Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations bilatérales

La France et le Congo ont des relations bilatérales denses ponctuées par de nombreuses visites.

Site de l’Ambassade de France en République du Congo

En septembre encore, la Cour d’appel de Paris a donné raison aux héritiers de Savorgnan de Brazza et ordonné le retour de ses restes mortels de Brazzaville en France – affaire non pénale, mais à forte charge symbolique.


Dernières visites bilatérales

  • 10-11 juillet 2013 : visite de Mme Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie ;
  • 6-12 avril 2013 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • 2-3 mai 2012 : visite de M. Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental ;
  • 5-6 février 2012 : visite de M. Edouard Courtial, secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger ;
  • 8 février 2012 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • 1-3 juin 2011 : visite de M. Thierry Mariani, ministre des Transports, à l’occasion du sommet des 3 bassins forestiers tropicaux ;
  • 29 septembre-1er octobre 2010 : visite de Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur ;
  • 15-17 août 2010 : visite de M. Gérard Larcher, président du Sénat, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
  • 14 juillet 2010 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • mai 2010 : participation de M. Denis Sassou Nguesso au sommet Afrique – France organisé à Nice ;
  • 26 avril 2010 : entretien à Paris de M. Sassou Nguesso avec M. Nicolas Sarkozy, Président de la République ;
  • 9 janvier 2010 : visite de M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères
  • 26-27 mars 2009 : visite de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République


Relations économiques

La France demeure, de loin, le premier partenaire économique du Congo, à la fois en tant que premier fournisseur (20% du marché) et premier investisseur. Les exportations françaises à destination du Congo ont repris fortement à partir de 2005 et, après une période de stabilité, sont reparties à la hausse en 2012 (+20%). Diversifiées, elles se partagent entre biens d’équipement, biens de consommation (produits pharmaceutiques principalement), biens intermédiaires et produits agro-alimentaires.

Premier créancier, la France supporte l’essentiel de l’effort d’annulation de dettes consenti dans le cadre du Club de Paris. L’accord en Club de Paris du 18 mars 2010, après celui conclu en décembre 2008, a permis au Congo de bénéficier de nouvelles annulations de dettes et d’un ré-échelonnement tant à titre bilatéral que multilatéral, Brazzaville ayant atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Le 19 juillet 2010, 646 M€ de dettes ont été annulés.

Plus d’une centaine d’entreprises françaises sont présentes au Congo, dont près de la moitié sont des filiales de groupes. Elles y emploient près de 12 000 salariés dont un millier d’expatriés. Les entreprises françaises suivent de près les projets d’équipement et de mise en concession d’infrastructures, en premier lieu dans les transports. Elles bénéficient de l’antériorité d’une communauté française en croissance.

Dans le domaine pétrolier, Total est présent au Congo dans l’exploration-production depuis 1968. Premier opérateur pétrolier du pays, le Groupe a conclu en 2003 un « accord général transactionnel » et lancé une politique volontariste de développement. Cette politique s’est traduite notamment par la mise en production en 2008 du champ de Moho Bilondo, premier développement en offshore profond au Congo, et par la conclusion, le 22 mars 2013, d’un accord sur l’exploitation du gisement de Moho Bilondo Nord (investissement de 10 milliards de dollars). Perenco opère également au Congo dans le domaine de la production pétrolière.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération civile s’opère en fonction du document cadre de partenariat signé en mai 2008 à Pointe-Noire pour la période 2008-2012. Trois secteurs ont été choisis : infrastructures, forêts et environnement, éducation et santé.

En outre, la coopération française œuvre à la consolidation de l’Etat de droit (justice, police et gendarmerie), à l’amélioration des conditions de vie des populations (santé publique, coopération éducative et culturelle), au renforcement des structures de l’Etat et des services publics et donne un appui aux initiatives économiques.

L’AFD conduit de nombreux projets : mise en place de programmes d’urgence et octroi, en mars 2005, d’une subvention d’ajustement structurel de 26 MUSD ; projet éducatif de 6 M€ accordé en juin 2007 ; signature d’une convention de prêt non souverain de 29 M€ lors de la visite du Président de la République le 26 mars 2009. Cette convention a pour objectif le financement des travaux de mise à niveau du port autonome de Pointe-Noire, en coopération avec la Banque des Etats d’Afrique centrale et la Banque européenne d’investissement.

Les annulations de dette additionnelles consenties lors de la réunion du Club de Paris du 18 mars 2010 prévoient qu’une partie de cette dette soit annulée sous la forme de contrats de développement et de désendettement (C2D), parachevant le processus d’annulation de la dette du Congo envers la France.

Le premier C2D, couvrant la période 2010-2014, a été signé à Brazzaville le 29 septembre 2010, pour un montant de 80 M€. Il doit permettre de financer des projets de développement pour la réalisation d’infrastructures de transport (route de la Corniche à Brazzaville) et l’assainissement des quartiers environnants, d’apporter un appui au CHU de Brazzaville (gouvernance et organisation de l’établissement), de soutenir des actions de formation des travailleurs sociaux du Ministère des affaires sociales pour soulager les difficultés des populations les plus fragiles.

La coopération militaire, qui a repris en août 2000, est active. Elle s’exprime par la formation et la réorganisation de la gendarmerie et de l’armée, la réhabilitation des hôpitaux militaires, le projet d’une école nationale à vocation régionale (ENVR) « génie-travaux » qui a ouvert en octobre 2009 et accueille les premiers étudiants issus d’autres pays que le Congo depuis septembre 2010.


Mise à jour : 22.10.13

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014