Accès rapide :

La France et le Cambodge

Brève

Cambodge – Verdict du procès de deux dirigeants khmers rouges (7 août 2014).

Nuon Chea, ancien numéro deux du régime khmer rouge, et Khieu Samphan, ancien chef de l’Etat, viennent d’être reconnus coupables de crimes contre l’humanité et condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité. Cette décision de justice met fin à une longue attente pour les familles des victimes et le peuple cambodgien, et constitue une nouvelle étape sur la voie de la justice et de la lutte contre l’impunité.

Relations politiques

Relations politiques

La France et le Cambodge entretiennent une relation privilégiée, héritée à la fois d’une histoire commune, de la francophonie et du rôle joué par la France en faveur du développement du pays suite aux accords de Paris de 1991.

Notre relation s’adapte toutefois à l’intégration grandissante du Cambodge dans son environnement régional et à l’évolution du pays vers le statut de Pays à Revenu Intermédiaire espéré à l’horizon 2020. Le « Document d’orientation et de coopération », signé en 2010, oriente notre coopération autour de l’objectif suivant : « accompagner la croissance économique du Cambodge et la création d’emplois au travers du renforcement du capital humain et de la promotion des investissements privés français ».

En outre, la France soutient les efforts du Cambodge dans le domaine de la participation aux opérations de maintien de la paix des Nations unies à travers la formation des casques bleus cambodgiens. Plusieurs stages techniques sont ainsi organisés chaque année, notamment dans le domaine du déminage, des fonctions d’état-major ainsi que des formations en français pour leur permettre d’intervenir sur des théâtres d’opération francophones.

Visites

  • La ministre de la Culture et de la Communication, Mme Aurélie Filippetti, s’est rendue au Cambodge les 4 et 5 décembre 2013 pour participer à la conférence intergouvernementale du Comité international de coordination d’Angkor, qui s’est tenue à Siem Reap.
  • Le Premier ministre, M. Jean-Marc Ayrault, s’est rendu au Cambodge en février 2013 pour représenter la France aux obsèques de Norodom Sihanouk. Il était accompagné de Mme Yamina Benguigui, Ministre déléguée chargée de la Francophonie.
  • M. Sok An, Vice-Premier ministre cambodgien, s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, le 25 janvier 2013.

Relations économiques

La France est le pays occidental dont les entreprises sont les mieux implantées au Cambodge. La présence économique française est ancrée à la fois sur les investissements de grands groupes (Vinci, Total, Accor, Bred, etc.) et de nombreuses PME créées par des Français.

Le commerce bilatéral, encore limité, progresse (357 millions d’euros en 2013, contre 268 millions en 2012) mais demeure déficitaire pour la France (235 millions d’euros). Les exportations françaises (62 millions d’euros en 2013) se concentrent sur les produits pharmaceutiques (37,4 % en 2011) et alimentaires (27% en 2011). Le secteur de l’habillement et du textile représente la quasi-totalité de nos importations (plus de 80%). Ces dernières se sont élevées à 296 millions d’euros en 2013, soit une augmentation de 44% par rapport à 2012.

Coopération et action culturelle

La coopération française est aujourd’hui présente dans de nombreux secteurs :

