Accès rapide :

Géographie et Histoire

Géographie

Décalage horaire (par rapport à Paris) :

  • en été, 1 heure de plus.
  • en hiver, 1 heure de plus.

Chypre est une île de la Méditerranée orientale, située à 560 km de la Crète, 400 km de Rhodes, 75 km des côtes turques, 100 km des côtes syriennes et libanaises et 1000 km du sud-est d’Athènes.

Avec une superficie de 9251 km2 –dont 37,2% pour la partie turque et 2,8% pour les deux bases militaires britanniques-, Chypre est la troisième île de la Méditerranée, après la Sicile et la Sardaigne. Elle s’étend sur 240 km d’est en ouest et sur 100 km du nord au sud. Ses côtes représentent 700 km de rivage. Son point culminant, le mont Olympe, s’élève à 1952 mètres.


Liaisons avec la France

Par avion
Cyprus Airways assure un service quotidien entre Larnaca et Paris, par vol direct ou avec escale à Thessalonique, vers Paris. Le trajet dure 4 heures. Les autres compagnies représentées (KLM et Alitalia en association avec Cyprus Airways, British Airways, Lufthansa, Olympic Airways, Malev, Czech Airlines…) desservent Paris via une autre grande ville européenne.

Par bateau
Il n’existe aucune liaison maritime régulière directe entre Chypre et la France.

Les horaires des vols peuvent être consultés sur Internet : www.adp.fr et www.amadeus.net


Histoire

Avant J.C.

1225-1200 - Les Grecs colonisent Chypre.
1050-750 - Comptoirs phéniciens.
330 - Alexandre le Grand libère Chypre.
294 - Chypre est aux mains des Ptolémées.
58 - Conquête romaine.


Après J.C.

395 - L’île est rattachée à la partie orientale de l’Empire romain.
647-651 - Premières invasions arabes.
965 - L’empereur byzantin Nicéphore Phocas conquiert l’île.
1191 - Richard Cœur de Lion prend l’île. Guy de Lusignan devient roi de Chypre.
1489 - Les Vénitiens contrôlent Chypre.
1571 - Chypre devient province de l’Empire ottoman.
1878 - La Grande-Bretagne obtient la tutelle administrative de Chypre qui reste juridiquement ottomane.
1914 - Annexion de Chypre par la Grande-Bretagne.
1923 - La Turquie renonce à Chypre.
1925 - Chypre devient possession de la Couronne britannique.
1931 - Première révolte grecque contre l’occupant anglais.
1954 - L’O.N.U. est saisie du problème chypriote.
1960 - Proclamation de l’indépendance de l’île.
1964 - Intervention de l’O.N.U. à Chypre.
1972 - Lutte clandestine pour l’union avec la Grèce.
1974 - Invasion de Chypre par l’armée turque.
1975 - Proclamation de l’Etat turc fédéré de Chypre.
1983 - Autoproclamation de la « République Turque de Chypre Nord » (RTCN) reconnue par la seule Turquie
1988 - Chypre demande son adhésion à la C.E.E.

1998 - Début des négociations d’adhésion à l’Union Européenne.
1er mai 2004 - Entrée de Chypre dans l’Union Européenne.

20 février 2005 - Elections législatives anticipées en « République turque de Chypre Nord » (RTCN) : le Parti républicain turc (CTP, centre gauche) du premier ministre Mehmet Ali Talat, favorable au plan de de réunification de l’île proposé par l’ONU, remporte les élections avec 44,5% des voix, soit 24 sièges sur 50.

17 avril 2005 – Election « présidentielle » en « République turque de Chypre Nord » (RTCN) : le « premier ministre » chypriote turc Mehmet Ali Talat, partisan de la réunification de l’île remporte l’élection dès le premier tour avec 55,6% des voix contre son principal rival, le chef du Parti de l’unité nationale (UBP, nationaliste) Dervis Eroglu, qui obtient 22,7% des suffrages. Rauf Denktash, « président de la République » depuis sa création en 1983, ne s’est pas représenté.

30 juin 2005 - Ratification de la Constitution européenne par Chypre : le parlement chypriote grec ratifie le Traité constitutionnel européen par 30 voix pour, 19 contre et une abstention.

