Accès rapide :

Enlèvement de ressortissants français au Cameroun (Q&R- Extrait du point de presse - 20 février 2013)

Q : Des groupes du nord du Mali comme le Mujao ont menacé de frapper le coeur de la France. Diriez vous que l’enlèvement des sept Français dans le Nord du Cameroun n’a pas de lien avec l’intervention française au Mali ?

Pouvez-vous nous préciser les identités des sept otages ?



R : L’enlèvement de nos compatriotes, survenu le 19 février au Cameroun, constitue une nouvelle preuve de la réalité de la menace terroriste, qui préexistait à l’intervention française au Mali. Elle confirme à nouveau la nécessité de ne pas laisser le Sahel devenir un sanctuaire pour ces groupes.

Comme le ministre des Affaires étrangères l’a rappelé le 19 février, la lutte contre les terroristes reste une nécessité absolue pour la communauté internationale. Ces derniers représentent en effet une menace non seulement pour le Mali, mais pour l’ensemble de l’Afrique, comme en témoignent les nombreuses ramifications qui se sont établies entre les groupes implantés dans la région.

S’agissant de votre seconde question, le ministère des Affaires étrangères ne communique pas ce type d’informations, pour des raisons de confidentialité et par respect pour l’intimité des familles dans des circonstances particulièrement éprouvantes.

Sur le même sujet :

- Visionner la déclaration du président de la République au sujet des otages français

- Information sur la libération de nos otages au Cameroun (21 février 2013)

- Cameroun- Sécurité des Français à l’étranger (20 février 2013)


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014