Accès rapide :

Géographie et Histoire

Géographie

D’une superficie de 342 000 km², la République du Congo a pour pays limitrophes le Gabon à l’ouest, le Cameroun au nord-ouest, l’Angola au sud, la République centrafricaine au nord et la République démocratique du Congo (RDC) à l’est.

Deuxième fleuve du monde par son débit moyen (derrière l’Amazone), le fleuve Congo forme une partie de la frontière entre la République du Congo et la RDC. Une forêt tropicale humide couvre près des deux-tiers du territoire congolais.


Histoire

La découverte du Congo est attribuée au navigateur Diego Cao qui aborde l’embouchure du fleuve en 1482. Les Portugais entrent progressivement en contact avec les chefferies et le royaume Kongo, dont la fondation remonterait au XIIIe siècle et dont la capitale se situait dans le Nord de l’actuel Angola. Le royaume de Loango (à 20 km de Pointe-Noire) devient, au XVIIIe siècle, un centre important de la traite des Noirs, commencée dès le XVIe siècle.

Le 26 février 1885, la conférence de Berlin consacre l’influence française sur la rive droite du fleuve et Savorgnan de Brazza reçoit la direction du Congo français en qualité de commissaire général, poste qu’il occupe jusqu’en 1898. Il meurt à Dakar en 1905, au retour d’une mission au Congo, où il avait pu constater les abus des compagnies concessionnaires.

L’Afrique équatoriale française, fondée en 1910, regroupe les territoires du Moyen-Congo, du Gabon, de l’Oubangui-Chari et du Tchad, avec Brazzaville pour chef-lieu. La seconde guerre mondiale confère aux liens franco-congolais une dimension particulière : tour à tour, les territoires du Tchad (sous l’impulsion de son gouverneur Félix Eboué), du Moyen-Congo et de l’Oubangui se rallient à la France Libre, dont Brazzaville devient la capitale. En octobre 1940, le général de Gaulle effectue son premier voyage à Brazzaville où, à partir d’une station privée, Radio-Club, il réalise une première émission radiophonique.

Le 12 novembre 1940, il nomme Félix Eboué gouverneur général de l’AEF. Ainsi commence une succession de voyages et d’allocutions du Général que ponctuent notamment la conférence de Brazzaville, officiellement ouverte le 30 janvier 1944 par le Discours de Brazzaville, hommage à l’œuvre de progrès accomplie en « Afrique française » et annonciateur de réformes qui permettraient, le moment venu, aux « hommes vivant sous notre drapeau de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires ». Quatorze ans plus tard, le 4 août 1958, par une nouvelle allocution prononcée à Brazzaville, le Général de Gaulle invite les territoires africains à former une « Communauté franco-africaine », à laquelle le Congo adhère le 28 novembre 1958.

L’Assemblée législative, nouvellement élue, se prononce en faveur du choix de Brazzaville pour capitale. L’indépendance du Congo est proclamée le 15 août 1960. A cette date, le Haut-commissaire Guy Georgy, qui gouverne la colonie, devient Haut représentant de la France au Congo.

Elu premier président du Congo le 11 janvier 1961, Fulbert Youlou est renversé en 1963 par le mouvement syndical dit des « Trois glorieuses » (13,14,15 août). Alphonse Massamba-Debat puis Marien Ngouabi se succèdent à la présidence de la République du Congo. Après neuf années de relative stabilité, Marien Ngouabi est assassiné le 18 mars 1977, et le colonel Joachim Yhombi-Opango devient chef de l’Etat. Les questions de défense et de sécurité sont confiées au commandant Denis Sassou-Nguesso, lequel destitue en février 1979 Yhombi-Opango.

En 1990, Denis Sassou Nguesso, fidèle aux conclusions du sommet France-Afrique organisé à La Baule, définit le multipartisme comme nouvel objectif. Une nouvelle Constitution est approuvée le 15 mars 1992 par référendum. Une élection présidentielle a lieu en août 1992, remportée au second tour par Pascal Lissouba (61,3 % des voix).

Après trois guerres civiles en 1994, 1997 et 1998 et les importantes pertes humaines et matérielles qui en ont résulté, la fin de la transition est annoncée le 9 août 2002 par le président Sassou Nguesso. Une nouvelle république se met en place progressivement, parachevant l’œuvre de restauration institutionnelle de la transition.


Mise à jour : 22.10.13


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014