  • Coopération universitaire et recherche : Depuis 1991, la France a fait le choix de contribuer à reconstruire, puis consolider, les filières d’enseignement supérieur afin d’assurer la formation de jeunes professionnels aptes à répondre aux besoins de développement de leur pays et de reconstituer ainsi le vivier de cadres nationaux qui avait été anéanti par le régime khmer rouge. En 2012, l’appui financier de la France à l’enseignement supérieur cambodgien s’est élevé à 3 millions €. L’action de la France dans ce domaine vise à accompagner sur le long terme les universités cambodgiennes partenaires, avec pour objectifs principaux l’amélioration de la qualité des enseignements et la valorisation des diplômes, la professionnalisation des filières et le développement de la recherche dans un contexte d’harmonisation régionale dû à l’ASEAN.
  • Enseignement du français : La France met en œuvre une stratégie globale incluant des actions allant du secondaire à l’enseignement supérieur par la structuration de l’enseignement du français (classes bilingues, filières francophones dans l’enseignement supérieur), un travail de fond sur sa qualité (formation des enseignants) et une offre de cours (dispensée par l’Institut français). Cet enseignement se veut en adéquation avec les besoins du marché du travail cambodgien, afin d’assurer aux étudiants francophones des perspectives d’emploi intéressantes.
    Par ailleurs le français est servi par un réseau d’enseignement scolaire en français de type associatif homologué avec le Lycée Descartes à Phnom Penh comme élément principal, une école à Siem Reap ainsi qu’à Sihanoukville.
  • L’Institut français du Cambodge (IFC) : L’IFC est apparu jusqu’à présent comme un opérateur local de référence en matière culturelle. Doté d’une médiathèque fréquentée par un public à 80% khmer, l’IFC dispense des cours de français à environ 5000 élèves.
  • Développement économique et formation professionnelle : L’AFD est l’acteur principal de ce secteur en intervenant sur trois piliers de l’économie cambodgienne : l’agriculture (hévéaculture, riziculture irriguée, agriculture de conservation), le secteur textile (formation professionnelle, amélioration des conditions de travail, couverture du risque maladie) et le tourisme (infrastructures urbaines, formation professionnelle, structuration professionnelle). Depuis 1993, l’AFD a cumulé 160 M€ d’engagements en APD, principalement sous la forme de subventions (75 %) mais avec une réorientation depuis trois ans sur un portefeuille de prêts bonifiés non souverains, et 51 M€ au titre de Proparco. L’AFD peut intervenir sous la forme de prêts souverains depuis 2012. Elle a engagé 87 millions d’euros au Cambodge en 2012.
  • Gouvernance et cohésion sociale : La France intervient à la fois en appui aux institutions cambodgiennes (renforcement de l’Etat de droit) et à la société civile. Sur la période 2003 - 2011, environ 3,6 millions € ont ainsi été consacrés à la reconstruction du système judiciaire cambodgien et à la réforme administrative du Cambodge (assistance technique et appui à l’Ecole Royale d’Administration).
    La France soutient par ailleurs le renforcement des capacités de la société civile cambodgienne par le biais du Fonds Social de Développement. Depuis 2010, l’AFD a soutenu des associations de droit français à hauteur de 3 200 000 €. La France apporte son soutien au Tribunal Khmers Rouges (TKR), avec des contributions totalisant plus de 7,5 millions d’euros pour la période 2005-2013.
  • Développement urbain et patrimoine : Depuis 1993, le développement urbain est l’un des principaux secteurs d’intervention de l’AFD (eau et assainissement, marchés, développement de l’éclairage public de Phnom Penh, protection du patrimoine), essentiellement à Phnom Penh et Siem Reap.
    Dans le domaine du patrimoine historique d’Angkor, l’Ambassade joue un rôle important que ce soit en termes de gouvernance (Coprésidence du Comité International de Coordination pour la sauvegarde du site historique d’Angkor) ou de financement. Depuis 1995, plus de 6 millions € ont été dédiés à la restauration du temple du Baphuon, l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO) joue un rôle prépondérant dans ce domaine. Un programme est en cours en appui à la restauration du Mebon occidental et d’un programme de formation aux métiers du patrimoine en partenariat avec Apsara et le centre du patrimoine du Ministère de la Culture.
  • Santé : L’action de la France dans ce domaine s’est inscrite, depuis 1992, autour de trois pôles de développement : l’offre de soins (subvention de l’AFD pour la mise à niveau de centres de santé régionaux et la création d’une micro-assurance santé), l’enseignement (projet initié en 2011 visant la mise à niveau international de l’Université des Sciences de la Santé) et la recherche (Institut Pasteur, ANRS). Cette stratégie globale offre une bonne cohérence et une forte visibilité dans un environnement caractérisé par la présence d’une multiplicité d’opérateurs. Par ailleurs, depuis 2003, la France, 2ème contributeur mondial, joue au Cambodge un rôle très important dans le cadre du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

Pour plus de renseignements :

Mise à jour : 09.10.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014