Accès rapide :

La France et le Botswana

Présentation

Relations politiques

Reposant sur des valeurs démocratiques et des valeurs partagées, la relation bilatérale est confiante et amicale. Elle a été considérablement dynamisée par l’ouverture d’une ambassade, à Gaborone, en juillet 200, à l’occasion de l’installation à Gaborone du siège de la SADC. Le chef de la mission diplomatique française est également le Représentant spécial de la France auprès de la SADC.

La visite officielle en France, les 20 et 21 mars 2008, du Président Mogae a contribué à approfondir une relation politique suivie entre nos deux pays. Le Ministre de la défense Dikgakgamatsao SERETSE s’est rendu au salon du Bourget en juin 2013 et a pu s’entretenir, en marge, avec Jean-Yves Le Drian.

Notre coopération dans le domaine de la défense et de la sécurité concerne essentiellement la formation : formation des forces armées botswanaises avec les FAZSOI ; accueil de promotions de cadets en stages d’aguerrissement à la Réunion ; formation régionales de police pour les pays de la SADC organisées par la France et accueillies par le Botswana ; cours de français aux militaires et policiers.


Relations économiques

La relation économique bilatérale entre la France et le Botswana est encore limitée. La France a enregistré un excédent commercial bilatéral de 8,3 MEUR en 2012.

Les exportations françaises (8,5 M€) sont essentiellement composées de produits pharmaceutiques et de biens d’équipement professionnels. Les ventes françaises ont connu un pic en 2009 grâce à la livraison de deux ATR 72-500 à la compagnie Air Botswana (43,2 M€).

La France importe quasi-exclusivement des produits alimentaires (viande de bœuf notamment) pour un montant total de 0,2 M€ en 2012 Les IDE entre la France et le Botswana sont traditionnellement modestes (stock français d’IDE au Botswana de 8 MEUR en 2009).

En raison de l’inadaptation de sa législation bancaire, le Botswana a été inscrit en 2012 sur la liste française des Etats et territoires non coopératifs en matière fiscale.


Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération culturelle bilatérale a récemment connu un important développement avec la décision du Botswana de généraliser l’enseignement du français au niveau secondaire dans les écoles publiques du pays (d’ici 2016).

Un Accord-cadre a été signé en mars 2008, lors de la visite officielle en France du Président Mogae, afin de préciser les modalités de l’aide française, notamment en matière de formation d’enseignants. Le Gouvernement consacre à l’enseignement du français des moyens conséquents (plus de 213 000 € en 2012-2013), investis dans des programmes mis en œuvre avec l’appui des crédits de coopération de la France et l’expertise du Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP), centre local de La Réunion.

Dans ce contexte favorable, l’Alliance Française de Gaborone constitue naturellement un atout important pour le développement de l’usage de la langue et la diffusion de la culture française. Le budget de coopération de l’Ambassade (87 979 € en 2014) est également largement consacré à la formation au français des fonctionnaires du Botswana. L’Ambassade et le ministère Botswanais de l’Education travaillent au renouvellement de cet accord en 2014.

Parallèlement au secteur linguistique et culturel, au cœur du dispositif, la coopération bilatérale se développe dans le secteur de la coopération universitaire, scientifique et technique. Plusieurs universités françaises ont développé des échanges avec l’Université du Botswana, dans différents secteurs (santé publique, géosciences, sciences politiques et administratives, tourisme)


Communauté française

  • Consulat de France : Ambassade de France à Gaborone
  • Communauté française au Botswana : 121 inscrits (février 2014)
  • Environ 6000 touristes français par an.

Mise à jour : 02.02.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014