d’intention visant à renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité maritime et dans la lutte contre la criminalité organisée, qui affecte durement l’Amérique centrale, ainsi que deux conventions bilatérales en matière d’entraide judiciaire et d’extradition. En marge de l’entretien présidentiel, M. Enrique Castillo s’est entretenu avec Mme Yamina Benguigui, alors ministre déléguée chargée de la Francophonie.

Après l’élection du Président Solis, M. Manuel González Sanz, ministre des Relations extérieures et du Culte, reçu par Laurent Fabius le 6 octobre 2014 à Paris..

Enfin, M. Luis Guillermo Solis, Président de la République du Costa Rica, est l’invité d’honneur du forum OCDE-Amérique latine, qui se déroulera le 5 juin 2015 à Paris. A l’occasion de sa visite en France, le chef d’Etat costaricien s’entretiendra avec le Président de la République.

Relations économiques

Après avoir augmenté de près de 28 % en 2012 (235 M€), les échanges commerciaux de biens entre la France et le Costa Rica se sont stabilisés pour atteindre 224,4 M€ en 2014. Nos exportations (42,4 M €) se sont maintenues au niveau de 2013 (42,6 M €) et nos importations (182 M €) ont diminué de 10,8% (204 M€ en 2013). En Amérique centrale, le Costa Rica représente le 4ème client de la France (après le Panama, le Guatémala et le Nicaragua).

En 2013, les ventes de produits industriels constituaient le premier poste d’exportations françaises (45,7 % du total), suivies des ventes d’équipements mécaniques et électriques (32,8 % du total). Enfin, les produits agroalimentaires ont représenté 12,4 % des exportations françaises avec des ventes en progrès (+4 %) atteignant près de 5,3 M € (progression des ventes de vins de 22 %). En 2013, la France a moins importé de produits industriels, mais ces derniers représentaient toujours le premier poste d’achat (37 % du total) en atteignant 73,4 M €. Les produits agricoles (52,6 M €), deuxième poste d’importations, se sont stabilisés en 2013 (après une progression de 19 % en 2012). Les produits agroalimentaires ont par ailleurs augmenté de 22,1 % sous l’effet d’achats exceptionnels de sucre qui ont atteint 5 M € en 2013 contre 0,5 M € l’année précédente.

La présence française est modeste et concentrée dans l’industrie. Toutefois, nos entreprises sont bien représentées : Total (premier investisseur français), Schneider Electric (distribution électrique, automatismes industriels et contrôle du bâtiment), Legrand (matériel électrique), Engie (construction et exploitation d’un parc éolien de 49,5 MW dans le Guanacaste). En 2013 les flux d’IDE français ont atteint 96 M d’euros. La nécessaire diversification des sources d’énergie (vers la géothermie et l’éolien) et les grands projets d’aménagement du Costa Rica (infrastructures de transport, implantation de véhicules électriques) offrent des opportunités pour nos entreprises.

En outre, le Costa Rica a accueilli 2,6 millions de touristes en 2012, dont près de 50 000 touristes français (il attire 26 % des touristes à destination de l’Amérique centrale hors Panama), ce qui a représenté un gain en devises d’environ 2,2 Mds USD (+12 % en 2012).

L’entrée en vigueur fin 2011 de l’accord bilatéral d’échange d’informations fiscales s’est traduite en 2012 par le retrait du Costa Rica de la liste des pays et États non coopératifs en matière fiscale.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Costa Rica est le siège du dispositif régional de coopération française, avec l’Institut français d’Amérique centrale (IFAC). C’est aussi le dernier pays d’Amérique latine à avoir maintenu le statut obligatoire du français dans le système éducatif. Notre coopération comporte des actions de formation à l’intention du millier d’enseignants de français exerçant dans les systèmes d’éducation primaire, secondaire et supérieur. La coopération culturelle française s’appuie sur un réseau composé d’une Alliance française particulièrement dynamique (2 500 étudiants) et du lycée franco-costaricien (849 élèves en 2013). La coopération universitaire, un des points forts de notre relation avec le Costa Rica, a permis l’ouverture en 2011 de l’Observatoire Jacques-Yves Cousteau des mers et zones côtières en Amérique centrale, et la création, la même année, d’une chaire Unesco-Cousteau à l’Université du Costa Rica.

La visite en France de l’ex-Présidente costaricienne, Laura Chinchilla, à l’automne 2013 avait permis de structurer la coopération universitaire et scientifique et de développer la mobilité étudiante entre la France et le Costa Rica, avec l’objectif de doubler d’ici 2015 le nombre d’étudiants boursiers costariciens en France. Le conseil national des recteurs (CONARE), la conférence des présidents d’université (CPU) et la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) ont signé une déclaration d’intention afin de faciliter l’exécution de projets de coopération, renforcer les programmes de mobilité (master/doctorats), et appuyer le développement de projets conjoints par les organismes et centres de recherche français et costariciens.

En 2013-2014, la France a accueilli 132 étudiants costariciens (+12,8 % par rapport à 2012-2013) et le nombre de doctorants costariciens boursiers du gouvernement français est passé de 17 à 35.

Mise à jour : 22.05.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015