Accès rapide :

Géographie et histoire

Géographie

Le Bangladesh est une quasi-enclave en terre indienne, partageant avec la Birmanie une courte frontière terrestre. Sa superficie de 144 000km² est proche de celle de la Grèce, mais sa population y est 14 fois supérieure, ce qui en fait le pays le plus densément peuplé du monde (hors villes-Etats).

Le Bhramapoutre (Jamuna), le Gange (Padma) et la Meghna, qui se jettent dans le golfe du Bengale, rythment le paysage et les saisons du Bangladesh. Leurs alluvions sont fertiles, notamment pour la culture du riz flottant. Cependant, l’été, quand les pluies de mousson s’ajoutent à la fonte des neiges, le débit cumulé de ces fleuves dépasse celui de l’Amazone (150 000 m³ à la seconde), provoquant des inondations majeures tandis que leurs lits s’étendent vers le delta et la mangrove de Sundarbans.

Située à cheval sur la frontière indo-bangladaise, cette forêt abrite une extraordinaire biodiversité. Les tigres, notamment, y vivent à l’état naturel. Elle est classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco.


Histoire

Sous domination britannique depuis la fin du XVIIIe siècle, le Bangladesh constitue à cette époque le Bengale oriental de l’Empire des Indes. Lorsque les Britanniques quittent la région en 1947, un conflit opposant hindouistes et musulmans aboutit à la création d’un État musulman, le Pakistan, formé de deux parties distinctes que sépare le nord de l’Inde.

Le Pakistan oriental est distant de plus de 1 600 km du Pakistan occidental et de la capitale. Un mouvement indépendantiste s’affirme, nourri par l’autoritarisme d’un pouvoir central peu respectueux des droits des Bengalais du Pakistan oriental. Le Pakistan oriental proclame son indépendance, au terme d’une guerre civile, le 26 mars 1971.

La jeune démocratie, soutenue par l’Inde, adopte le nom de Bangladesh (« pays du peuple bengali »). Dès 1975 cependant, l’assassinat du premier Président de la République du Bangladesh, Sheikh Mujib Ur-Rahman, à la suite d’un coup d’Etat militaire, ouvre une longue période d’instabilité politique, marquée par l’opposition de deux partis, l’Awami League et le Bangladesh Nationalist Party, et pas moins de quatre coups d’Etat.

Depuis le renversement du général Ershad en 1990, le Bangladesh connaît un régime de démocratie parlementaire. Les dernières élections générales, qui se sont tenues en décembre 2008, ont été remportées par Sheikh Hasina Wajed, la fille de Mujib Ur- Rahman. Les prochaines élections parlementaires doivent se tenir le 5 janvier 2014.


Mise à jour : 30.12.13


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014