21 mai 2006 - Elections législatives : victoire de la coalition gouvernementale du président Tassos Papadopoulos qui recueille 38 des 56 sièges du Parlement. Premières législatives depuis le rejet en 2004, par les chypriotes grecs, du plan onusien de réunification de l’île, elles renforcent la ligne politique de Tassos Papadopoulos, opposé au plan de l’ONU

31 décembre 2007 - Chypre adopte la monnaie unique européenne, l’euro

17 et 24 février 2008 - Election présidentielle : Demetris Christofias, candidat du Parti progressiste des travailleurs (AKEL, communiste), remporte l’élection avec 53,3% des voix, contre 46,6% à son rival conservateur, Ioannis Kasoulides, du Rassemblement démocratique (DISY). Il est partisan d’une reprise des pourparlers sur la réunification de l’île, dont le Nord est occupé par la Turquie depuis 1974. Le président sortant, le nationaliste Tassos Papadopoulos, opposé à tout compromis avec la partie turque de l’île avait été éliminé dès le premier tour. Le nouveau chef de l’Etat qui, à Chypre, est également Premier ministre, prend ses fonctions le 29 février

3 septembre 2008 - Reprise des négociations pour la réunification de l’île : les dirigeants chypriotes grec et turc, Demetris Christofias et Mehmet Ali Talat, rouvrent les pourparlers directs dans la zone tampon de Nicosie sous contrôle de l’ONU, gelés depuis le rejet massif du plan du Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan par les Chypriotes grecs en avril 2004.

19 avril 2009 - Elections législatives en « République turque de Chypre du Nord » : le Parti de l’unité nationale (UBP, nationaliste), dirigé par Dervis Eroglu, remporte les élections avec 44% des suffrages, ce qui lui donne la majorité absolue au Parlement. L’UBP étant partisan d’une confédération entre les deux Etats, cette victoire fait craindre une remise en cause du processus de réunification de l’île, mené par Mehmet Ali Talat, dont la formation au pouvoir n’a recueilli que 29% des voix. L’UBP assure que la poursuite des négociations avec la partie grecque de l’île restera l’une de ses priorités.

26 juin 2009 - Nouveau point de passage entre le Sud et le Nord de Chypre : lors de nouvelles discussions parrainées par les Nations unies, le président chypriote Demetris Christofias et le dirigeant de la partie nord de l’ile, Mehmet Ali Talat, conviennent d’ouvrir le nouveau point de passage de Yesilirmak/Limnitis, entre le Sud et le Nord. Ce sera le septième passage ouvert entre la République de Chypre et la RTCN (République turque de Chypre-Nord, reconnue uniquement par la Turquie). Les Chypriotes avaient demandé l’ouverture de Limnitis pour faciliter l’accès à la capitale, Nicosie, aux habitants de Kato Pyrgos.

11 janvier 2010 - Reprise des négociations : le président chypriote, Demetris Christofias, et le dirigeant de la partie turque de l’île, Mehmet Ali Talat, reprennent les négociations en vue d’un accord de paix et de réunification pour 2010. Ils veulent surmonter les obstacles rencontrés ces seize derniers mois. Les pourparlers se tiennent dans la zone-tampon qui sépare l’île en deux, sous contrôle des Nations unies. S’il y a accord, celui-ci sera soumis à référendum dans les deux camps simultanément. Le 24 avril 2004, la partie grecque avait rejeté par référendum un plan onusien de réunification, tandis que la partie turque l’avait accepté.

18 avril 2010 - Election présidentielle dans la partie turque de Chypre : Dervis Eroglu, Premier ministre et chef de file du Parti de l’unité nationale (UBP, droite nationaliste) favorable à la partition de l’île, est élu à la présidence de la République turque de Chypre Nord (RTCN) dès le premier tour, avec 50,3% des voix. Il devance le président sortant, Mehmet Ali Talat (social-démocrate) partisan d’un compromis avec la partie chypriote grecque en vue d’une réunification de l’île, divisée depuis 1974. Ce dernier ne recueille que 42,8% des suffrages. Le nouveau Président de la République turque de Chypre Nord, Dervis Eroglu, prête serment devant le Parlement, le 23 avril, et s’engage à faire avancer les négociations pour une réunification de Chypre.

22 mai 2011 - Chypre : élection législatives. Bien que le parti d’opposition du Rassemblement démocratique (DISY, droite) remporte les élections avec 34,3% des voix soit 20 sièges, la coalition gouvernementale, formée du Parti progressiste des travailleurs (AKEL, communiste) et du Parti de centre-gauche (DIKO, Parti démocrate), reste majoritaire au Parlement. Avec respectivement, 32,7% des voix (19 représentants) pour AKEL, et 15,8% des voix (9 députés) pour DIKO, la coalition totalise 28 sièges.

En juillet 2001, l’explosion de la base navale de Mari provoque le départ du DIKO de la coalition gouvernementale et le remaniement du gouvernement du président Christofias, composé désormais uniquement de membres de l’AKEL.

24 février 2013 – victoire de Nicos Anastasiades, candidat de droite (DISY), à l’élection présidentielle

11 février 2014 : Adoption d’une déclaration conjointe des leaders chypriotes grec et turc marquant la reprise des négociations.

27 février 2014 : entretiens du négociateur chypriote grec à Ankara et du négociateur chypriote turc à Athènes.


Mise à jour : 10.03.14


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014