Accès rapide :

La France et la Birmanie

Brève

Birmanie - Reprise des activités de Médecins sans frontière dans l’Arakan (24 juillet 2014)

La France salue la décision des autorités birmanes d’autoriser Médecins Sans Frontières à reprendre ses activités dans l’Arakan, région touchée par une grave crise humanitaire.

Présentation

Relations politiques

Depuis les élections de 1990, nous n’avons eu de cesse, avec nos partenaires de l’Union européenne, d’appeler à la reprise d’un processus politique permettant, par le dialogue, de parvenir à la réconciliation nationale et à l’établissement de la démocratie.

La France veille avec ses partenaires à ce que les Nations unies restent saisies de la situation des droits de l’Homme en Birmanie. Nous soutenons tous les ans les résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil des droits de l’homme concernant ce pays, portées par l’Union européenne. La France soutient pleinement les travaux du Rapporteur spécial mandaté par le Conseil des droits de l’Homme, M. Tomas Ojea Quintana.


Visites

- Le Président birman, M. Thein Sein, a effectué une visite officielle en France (16-19 juillet 2013). Il s’est entretenu avec le Président de la République, le Premier Ministre, les ministres des Affaires étrangères, du Commerce extérieur, et du Développement.

- La ministre du Commerce extérieur, Mme Nicole Bricq, s’est rendue en Birmanie les 30 et 31 juillet 2013.

- La ministre de la Culture et de la communication, Mme Aurélie Filipetti, s’est rendue en Birmanie les 6 et 7 décembre 2013.

- Le ministre délégué au Développement, M. Pascal Canfin (20-23 mars 2013). Il s’est entretenu avec les autorités birmanes ainsi qu’avec Mme Aung San Suu Kyi et des représentants de la société civile.

- Le vice-ministre de l’Elevage et de la Pêche, M. Khin Maung Aye a été invité en France pour le Salon de l’Agriculture (21 février - 1er mars 2013) ;

- Visite à Paris du ministre des Affaires étrangères birman, M. Wunna Maung Lwin (12 février 2013). Il s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, ainsi qu’avec le conseiller diplomatique du Président de la République.

Site internet de l’Ambassade de France en Birmanie


Relations économiques

Compte tenu des mesures restrictives adoptées par l’Union européenne depuis la fin des années 1988, notamment dans le domaine commercial (ces mesures ont expiré en avril 2013, cf. supra), les échanges commerciaux entre la France et la Birmanie sont encore limités. Ils s’élevaient à 18 millions d’euros en 2012 (contre 96 millions d’euros en 2000).

L’implantation principale française est celle du groupe Total, qui est l’opérateur du champ gazier offshore de Yadana, dont il détient 31% des parts. Ce gisement permet à la Birmanie d’exporter depuis quelques années des quantités de gaz importantes vers la Thaïlande. A lui seul, cet investissement place la France au 8ème rang en stock d’investissements. Total prévoit l’extension de ses activités en Birmanie : le groupe a acquis en 2012 40% d’un permis d’exploration au large de la Birmanie auprès du groupe pétrolier thaïlandais PTTEP, réalisant ainsi son premier investissement d’envergure dans le pays depuis 1998.

Une mission du Medef en juillet 2012 a montré le fort intérêt de nos entreprises pour la Birmanie. Les entreprises françaises souhaitent contribuer activement au développement du pays dans les secteurs de l’énergie, des infrastructures, des télécommunications, des transports, et de la filière agricole. La France est très attachée à ce que la reprise des investissements s’effectue conformément aux principes internationaux de responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

Site internet de la Direction générale du Trésor


Coopération culturelle, scientifique et de développement

La coopération entre la France et la Birmanie connaît un nouvel essor, favorisé par les évolutions politiques que connaît le pays. La visite en Birmanie, en janvier 2012, du Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, a permis de donner un nouvel élan à notre coopération avec la Birmanie.

M. Alain Juppé a annoncé un triplement de l’aide française bilatérale à la Birmanie, selon 4 axes principaux :

  • aide humanitaire et d’urgence ;
  • aide au développement ;
  • soutien aux ONG et à la société civile birmane ;
  • développement des relations culturelles.

Depuis 2008, la France apporte un soutien à la société civile birmane à travers un programme spécifique de soutien à des micro-projets. La France finance par ailleurs des projets dans le domaine de la sécurité alimentaire, à hauteur de 500 000 à 800 000 euros par an, ainsi que de l’aide d’urgence.

En 2013, notre enveloppe globale de coopération tous outils confondus s’élevait à près de 11 millions d’euros. Une grande partie de ces crédits est destiné au soutien des populations vivant en milieu rural, ainsi qu’à à la coopération culturelle et linguistique via l’Institut Français de Birmanie (520 étudiants), qui a fêté en 2011 son 50ème anniversaire, et le Centre de français de Mandalay (150 étudiants).

En 2013, la France a renforcé sa mobilisation en faveur de l’égalité hommes-femmes. L’Ambassade de France à Rangoun a co-organisé le premier Forum international des Femmes en Birmanie ("Women’s Forum Myanmar 2013") en décembre.

La France est également engagée depuis de longues années dans des coopérations médicales, notamment pour former des médecins (spécialisation VIH/Sida) et associer structures hospitalières françaises et birmanes (partenariats hospitaliers).

Dans le secteur de la culture, des experts culturels français coopèrent depuis des décennies au Myanmar sur des projets archéologiques (Bagan) et paléontologiques (à travers des instituts de recherche français).

Enfin, à travers son agence publique "Campus France", la France encourage ses universités à développer des relations directes avec la Birmanie : 9 universités françaises ont établi des liens avec les universités de Mandalay ou de Rangoun depuis 2009.


Mise à jour : 04.04.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014